Municipales 2014 : pour quoi faire ? Pour des communes identitaires !

Le village de Saint Restitut

Il n’y a pas beaucoup de suspense pour les municipales du printemps 2014 ! Sauf dans les très grandes villes (et encore), le PS va prendre une raclée. Sans beaucoup d’effort ni de mérite, l’UMP va gagner des communes. Et le FN remportera quelques victoires : à Carpentras ? à Hénin-Beaumont ? à Forbach ? à Dunkerque ? à Fréjus ? à Tarascon ? à Béziers avec Ménard ? Sans doute aussi dans des endroits auxquels personne ne pense !

Pour quoi faire ? pour l’écharpe, le grigri ou pour agir ?

Mais au-delà de la géographie électorale, la question qui se pose à ceux qui vont se faire élire – en particulier mais pas seulement sur des listes « modérées » ou « divers droite » ou « intérêt local » – est la suivante : pour quoi faire ? Pour l’écharpe ou le grigri ou pour agir ?

Cultiver l’esprit de résistance et de reconquête

Entrer dans une municipalité n’a de sens que si l’on y va dans un esprit de résistance ou de reconquête. Quitte à choisir un secteur de combat et s’y consacrer et à celui-là seul ! Les terrains d’exercice et de manœuvre sont nombreux : les écoles, la culture, le patrimoine, les cantines, les subventions, les locaux municipaux, l’urbanisme, les paysages, les impôts.

Sur les écoles, s’intéresser au contenu, et pas seulement aux locaux

En matière scolaire, il ne faut pas s’intéresser seulement à l’intendance mais au fond. Comment ? En fédérant les parents d’élèves qui en ont marre des dérives politiquement correctes dès le primaire. Ou en boycottant l’achat d’ouvrages de désinformation : histoire-propagande ou théorie du genre. Et puis en aidant des écoles indépendantes à trouver des locaux.

Sur les cantines, défendre l’identité culinaire régionale et nationale

Il faut refuser les interdits alimentaires étrangers ainsi que tout achat de viande halal ; et revenir à des menus plus traditionnels tout en privilégiant le localisme. Il faut retirer le contrôle des assiettes des enfants (et des personnes âgées) aux grands oligopoles de la distribution alimentaire. Former le goût et remettre du sens : proximité, produits français, plats régionaux, cochon, agriculture raisonnée ou bio, le tout servi par des entreprises locales.

Sur le patrimoine, valoriser l’identité locale

Il faut veiller sur l’entretien des bâtiments historiques et des églises, cesser de sacrifier les musées et remplacer les minables logos commerciaux par les blasons enracinés : il faut mettre les « communicants » hors d’état de nuire et faire revenir le temps des « armes de la ville » en choisissant des visuels enracinés !

Sur les fêtes, respecter les traditions et œuvrer au ré-enracinement

Chaque ville, chaque bourg, chaque village a son histoire, ses fêtes, ses traditions, sa toponymie, ses sociétés locales, tout ceci mérite d’être respecté et parfois ranimé. Les noms des places, des rues, des lieux de convivialité ne doivent pas être « idéologiques » mais enracinés dans l’histoire et la géographie locales. Les sociétés locales d’amateurs (des arts, de musique, de théâtre ou de danse, d’histoire) doivent être mieux considérées par les professionnels et les « sachants ».

Sur la culture, protéger le pluralisme et privilégier l’ “art caché” plutôt que le non-art contemporain

Vaste chantier ! Il faut rétablir la pluralité et la diversité dans les bibliothèques municipales, au cinéma, au théâtre. Sans sectarisme, bien sûr, mais aussi sans accepter le sectarisme des autres. Et cesser de céder aux sirènes ridicules du non-art contemporain. Retrouver l’ « art caché », selon la jolie expression d’Aude de Kerros.

Sur les subventions, les supprimer pour les nuisibles

Il faut taper dans la butte et cesser de subventionner les nuisibles : les syndicats politiquement corrects, les lobbys homosexualistes, antiracistes et immigrationnistes, les associations étrangères, les communautaristes musulmans (et autres), tout ce petit monde doit être mis à la diète. Qu’ils se financent avec l’argent de leurs adhérents, pas avec celui des contribuables ! L’argent des contribuables n’a pas à financer les mosquées ni les pseudos centres « culturels » islamiques (ou pentecôtistes ou israélites, d’ailleurs).

Sur les locaux municipaux, veiller au pluralisme dans leur attribution

Là aussi un mot d’ordre : pluralisme dans l’attribution des locaux municipaux pour permettre aux nôtres aussi de s’exprimer. Oui à la liberté d’expression pour les conformistes (si, si !) mais aussi pour les anticonformistes et les dissidents ; oui à la liberté d’expression pour le politiquement, le moralement, l’historiquement et le culturellement incorrect !

