Éric Zemmour répond à Rama Yade : «ce n’est pas moi qui ai été nommé ministre parce que j’étais noir et femme»

À Rama Yade qui l’accuse de « libérer la parole raciste en portant un regard ethnicisé sur les gens », Éric Zemmour répond vendredi 15 novembre sur Itélé (« Ça se discute ») : « Ce n’est pas moi qui ai été nommé ministre parce que j’étais noir et femme. Donc, celui ou celle qui a bénéficié d’un regard ethnicisé sur la société française, ce n’est pas moi, c’est Rama Yade. Et ce n’est pas moi non plus qui ai été nommé présentateur du journal (télévisé, ndlr) de TF1 parce que j’étais noir, ok ? Et ce n’est pas moi qui ai dit en 1998, quand l’équipe de France a gagné la Coupe du monde, qu’elle a gagné parce qu’elle était ‘black-blanc-beur’. »

Le chroniqueur accuse « la machine de guerre antiraciste » d’avoir « racialisé le discours ». « À partir du moment où on vous dit : ‘C’est mieux parce qu’il y a plus de noirs, plus d’Arabes » et qu’après on vous dit : ‘Mais vous n’avez pas le droit d’appeler un Arabe un Arabe et un noir un noir, il faut choisir ! »

Éric Zemmour rappelle aussi que Libération l’a traité d’« étron ». « Est-ce que ça veut dire qu’on m’a sorti de l’espèce humaine ? Est-ce que je dois attaquer Pierre Marcel, pour ne pas le nommer, qui a écrit ça ? (…) Est-ce qu’une merde, c’est pas pire qu’un singe ? » Bref, « la violence politique, Christiane Taubira n’est pas la première à la subir ».

Articles liés

77Commentaires

Avarage Rating:
  • 0 / 10
  • Catoneo , 19 novembre 2013 @ 16 h 44 min

    Eric Zemmour n’est pas rentier du dogme de l’infaillibilité pontifiante ex-cathedra (le fauteuil d’iTlélé). Que la fille du premier conseiller de Léopold Senghor ait été nommée secrétaire d’Etat aux Droits de l’homme participe autant de la valorisation de compétences et racines que de sa particularité.
    Diplômée de SciencesPo, au moment de l’élection du Petit Reître, elle a déjà un cursus de cinq ans d’administrateur civil au Sénat, elle terminera directeur de la communication de la chaîne Public-Sénat.
    C’est un débatteur né, pugnace, qui n’a jamais eu peur de s’affronter aux roquets socialistes et à quelques autres jaloux. Elle attaqua toutes dents dehors deux crapules notoires qu’on ne peut citer sous risque de poursuites et in fine fut relaxée de son assaut pour le premier et condamnée pour le second. Au moins mouille-t-elle le maillot.

    Dire qu’elle ne doit sa nomination qu’à sa féminité et à sa négritude au sens senghorien est exagéré, à la limite d’une connerie. Mais que ne dirait-on pas pour établir sa thèse !

  • Diex Aïe ! , 19 novembre 2013 @ 16 h 50 min

    De toute façon, rentrer dans le débat pour savoir si (…) le rat est humain ou ne l’est pas ne sert à rien… Une chose est sûr et certaines, c’est une indépendantiste! Et en cela c’est une ennemi de la France! Et de voir que c’est une indépendantiste ennemi de la France qui juge qui a le droit de s’exprimer en France et qui n’en a pas le droit et qui ne cesse de se porter en victime alors que c’est bel et bien elle qui a déclarer la guerre aux français en étant indépendantiste, ça, c’est inacceptable! Et les ennemis de la France, on sait ce qu’on en fera quand viendra le jour J! héhéhé

  • xrayzoulou , 19 novembre 2013 @ 17 h 04 min

    Je crois que la valeur d’un homme/femme à qui l’on donne des responsabilités doit être très contrôlée :
    1/ Qu’ils aient les compétences nécessaires.
    2/ Qu’ils soient francophone et pas francophobe (comme Taubira)
    3/ Qu’ils se rendent bien compte que ce poste n’est pas un poste « d’opérette », mais qu’ils doivent mouiller la chemse
    4/ qu’ils connaissent leurs devoirs et leurs droits.
    5/ Qu’ils écoutent le peuple, car si ils sont à ces postes, c’est grâce à nous.
    Je dois dire que dans ce gouvernement maçonnique, ils s’occupent plus de leur porte monnaie que du bien de ceux qui les ont adoubés, ils se foutent des français au profit des immigrés : ils sont racistes antifrançais, il faut bien qu’on se défendent et si certains français sont racistes, c’est grâce à eux.

  • Antoine , 19 novembre 2013 @ 17 h 54 min

    Tiens oui ! On peut faire le lien avec. Je n’y avais pas pensé.

  • Paule C , 19 novembre 2013 @ 17 h 56 min

    « Libération », le journal qui est une insulte à l’intelligence et qui le prouve dans chacune de ses livraisons.

  • Bernard , 19 novembre 2013 @ 18 h 02 min

    Mais quoi que vous pensiez ou déclariez, perso je dis à Zemmour

    Si elle n’avait pas été noire, le petit Nicolas ne l’aurait pas choisie, il faut le savoir
    Car croyez vous être élu par vos connaissances ? Vous rêvez debout ….
    En politique, pour votre Légion d’honneur etc. … sans magouilles vous n’aurez rien !!

    Alors soyez vous même, ne cherchez pas les hochets, laissons les aux enfants….

  • Arnaud , 19 novembre 2013 @ 18 h 33 min

    « Excitée comme une puce, Taubira prend la mouche ».
    C’est raciste ça? Ça fait sortir du genre humain ça?
    « Bête comme une oie les journalistes jouent au mouton de panurge »
    C’est raciste ça? Ça fait sortir du genre humain ça?
    Il s’agit pourtant d’expressions en tout point similaires à celles utilisées pour la une de minute.
    Pourquoi l’expression employée par minute a-t-elle été considéré comme raciste?
    Tout simplement parce qu’il ne viendrait pas à l’esprit d’un « anti-raciste » d’assimiler Christiane Taubira à une puce ou à une mouche, alors que l' »anti-raciste » le fait instantanément lorsqu’on évoque un singe.
    C’est donc bien l' »anti-raciste » qui assimile le noir au singe, personne d’autre.
    Mais le fonds du front anti-Taubira est tout autre.
    A force de haine et de dédain manifesté envers ses contradicteur (mariage pour tous, et nouvelle loi pénale) Christiane Taubira est à la source des comportements dont elle se dit victime aujourd’hui.
    On ne peut haïr la France et son histoire comme elle le fait et vouloir déstructurer un peu plus cette société en remettant le maximum de criminels et délinquants dans les rues dans que cela ne génère de haine symétrique chez ceux qui ont encore la fièreté de ce pays et de son histoire.
    Christiane Taubira est elle-même un sommet de discrimination, en promulguant une loi sur l’esclavage qui ne vise à condamner que les seuls pays de race blanche à l’avoir pratiqué en refusant de mentionner les peuples créateurs de cette abomination qui eux n’étaient pas de race blanche et qui continuent de plus à la pratiquer.
    Je n’irai pas la plaindre pour cette couverture (de mots) qui est bien moins insultante que son comportement (en actes) vis à vis du peuple français.

Les commentaires sont clôturés.