Les nouveaux barbares

La France accueille à peu près 200 000 immigrés par an depuis quelques décennies. Beaucoup d’entre eux deviennent assez vite et facilement français grâce à des lois extrêmement favorables : le droit du sol et le regroupement familial. Quelques-uns s’assimilent parfaitement ou s’intègrent assez bien et d’autres pas du tout ; ceux-ci, bien souvent de troisième ou quatrième génération, ne se revendiquent toujours pas français et s’identifient aux origines du pays de leurs ancêtres. Ils deviennent accessoirement français… Quand ça les arrange ! On peut donc les nommer sans agiter un chiffon rouge : français de papier (d’identité) !

Combien veulent imposer les religions, les mœurs et les coutumes de leurs aïeux ? Combien de ces “Français de papier” adhèrent à nos valeurs ? Difficile à chiffrer, mais le constat est amer : ils sont de plus en plus nombreux à développer sur notre territoire un mode de vie tribal où les rapports humains sont essentiellement basés sur la domination du mâle, chef de meute. Dans ces tribus, notre société éduquée et façonnée par des principes de démocratie, d’égalité, de fraternité, de liberté et de laïcité, est perçue comme dégénérée, féminisée, affaiblie et donc répugnante. On a presque envie de leur donner raison tant nos élites d’aujourd’hui déploient d’énergie pour nous humilier avec leur repentance fanatique et inconditionnelle à sens unique, et leurs lois sociétales faites en dépit du bon sens pour des minorités à peine concernées, à propos de tout et de rien.

Heureusement certaines de nos valeurs sont encore là – combien de temps ? – pour nous conforter sur leur bien-fondé et pour nous attester leur efficience face à la dérive communautaire et sectaire d’une France décérébrée en pleine crise identitaire : la France des nouveaux barbares.

Qui d’entre nous n’a pas été confronté aux incivilités, aux provocations et quelques fois aux violences de ces “Français” qui exportent en toute impunité dans notre quotidien des coutumes et des comportements barbares ? Qui ? Peut-être seulement ceux qui vivent dans les beaux quartiers ou qui sont enfermés dans la bulle idéologique du déni permanent…

La barbarie ordinaire a envahi nos banlieues, mais aussi maintenant tout notre territoire ; même dans des coins les plus reculés. Des petites villes, des villages, ne sont plus à l’abri de ces bandes de sauvages violents prêts à toutes les exactions, allant jusqu’au crime, sans états d’âme, tellement ils détestent les “Souchiens”, c’est-à-dire nous tous qui adhérons au respect des valeurs de la République et à l’amour de la Nation.

Certains de ces barbares agissent sous l’influence de l’idéologie islamiste, d’autres sont de purs voyous, délinquants ou criminels n’ayant ni foi ni religion. Mais toujours, ils se soutiennent et se retrouvent, certains pas forcément conscients, sur la détestation de notre civilisation. Ces communautés s’entrelacent peu ou prou et deviennent un réel danger pour notre pays. Grâce à cette coopération, elles peuvent étendre leur influence et nous prendre en otage. Avec la bénédiction des anti-racistes professionnels et de tous les lâches gouvernements successifs. Pourtant, la violente attaque lancée le 11 septembre 2001 contre les Etats-Unis en faisant très exactement 2 973 morts (2 992 en comptant les dix-neuf terroristes pirates de l’air) aurait dû les alerter, nos gouvernants, sur le danger potentiel que représentent de fanatiques arriérés, soumis ou non à l’islam…

Depuis le monde a changé et la mentalité des peuples aussi. La prise de conscience que cette date du 11 septembre 2001 marque le début du choc des civilisations est acquise. D’abord pour les islamistes, mais aussi pour les peuples concernés qui en prennent conscience de plus en plus à cause du côté spectaculaire de l’attentat qui devient pour certains aussi significatif que Pearl Harbor, l’attaque japonaise de décembre 1941 contre les Etats-Unis. Cet attentat qui avait fait à peu près le même nombre de victimes que l’attaque des tours jumelles, incita dès le lendemain les États-Unis à officiellement entrer dans la Seconde Guerre mondiale, sous les ordres du président Roosevelt… Nous attendons toujours notre Roosevelt !