La naissance, le mariage, la mort, les accueillir avec dignité et décence

A la place ou en complément des lieux de culte, les mairies sont des lieux de passage lors des étapes essentielles de la vie. Cela ne doit pas être seulement des passages administratifs. Déclarer une naissance mérite accueil et considération. Le mariage, c’est l’union solennelle d’un homme et d’une femme dans la durée et dans le cadre d’une lignée. Il peut être bon de le rappeler. Pour veiller au respect des morts, des efforts considérables doivent être faits : des cimetières bien entretenus et protégés contre le vandalisme ; des crématoriums et des funérariums dignes et localisés ailleurs que dans les zones industrielles et les déchèteries.

Les paysages : les respecter

Les paysages sont le fruit de l’histoire, le résultat d’un jardinage séculaire de la France. La plus grande responsabilité des maires, c’est l’urbanisme. Les 40 dernières années ont été marquées par l’enlaidissement de la France et le saccage de nos paysages. Protéger les paysages doit être une priorité absolue face à la prolifération des zones commerciales, des bâtiments sans âme, des éoliennes et des projets de forage. L’ « architecture douce » doit être promue partout où c’est possible.

Centres villes et centres villages, les faire revivre et les embellir

Les centres villes et les centres villages ont souvent été abandonnés au profit de périphéries sans âme. La reconquête est nécessaire : par l’embellissement d’abord ; en requalifiant les rues et les places, en remettant en valeur églises, fontaines et lavoirs, en enterrant les réseaux, en fleurissant les lampadaires et les terre-pleins ; en encourageant une vie économique enracinée en cessant de privilégier les grandes surfaces commerciales et en promouvant les marchés et les commerces locaux.

Campements de nomades, refuser le laxisme

Il y a de plus en plus d’aires légales aménagées pour le stationnement des nomades. Dans ces conditions il n’y a pas à accepter les campements sauvages, sources de nuisances et de dégradations de l’environnement. Les maires – et leurs adjoints – n’ont aucune raison de tolérer les manquements sanitaires, les vols d’eau ou d’électricité : la loi leur donne d’ailleurs la compétence d’officiers de police judiciaire. Qu’ils s’en servent en mettant les procureurs au pied du mur.

Impôts, les maîtriser en supprimant les dépenses nuisibles

La limitation des impôts locaux est la première exigence des électeurs municipaux. Aussi paradoxal que cela puisse paraître, elle est simple à satisfaire : en maîtrisant les dépenses de confort des élus et des administrations communales et intercommunales ; en supprimant les subventions nuisibles aux organismes politiquement corrects ; en cessant d’encourager de manière irresponsable les flux migratoires, sources de coûts sociaux et d’insécurité.

> Jean-Yves Le Gallou est le président-fondateur de la Fondation Polémia.

Autres articles

17 Commentaires

  • conneriephobe , 20 Sep 2013 à 10:04 @ 10 h 04 min

    Tout à fait d’accord avec vous Mr Le Gallou, voilà une rédaction pleine de bon sens, qualité qui a malheureusement carrément disparu du paysage politique.

    J’espère que les maires en fonction et ceux ou celles qui briguent la fonction s’inspireront largement de vos idées qui s’inscrivent dans l’intérêt général et la sauvegarde de nos valeurs.

  • mariedefrance , 20 Sep 2013 à 10:27 @ 10 h 27 min

    Faut voir ……
    il y a les résistants et les carriéristes.
    Nous savons ce qu’il en est depuis que le politiquement correct est en place.

    Chez moi -250000 habitants- m”étonnerait que le PS soit détrôné, malheureusement.
    Archi cumulard, le maire avait préféré “sa” ville plutôt qu’un ministère, celui qu’il avait espéré si Ségo avait été élue à la place de Nicolas.
    Franc Mac, il nage comme un poisson dans l’océan et en face………Nous avons
    1 FN inconnu et pour l’instant 2 UMP.

    l’opération est vite faite.

    300€ de plus sur ma taxe foncière. Attendons la taxe d”habitation !
    Un endettement sur 40 ans mais les bobos sont contents : ils ont un tram, une piscine olympique mal façonnée et du béton plein les rues, les fleurs coutant sans doute trop cher.

    Voilà ce qu’il disait le bougre :

    le racisme anti-blancs “n’est pas celui qui me préoccupe le plus”

    http://www.youtube.com/watch?feature=player_embedded&v=MKb5O1uqIUk

    http://www.agoravox.tv/actualites/politique/article/rebsamen-le-racisme-anti-blancs-n-31984

    La LICRA l’avait déja dit tres clairement dans les années 70 :

    * Quatre blancs qui tapent sur un noir c’est acte raciste.
    * Quatre noirs qui tapent sur un blanc c’est un fait divers.
    * Bien entendu 4 blancs ou 4 noirs qui tapent sur un juif, c’est un crime contre l’humanité.

