Le 26 mai, nous rentrons en résistance

Le 26 mai, un appel est lancé pour une nouvelle manifestation contre la loi de dénaturation de la famille. Les avis semblent partagés. Certains pensent que, la loi étant promulguée, les protestations massives deviennent superflues et même illégitimes. D’autres voient là l’opportunité d’une récupération au profit d’un parti politique dont on ne sait que trop qu’il n’abrogera pas le texte s’il revenait « aux affaires ». D’autres encore estiment qu’il convient désormais de « s’indigner » de l’ensemble de la politique gouvernementale, en vue de préparer un « Printemps Français ». D’autres enfin, prennent date, et disant qu’ils ne lâchent rien, se replient sur le fragile bastion qui consiste à faire sien le langage des adversaires, en prétendant lutter contre l’homophobie dont on les accuse néanmoins, et à prévoir une union sans adoption au nom d’un respect de l’enfant que l’on peut toujours discuter.

L’honneur et le bon sens commandent une attitude plus cohérente qui conduit à participer au rassemblement du 26 mai sans arrière pensée aucune. L’honneur de ceux qui organisent ce mouvement exige qu’ils maintiennent leur engagement initial à l’égard de centaines de milliers de Français et de Françaises qui se sont mobilisés parce qu’ils ont senti que cette loi touchait à l’essentiel, à notre civilisation, à la conception humaniste et cartésienne que la France se fait de l’humanité. Si certains y ajoutent les principes de leur foi, il faut le respecter et constater qu’un État sectaire n’hésite pas à blesser les spiritualités présentes en France. Mais c’est avant tout le bon sens, dont notre philosophe national disait qu’il était « la chose du monde la mieux partagée » qui est chamboulé avec une légèreté irresponsable qui ne sévit d’ailleurs pas qu’en France.

Le bon sens nous enseigne d’abord que ceux qui font de l’économie l’essentiel de la politique confondent la fin et les moyens. Certes, il est préférable de jouir d’une économie sans dette ni déficit, sans chômeurs ni assistés, avec de la croissance et des excédents commerciaux, mais ces objectifs visent d’abord à assurer une relative prospérité matérielle. L’essentiel est ailleurs : dans le bonheur qu’il y a à vivre ensemble au sein de familles les plus stables qu’il soit possible au sein desquelles les enfants reçoivent éducation et protection jusqu’à ce qu’ils puissent, à leur tour fonder des familles et, peut-être un jour venir en aide à leurs parents vieillissants. Le tourbillon de l’individualisme hédoniste est séducteur, mais il commence par détruire la famille au nom d’une liberté apparente et d’un présent éphémère, et finit par ôter à la société entière le sens de la communauté et du long terme. La multiplication des divorces, des situations alternatives au mariage, des mères célibataires, et maintenant des unions unisexes rend les individus plus fragiles et dépendants. L’écart entre ceux dont les moyens permettent l’existence hors-sol  et ceux qui subissent l’abandon et la solitude ou l’assistance liberticide s’accroit. Une société anomique est une société malheureuse qui n’a plus la cohésion ni la motivation nécessaires pour réaliser des performances économiques.

“D’une part, on remet en cause le mariage comme union d’un homme et d’une femme en vue de faire naître et d’élever des enfants, d’autre part, on va introduire de la redistribution sociale dans une politique d’aide spécifique à la famille.”

La France n’a qu’une politique dont elle puisse être légitimement fière : c’est la politique familiale. Lancée juste avant la seconde guerre mondiale pour réagir face à notre hiver démographique, elle a été poursuivie par Vichy dans un contexte où la présence forcée de deux millions de Français, prisonniers et travailleurs, outre-Rhin la rendait peu crédible. Elle a été amplifiée à la Libération. Cette politique est aujourd’hui prise dans un étau : d’une part, on remet en cause le mariage comme union d’un homme et d’une femme en vue de faire naître et d’élever des enfants, d’autre part, on va introduire de la redistribution sociale dans une politique d’aide spécifique à la famille. Cette gesticulation, à la fois idéologique et comptable montre combien ceux qui nous gouvernent ignorent l’essentiel au profit de l’accessoire, préfèrent leurs intérèts électoraux à court terme à la recherche du bien commun.