A part quelques actes spectaculaires, il ne faut pas perdre de vue que c’est surtout par doses homéopathiques, que les islamistes distillent leur idéologie. Le péril est, de plus, en plus palpable, le changement de peuplement et l’islamisation de la société ne sont plus des fantasmes, mais deviennent des possibilités hautement vraisemblables. Et pendant ce temps-là, nos élites composent encore avec un Islam radical toujours capable du pire alors que le dialogue est parfaitement vain.

On ne discute pas avec des jusqu’au-boutistes assassins et fous d’Allah ; encore moins avec des barbares et des voyous. On ne tergiverse pas : on sévit, c’est tout !

Autres articles

22 Commentaires

  • Fleur , 20 Août 2014 à 11:17 @ 11 h 17 min

    “On ne discute pas avec des jusqu’au-boutistes assassins et fous d’Allah ; encore moins avec des barbares et des voyous.”

    C’est bien vrai : on ne discute pas avec les barbares, car le dialogue n’a pas d’issue, il est totalement biaisé, vu qu’ils sont dans la haine et le mensonge perpétuels.
    Malheureusement, ça fait plus de 40 ans que la France et tout l’Occident écoutent les barbares et se laissent séduire par leurs mensonges : la loi Veil date de 1974-75 !
    Cette monstrueuse acceptation consensuelle du discours des barbares avec leur mise en pratique sine die est un précédent qui n’aura pas de fin tant qu’on refusera de regarder l’Innocent qui meurt sur la Croix, bouc émissaire de toutes nos haines et égoïsmes.
    Hier, du fait de nos lâchetés, ce fut l’acceptation de l’avortement, entraînant toute la culture de mort qui se déploie aujourd’hui comme une lame de fond ; dorénavant, en raison de nos lâchetés persistantes, c’est aussi ce tsunami dévastateur qu’est l’avancée de l’islamisme barbare, qui trouve un terrain de culture favorable en notre civilisation déjà “barbarisée”, amollie jusqu’à la léthargie par le raz-de-marée de la culture de mort…
    Il faudrait une grande conversion pour stopper le mouvent multiforme de la barbarie, avant qu’il n’emporte tout !
    Et malheureusement, je n’en vois guère les prémices… pour l’instant.

  • Guylux , 20 Août 2014 à 11:47 @ 11 h 47 min

    200 000 immigres
    200 000 avortes

    Les français n’ont qu’à prendre leurs responsabilités individuelles.

  • Rovigo , 20 Août 2014 à 12:46 @ 12 h 46 min

    Arrêtez de parler des “Valeurs de la République”, parlez des Valeurs de la France, les seules qui ne changent pas avec les gouvernements!

  • Fleur , 20 Août 2014 à 14:02 @ 14 h 02 min

    En effet ! L’homosexualité et l’avortement, par exemple, sont des (contre-)”valeurs” de la République… mais ne font pas partie des valeurs éternelles de la France !

  • jsg , 20 Août 2014 à 14:56 @ 14 h 56 min

    Parfaitement bien vu. Tout est dit dans cet article qui résume ce que toute cette racaille d’idéologues nous impose sciemment !
    Et ne venez pa me dire que ces gens pour beaucoup bardés de diplômes n’en sont pas conscients !
    Maintenant la France est infiltrée de haineux dont la barbarie ancestrale est inscrite dans leurs gènes.
    On nous affole avec les ravages de la fièvre Ébola et ses risques de contagion !!!
    Une autre bien plus insidieuse c’est invitée c’est la fièvre des Mollah !
    Celle-là personne ne la contrôle !

  • François2 , 20 Août 2014 à 15:24 @ 15 h 24 min

    Une seule solution : la remigration.
    Mais auparavant il faut supprimer non seulement l’immigration, mais la notion d’immigration en France. C’est possible avec “REMPLACER LES IMMIGRES PAR DES EXPATRIES”.
    Toujours se souvenir de l’analyse de Jean Schmitt (Le Point) en 1986, avec ces trois mots clés : GENOCIDE, DEMENCE, SUICIDE.

  • jejomau , 20 Août 2014 à 16:06 @ 16 h 06 min

    Manipulation et désinformation des médias Français islamophiles à la solde des US et de leurs sbires : QATAR + ARABIE SAOUDITE:

    http://lesalonbeige.blogs.com/my_weblog/2014/08/le-journaliste-james-foley-%C3%A9gorg%C3%A9-par-les-islamistes-et-non-par-bachar.html

Les commentaires sont fermés.