  • sergio , 20 Sep 2013 à 11:04 @ 11 h 04 min

    Globalement d’ accord avec vous , Mr Le Gallou , sauf sur un point : dans le paragraphe concernant l’ arrêt des subventions pour les ” nuisibles “…..
    Quel n’ est pas mon étonnement de voir figurer parmi cette catégorie des ” centres culturels ” pentecôtistes ou israélites ( dont aucun à ma connaissance n’ est subventionné par la moindre municipalité……) sur le même plan que des ” centres culturels ” ( en réalité , centres
    CULTUELS…..) musulmans qui eux , sont très souvent ( officieusement bien sûr…) subventionnés par nombre de municipalités !…
    Est-ce par souci d’ égalité de traitement , ou par peur d’ être taxé d’ homophobie ?….
    Encore un petit effort , Mr Le Gallou , avant d’ être totalement libre du ” qu’ en dira-t-on de la Pensée Unique !….

  • sergio , 20 Sep 2013 à 11:06 @ 11 h 06 min

    Rectif : il faut lire ” islamophobie ” et non ” homophobie ” , of course…sorry !

  • mariedefrance , 20 Sep 2013 à 11:21 @ 11 h 21 min

    Par Francetv info avec AFP
    Mis à jour le 09/09/2013 | 20:35

    Ils jettent l’éponge.
    Le maire sans étiquette et la quasi-totalité du conseil municipal de Lessay (Manche) ont décidé, dimanche 8 septembre, de démissionner pour alerter les pouvoirs publics.

    Motif ? Les conditions d’accueil des gens du voyage lors de la foire annuelle organisée dans cette petite commune les 6, 7 et 8 septembre.

    La foire millénaire de la Sainte-Croix de Lessay “draine 350 000 personnes en trois jours”, explique le premier adjoint Roland Marescq, en regrettant “une affluence excessive” à cette occasion des gens du voyage, “qu’on ne maîtrise plus du tout” et qui occasionne “un certain nombre de débordements”.

    La commune de 2 000 habitants dispose d’un terrain de 7 hectares dévolu à l’accueil des gens du voyage, équipé en eau et en électricité, et qui peut accueillir 400 caravanes.
    “Aujourd’hui, on est arrivé à 800 caravanes (soit environ 3 000 personnes) :
    la commune n’est pas structurée pour recevoir ces gens-là”, ajoute l’adjoint.

    “En plus, ils créent un certain nombre d’incivilités à la fois à la population et aux exposants”, parmi lesquelles “des vols, des petites agressions, des dégradations de structure.
    Tout le monde aujourd’hui en a marre, à tel point qu’on se dit que la foire risque d’être remise en cause”, poursuit-il.
    “On a l’impression de ne pas être entendus”

    “Ce qui a fait déborder le vase”, ce sont “les cambriolages de la maison de notre secrétaire générale de mairie et celle du maire” Claude Tarin, à qui ont été dérobés de l’argent et des bijoux, selon Roland Marescq.

    “Depuis plusieurs années, on alerte les services de l’Etat en disant qu’il va falloir enrayer” ces arrivées de gens du voyage “et on a l’impression de ne pas être entendus”, ajoute-t-il.

    Lors d’une conférence conjointe de la préfecture de la Manche et du parquet, lundi en début d’après-midi, il a été précisé que seuls deux cambriolages, neuf vols, deux faits de dégradations et une rixe avaient été recensés durant la foire de Lessay pour une fréquentation de 350 000 à 400 000 personnes. Selon les autorités locales, rien ne permet à l’heure actuelle de lier ces faits à la présence des gens du voyage. Des auditions sont en cours.

    Après Edith Cresson, je trouve bien que les élus soient inquiétés.
    çà les mobile dirait-on !

    http://www.courrierdelouest.fr/actualite/saint-sylvain-d-anjou-ils-font-leurs-besoins-chez-edith-cresson-14-09-2013-125602

  • Diex Aïe ! , 20 Sep 2013 à 12:44 @ 12 h 44 min

    Prenons nos mairie! Présentons-nous partout! Dans tous nos patelins!!! Prenons le pouvoir!

  • Pascal Caen , 20 Sep 2013 à 12:45 @ 12 h 45 min

    C’est souvent le problème des commentateurs ici. Entre homophobie et islamophobie, leur cœur balance…

Les commentaires sont fermés.