Le bon sens commande donc de considérer les liens sentimentaux entre personnes de même sexe comme respectables, même s’ils sont plus rares et moins durables en général, en observant qu’ils sont sans rapport avec le bien commun qui englobe la constitution de familles naturellement procréatrices, durables si possible, et offrant la garantie la plus grande d’un modèle satisfaisant pour l’épanouissement des enfants des deux sexes. C’est là une précaution nécessaire et une évidence tellement criante que ni le Code civil, ni la Constitution ne l’avaient précisée. L’objectif de la manifestation du 26 mai doit être de rappeler clairement, qu’à nos yeux, aucun gouvernement, aucun législateur n’avaient le droit de modifier la nature humaine, fut-ce avec la complicité aveugle du Conseil constitutionnel. C’est pourquoi il doit être clairement établi que cette loi puisse être déclarée nulle et non avenue, dans sa totalité, n’en déplaise aux carriéristes politiques qui sévissent à l’UMP.  La revendication doit être l’exigence d’un référendum qui permettrait de poser vraiment la question, et de réserver la réponse au seul législateur dont les erreurs sont légitimes : le peuple !

Autres articles

16 Commentaires

  • Robert BERTRAND-RIGHI , 21 mai 2013 @ 5 h 10 min

    Qu’en de tres justes mots ces choses la sont dites.
    J’attire toutefois votre attention sur un defaut typiquement, mais non uniquement, franco-francais: la soumission au Dogme.
    Qu’il soit Catholiques, lesquels sont prones a vouloir faire croire qu’ils sont les seuls Chretiens, et qui d’ailleurs au decours de l’Histoire se sont donne les moyens de le demontrer ( genocide Cathare, genocide des Huguenots , nuit de la Saint Barthelemy et Edit de Nantes, tenants des Pouvoirs en arriere plan du Pouvoir officiel, comportement completement coupe des vertus genereuses du Christianisme – le Vatican est l’Etat le plus riche de monde et n’est certainement pas un exemple de charite et/ou de compassion a la misere du monde-, soumission des populations pour les tenir dans la terreur -dans les pays du 1/3 monde, les catholiques vivent dans la PEUR de Dieu et non dans son Amour-, et l’imbecilite, a part egale avec les Musulmans.), ou qu’ils se reclament de Descartes, un excellent mathematicien sans doute, mais un philosophe tres dispute, y compris par moi-meme. On voit d’ailleurs ou la soit disant “logique” de Descartes peut mener: voir l’Etat de la France aujourd’hui, deliquescence qui n’a certes pas commence avec l’invraisemblable betise des politiques au Pouvoir, lesquels ont d’ailleurs ete regulierement ELU, aucune contestation quand a la probite de l’election ne s’etant elevee. En quelque sorte vous les avez voulu, vous les avez. Si ce n’etait ceux la, il est notoire qu’il n’y a pas d’alternative, sauf a remplacer du purin par de la [email protected]#$%.
    Donc il serait bon de s’en tenir a ce qui serait la Loi NATURELLE, incontestable.
    J’attire votre attention eventuellement qu’il serait souhaitable d’ouvrir les yeus HORS DES FRONTIERES de l’hexagone, pour constater que ce mariage des homosexuels est le “trend” du moment, la connerie a la mode proposee dans nombre de pays dits “avances”. Et je mets au credit de la religion d’etre les seuls opposants de poids. La Loi naturelle a elle seule ne suffirait pas: il suffit de constater dans quel etat nous avons reduit la planete qui nous porte et pour lesquels les specialistes s’accordent: dans 20 ans il faut etre prets a emmigrer dans l’Espace, la Terre ne sera plus VIVABLE.
    La religion s’oppose a l’ineptie des politiques, et pas seulement les religions chretiennes, essayez de proposer le mariage homosexuel a des musulmans, juste pour voir…Ceux ci d’ailleurs ne sont meme pas concernes par une modification des Lois de la Republique, puisqu’ils vivent deja en independance, ne reconnaissant que la Charia, et voulant meme l’imposer a tous. Ce dont il n’y a pas lieu de s’etonner: le DEVOIR de tout musulman est de promouvoir et etendre l’Islam, au besoin par la force. Islam d’ailleurs se traduit par SOUMISSION, en Francais.
    Enfin il conviendra de considerer quelle est l’ORIGINE de cette fantaisie de remaniement du mariage: les USA.
    D’autant plus etonnant que les Americains au niveau sexe et famille seraient plutot consideres comme CONSERVATEURS.
    Oui.
    Mais leur President du moment qui obtient des resultats economiques aussi brillants que son homologue francais, est le premier President NOIR des US, et s’il tient contre les Blancs une rancune a l’egal de la mere Taubi, tout devient plus clair ( pun intented ).
    En outre il est musulman.
    Juste pour dire…
    Que la Loi du mariage SS ( Same Sex) soit posee ne presente rien d’irrevocable. Une demonstration publique de desaprobation ou plutot de REFUS sans condition est tout a fait possible: la loi du 5 Juillet 2011, publiee sous SARKO, donc, et qui permettait la detention ARBITRAIRE de quiconque en Hopital PSYCHIATRIQUE, pour une duree indeterminee, sans motif serieux grace a la COMPLICITE des connards de la fonction publique. L’equivalent de Guatamo aux US en qq sorte.
    Ceci me paraissait etre d’ailleurs beaucoup plus grave que la Loi mariage SS.
    Mais qui a l’evidence tient a un projet qu’il faut etre AVEUGLE pour ne pas voir: l’elimination de la race blanche, A COURT TERME.
    La Planete des Singes , revisitee…

