Je t’aime, je te donne mes mots de passe

Tendances. Les jeunes gens qui s’aiment échangent leurs mots de passe de boîte courriels, Facebook ou s’en créent d’identiques, rapporte le New York Times. L’objectif : permettre à l’autre de lire sa correspondance privée s’il le souhaite. Dictature de la transparence ? “C’est un signe de confiance”, explique Tiffany, étudiante à San Francisco qui a pris plusieurs mois avant de prendre cette décision avec son petit ami : “Je n’ai rien à lui cacher et il n’a rien à me cacher”. Une tendance risquée à une époque où, malheureusement, la précarité affective est de mise. On ne compte plus les histoires de petit ami éconduit qui se venge en répandant des courriels personnels pour humilier son ex… La remise en cause des valeurs traditionnelles aidant, on doute de tout y compris… de son aimé(e). Avoir son mot de passe permet de s’offrir l’illusion de vérifier sa fidélité. “Partager ses mots de passe a un goût d’interdit”, ajoute Rosalind Wiseman qui étudie la manière dont les adolescents s’approprient les technologies. En effet, “c’est généralement déconseillé par les adultes et cela implique une certaine vulnérabilité”. L’auteur d’un livre à destination des parents qui veulent aider leur fille à survivre à l’adolescence note toutefois une pression pour partager son mot de passe comparable à celle qui existe pour les rapports sexuels. Le signe que, même aujourd’hui, la relation amoureuse implique un impérieux don total de soi. Qui dit don de soi dit vulnérabilité réciproque et précarité affective insupportable. Le mariage est bien censé y mettre fin mais les coups de couteaux du législateur ont achevé, du point de vue civil, de le rendre inefficace. La précarité affective est aujourd’hui le lot de chacun. Seules les convictions morales et religieuses et l’engagement devant Dieu viennent aujourd’hui la combattre.

A lire :
> Les 25 pires mots de passe

Autres articles

2 Commentaires

  • Fikmonskov , 20 janvier 2012 @ 15 h 22 min

    Ça ne me serait même pas venu à l’idée de demander ses mots de passe à ma fiancée, et de lui donner les miens.

    Je suis déjà un vieux, c’est ça ?

  • CL , 20 janvier 2012 @ 15 h 45 min

    C’est triste. Tout ce qui s’assimile de près ou de loin au respect de l’intimité, de la vie privée, deviendrait presque une menace pour l’intégrité du “couple”, qui ne doit plus être autrement qu’archi-fusionnel. Et pourtant, c’est bel et bien cette fameuse dictature de la transparence qui menace une relation d’amour saine et durable basée sur la confiance et son corollaire : le respect de la liberté du conjoint, qui n’est autre qu’une preuve d’amour véritable. Une confiance naturelle ébranlée, il est vrai, pas la banalisation de l’infidélité, du relativisme, bref, de l’amour liquide : seule une relation ultra-fusionnelle et destructrice paraît pouvoir pallier à ce manque de confiance.

    D’ailleurs, cette hypertrophie du couple, au détriment des deux êtres qui le composent, n’est d’ailleurs en rien étrangère à la logique qui sous tend l’idéologie du genre…

Les commentaires sont fermés.