Messieurs les délinquants, tirez donc les premiers !

Je ne devrais pas lire « Libération » quand par hasard un exemplaire me tombe sous la main. La bêtise prétentieuse et aujourd’hui anachronique de la gauche prétendument « intello » m’agace, mais cette lecture pourrait avoir pour beaucoup une vertu thérapeutique. Ce qui s’y écrit est tellement imprégné de préjugés idéologiques, de stéréotypes, comme « ils » disent, qu’un rien de sens critique provoque pour le coup une véritable libération. Ainsi en est-il de l’article consacré à l’acquittement de Damien Saboundjian, un policier qui avait abattu en 2012 un malfrat multirécidiviste en cavale et comparaissait devant la Cour d’Assises. Le Parquet réclamait cinq ans de prison avec sursis et une interdiction définitive d’exercer son métier. Depuis trois ans, la machine judiciaire s’est lourdement mise en branle contre ce policier qui a eu le tort immense de mettre fin aux activités criminelles d’un individu. Les trois magistrats et le jury populaire de six membres ont fait preuve de plus de lucidité, mais il est probable que le Parquet fasse appel, et que Damien Saboundjian reste à son bureau pour attendre les appels du « 17 ».

Le scénario de « Libération » prend la forme d’un western inversé. Il y a le bon et le méchant, mais le bon c’est le truand, et la brute, c’est le policier, décrit comme un colosse aux nerfs fragiles, soutenu par ses complices, les collègues menteurs. Amine Bentounsi, est doublement victime, comme on est double-national. Victime d’un meurtre puisqu’il a été tué d’une balle dans le dos. D’ailleurs, l’article reprend un slogan des « militants » présents dans la salle d’audience : « la police assassine », ce qui est carrément diffamatoire, et révèle où va la sympathie idéologique du canard. Victime ensuite de notre société, du 93, le « département le plus pauvre de France », du racisme ambiant qui l’a conduit à vouloir changer de prénom, et d’une injustice sociale qui ne lui a laissé aucun répit. « L’un des détenus les plus jeunes de France » … « il sera impliqué dans des vols à mains armés ». En traduction, cela signifie qu’il y a un lien de cause à effet entre sont incarcération et l’enchaînement de la délinquance qu’il subit, le pauvre. Il ne commet pas, il est impliqué… Les pleurs de la famille ajoutent ce qu’il faut pour éveiller la compassion. « Il a joué au con, il a perdu » dit sa soeur. Le mot « jeu »est essentiel.

Un autre mot lui donne tout son sens. Il y aurait une « asymétrie » inacceptable entre la population et la police. Là encore, il faut traduire. Il y aurait donc d’un côté la « population » et de l’autre, la police, comme dans un match en somme, et la police triche… La pensée est extravagante, mais le journal la reprend. Le fait qu’un délinquant n’est nullement un représentant de la population et que le policier est là justement pour protéger cette population et mettre hors d’état de nuire les malfaisants est totalement occulté. Pourtant, c’est bien ainsi que s’est noué ce que les proches de Bentounsi vivent évidemment comme un drame. Amine Bentounsi purgeait une peine de prison de huit ans et avait profité d’une permission pour s’évader. Repéré, il tente d’échapper aux policiers. Il lance une grenade contre le premier et se fait tuer par le second. La grenade était inoffensive. Il n’a pas tiré sur le policier. Celui-ci, respectant avec calme la symétrie des duels, aurait donc dû le laisser s’enfuir, et poursuivre ses braquages, avec peut-être utilisation des armes… et des morts innocents, mais ceux-là ont peu d’importance.

Non, le policier a tiré. Manifestement, il n’a pas, selon le Parquet, et le journal pour une fois du côté du réquisitoire, la solidité psychique pour exercer son métier. D’ailleurs, cet homme au parcours scolaire peu brillant, se met souvent à pleurer durant l’audience. A la lecture de cet article qui instruit à charge, un minimum de bon sens se réveille : le policier aussi est issu de l’immigration, mais celle des véritables réfugiés, les Arméniens victimes du génocide turc. Lui aussi, vient d’une banlieue, celle de Grenoble, mais au lieu de « tomber » dans la délinquance, il a cherché un emploi, comme pâtissier, puis comme policier. Il a fait son travail et même accompli son devoir en évitant qu’un délinquant armé ne poursuive ses activités, et depuis trois ans, cet homme qui n’a rien à se reprocher, est mis au placard et livré à la Justice. Qu’il craque devrait éveiller de la compassion et non susciter condamnation et sarcasmes sur son échec au CAP ou sa psychologie fragile. Il est plus difficile à un homme honnête qu’à un criminel d’affronter les tribunaux. Quant à l’acharnement politico-judiciaire, il dissimule mal les fautes d’une Justice largement coupable : d’avoir autorisé une sortie à Bentounsi, mais aussi d’avoir accordé une « permission » à Winston Blam, poursuivi pour 28 faits, et fiché « S ». ce qui a failli coûter la vie à Saint-Ouen à un policier sauvé in extremis, ou encore d’avoir libéré Rajeswaran Paskaran condamné en 2011 à 20 ans pour le meurtre d’un policier sous prétexte que les délais d’appel étaient trop longs. Que vaut la vie d’un policier auprès du confortable respect des règles et des habitudes ?