    Je vous remercie de votre attention a me lire.

  • lagadafe , 21 mai 2013 @ 6 h 43 min

    De bon matin , entre le texte de Robert BERTRAND-RIGHI et votre réponse cela secoue sérieusement les méninges !

  • manhaevemichele , 21 mai 2013 @ 7 h 10 min

    Comme toujours Christian Vanneste excelle dans la verite, celle du bon sens et de la morale

  • Câlinou , 21 mai 2013 @ 7 h 24 min

    Vous faites preuve d’un anticatholicisme primaire.
    Vous ne savez donc rien de ce qu’ont fait et font les catholiques en particulier dans le domaine de l’éducation ( pas seulement de l’instruction) et du soin aux malades ( voyez l’Ordre de Malte ).
    Justement ils libèrent des populations esclaves des oeuvres du Démon au lieu de les soumettre dans la terreur.
    Ils vivent de l’Amour de Dieu, sinon ils ne feraient pas ce qu’ils font.
    Quant à leur imbécilité que vous supposez, lisez Saint Thomas d’Aquin.
    Le fonds de commerce des chrétiens est la charité, cette vertu qui restera après que la foi et l’espérance auront disparu.

  • A. , 21 mai 2013 @ 7 h 49 min

    Nous sommes déjà en résistance depuis plusieurs mois…

  • mariedefrance , 21 mai 2013 @ 7 h 55 min

    “L’honneur et le bon sens commandent une attitude plus cohérente qui conduit à participer au rassemblement du 26 mai sans arrière pensée aucune.””

    Je suis de ceux là.
    Chacun sa conscience mais ce tournant de l’histoire des hommes et de notre civilisation mérite bien d’être là où il faut dimanche 26 Mai.
    Ma conscience me dit qu’il faut se battre encore et encore pour les enfants et désormais ceux à venir, ceux qui seront achetés comme on achète un bout d’égoïsme !
    Où es-tu Salomon ?

    Ce gouvernement mérite le pire.
    Lui, n’a aucune conscience morale !

    ah… çà, c’est sûr !

  • bingo , 21 mai 2013 @ 10 h 46 min

    Dans tous les cas, si on laisse passer ce 26 mai sans démonstration de notre refus de ces changements de civilisation, on aura tout perdu. Il ne faut pas gâcher cette mobilisation profonde et juste. Il faut l’accompagner et dépasser les querelles de clocher, particulièrement stériles en ce moment crucial. Un pour tous, tous pour un, mais qui sera le “un”?

Les commentaires sont fermés.