Que la Justice française manque de moyens est une évidence. Qu’elle soit sous l’autorité d’un Ministre à l’idéologie ravageuse n’arrange rien. Mais cette insuffisance et cette situation qui n’a que trop duré ne devraient pas la conduire à se perdre dans des procédures scandaleusement superflues, ou à faire preuve d’une légèreté irresponsable. La loi va libérer pour une fois les policiers de l’entrave étroite de la légitime défense. Les criminels apprendront qu’il n’y a pas de symétrie entre eux et les représentants de l’ordre et de la loi. Il faut s’en féliciter.

Autres articles

9 Commentaires

  • HuGo , 20 Jan 2016 à 9:27 @ 9 h 27 min

    ..bémol pour le Parquet, nettement plus prompt à attaquer (n’ayant pas voulu retenir les circonstance dans ce cas) qu’il ne devrait….

  • abramovitch , 20 Jan 2016 à 12:48 @ 12 h 48 min

    Dans notre monde actuel nous vivons tous de manière disparate,car nous sommes nous mêmes trés disparates.Nous aimons donner un sens à chaque petite chose en décortiquant chaque sujet intervenant dans notre quotidien.Vu nos grandes divergences des uns et des autres,nous exprimons chacun des réponses souvent diamétralement opposées pour le même sujet.Pour les uns s’agissant d’un même délinquant,les réponses seront cinglantes et sévères et pour d’autres toutes formes d’excuses seront émises en faveur de ce même voyou,en clamant haut et fort que celui-ci,que l’on cotoie chaque jour est un garçon poli et sans histoire et que notre société s’est montrée injuste en le condamnant à une peine infamante qui détruira à jamais son avenir.

    En Espagne,où les gens s’expriment à voix haute, j’entends souvent les propos tenus envers un maire corrompu s’étant vite enrichi et dont le citoyen lambda affirmera immuablement,qu’il est sans contexte,un voleur mais qu’il a réalisé de bonnes choses pour sa ville et qu’en conséquence il votera de nouveau pour lui.En fait on revotera pour un voleur au motif qu’il a réalisé de grandes choses.Et la morale dans cela?

    Je suis surpris qu’un ancien président trés dynamique mais si peu efficace,puisse considérer qu’il est le seul à pouvoir sauver la France,alors qu’il provoqua le chaos en faisant intervenir nos forces dans un pays souverain,conscient que son choix fut le bon et qu’en évinçant son dirigeant,le pays se portera mieux.Du fait de nos responsables à courte vue,nous avons été les bras armés de ces dictateurs et nous nous plaignons ensuite qu’il y ait un afflux d’immigrants venant se déverser chez nous où existe déjà une misère que l’on ne parvient pas à juguler.Ce même président n’hésite pas à afficher ses Amitiés envers des dictateurs qui oppriment leur population tout en traitant chez eux nos sujets français comme des moins que rien,alors que nous leur déployons le tapis rouge et que nous leur cirons les bottes.Je viens de lire dans un journal du Maghreb que ce président à la retraite a formulé un avis favorable envers un pays au détriment de son voisin immédiat,ce qui constitue un abus de pouvoir, pouvant entrainer de graves conséquences pour notre pays,prétendument l’allié des deux. Personnellement j’appelle cela semer de la merde.

    Il faut être un pays fort comme la Russie où diplomatique comme la Chine,pour résoudre l’ensemble des problêmes conflictuels,frappant des pays arabes et par voie de conséquence toute une région sensible.Aucune force armée occidentale ne devait s’immiscier dans des conflits qui ne sont pas les notres.Notre culture est à l’opposé de celles de ces pays qui s’entretuent au nom de leur mème Dieu.

    Pour en revenir au titre de ce jour,il n’existe aucune différence entre la gauche et la droite,car une fois le pouvoir en mains,ils savent que le peuple aboie mais ne mord pas.

  • jsg , 20 Jan 2016 à 14:00 @ 14 h 00 min

    Ça devrait disparaitre avec ce que “veut” faire passer Pays-bas avec le tire sans sommations !
    Du moins, c’est ce que j’ai compris…
    Si c’est le cas, tous les fouille-merde qui ne s’intéressent plus aux autres qu’à leurs propres turpitudes, seront réduits à faire leur auto-critique et ce sera bien ainsi.

  • Cap22006 , 20 Jan 2016 à 15:25 @ 15 h 25 min

    Personne ne pleure la mort de ce sinistre malfaiteur, qui comme tout bon citoyen s’arrête quand un policier le lui demande.

    Mais il faut aussi reconnaitre le manque total de maîtrise professionnelle du policier…. ( et je ne minimise pas les circonstances)

    Et plus grave, les mensonges éhontées et systématiques des policiers sur la manière dont cela s’est passée. Les policiers ont fait de faux témoignages… Comme d’habitude. Hors, ils sont sensés respecter la loi …

    Entre des policiers si mal préparés/formés/compétents à gérer ce genre de situation, et des préfets corrompus, A qui le législateurs hors sol va accorder encore plus de pouvoir discrétionnaire, le controle de la justice est plus que necessaire.

    NE vous déplaise, Taubira n’est pas responsable de l’application des textes délirants votés par le legislateur…

  • hector.galb , 20 Jan 2016 à 19:11 @ 19 h 11 min

    Que risque t-il en appel ?

  • Hilarion , 20 Jan 2016 à 19:33 @ 19 h 33 min

    En France, l’état de légitime défense n’est généralement reconnu que sur présentation du certificat de décès de celui qui aurait du la mettre en oeuvre.

  • tapautour , 20 Jan 2016 à 20:21 @ 20 h 21 min

    Libé : pire que feu la Pravda dans l’ex-Union Soviétique : le mensonge d’Etat personnifié !

Les commentaires sont fermés.