Double affaire Google de collusion politique

Double affaire Google de collusion politique

Marc Crapez

En France, où l’on ne badine ni avec l’anti-Trumpisme, ni avec les allégations de complotisme, le discours des Google’s gourous est parole d’évangile.

L’affaire se déroule en quatre temps. Acte 1, le 7 juin, Julien Assange accuse Google de rouler pour Hillary. Acte 2, le 10, un dénommé Matt Lieberman (du site SourceFed’s) accuse Google de favoritisme en faveur d’Hillary. Acte 3, le 14, un hacker semble-t-il lié aux autorités russes pénètre dans les arcanes du parti démocrate et l’accuse de programme systématique de critique des faits et gestes de Trump, ainsi que le relate, au Royaume-Uni, independent.co.uk.

Acte 4, le 16, suite à la suspension controversée du compte d’un conservateur gay américain (Milo Yiannopoulos), le site conservateur breitbart.com accuse Twitter de blacklistage isolant certains comptes. Un site rwandais anglophone, newtimes.co.rw, titre « Facebook et Google sont-ils biaisés ? », relatant le cas de Pamela Geller dont une page Facebook « Arrêter l’islamisation de l’Amérique », suite au massacre d’Orlando, a été suspendue pour avoir soi-disant franchi la limite relative aux propos « haineux, menaçant ou obscène ».

Resserrons le déroulement des faits sur la double affaire Google. Comme le résume le site français it.espresso.fr, la question qui se pose est : « Google : un biais politique dans la recherche en ligne ? ». Autrement dit, d’aucuns ont-ils serré ou desserré certains boulons de manière à induire certaines occurrences, à suggérer de la publicité subliminale pour Hillary ? A l’évidence, il n’y a pas eu de « Réunion à huis clos du Comité de pilotage du plan de favoritisme pro-Hillary », au sein de Google enterprise !

Au petit matin du 11 (heure de Paris), CNN Money feint de ne pas comprendre en évoquant une théorie de la conspiration, par définition ridicule et d’autant plus facile à réfuter. CNN Money n’est cependant guère suivie. Par The Next web, peu après, qui titre « Non, Google n’est pas en train de manipuler les recherches en faveur d’Hillary Clinton » ; ainsi que Hornell Evening Tribune, qui ironise « Maintenant, il y a une théorie conspirationniste à propos de Google et d’Hillary Clinton ».

En revanche, Washington Free Beacon, à 22h, titre « Voici dix exemples supplémentaires de résultats de recherche sur Google favorables à Hillary ». American Thinker, à 23h, ajoute lui aussi « plus d’exemples montrant » la chose. Restent factuels, parallèlement, Haberturk.com, site turc, Washington Times, breitbart.com, Daily Mail britannique, Wall Street Journal, USA Today, le site flamand hln.be, CBS News, la télévision danoise TV2, International Business Times, Al-Arabiya, le site russe unboxholics.com, le site norvégien dagbladet.no (qui fait la jonction avec la seconde affaire), le Telegraaf hollandais, The Hans India…

Presque toute la planète est au courant. Sauf la France, comme il se doit, où l’on ne badine ni avec l’anti-Trumpisme, ni avec les allégations de complotisme. Le Figaro rompt l’omerta le 13, mais seulement à la rubrique Technologies et en faveur de Google. C’est toutefois mieux que lors de l’épisode de la photo du petit syrien, où la grande presse française était restée pétrifiée à l’idée de déplaire au journal Le Monde, qui avait gelé les interrogations de la presse étrangère en lançant une allégation de complotisme.

Quant à la première affaire, ce sont, cette fois, les médias américains qui renâclent à répercuter les dires du « traître » Assange… Le 7, les propos google-is-in-bed-with-hillarys-campaign sont relatés par le site Sputnik, le site ibérique es.panampost.com et l’International Business Times UK. Le lendemain, La Stampa, l’International Business Times Italia, le Belfast Telegraph et indiatvnews.com. C’est seulement le 9 que le Washington Times relaie la nouvelle Outre-Atlantique.

« Il y a très peu de non-gauchistes dans la Silicon Valley », au dire d’un témoin. Il est certain qu’un phénomène d’endogamie intellectuelle, qui ne rencontre aucun contre-pouvoir, risque d’abuser du sien. Une communauté qui chasse de ses rangs la contradiction et l’altérité finit par raisonner en circuit fermé, dans une bulle. Cet effet d’auto-renforcement vaut pour les lanceurs d’alertes auto-proclamés. Discerner les véritables superpuissances du jour permet de leur apporter le contre-pouvoir de la contradiction.

> Marc Crapez est politologue. Sa page Facebook.

Autres articles

4 Commentaires

  • alain , 21 Juin 2016 à 13:08 @ 13 h 08 min

    ceux que cela intéresse peuvent consulter les archives de la revue “Fortune” qui, il y a plusieurs années, avait montré les liens très étroits entre l’équipe Obama et l’ensemble de l’équipe dirigeante de Google

  • Marino , 21 Juin 2016 à 15:31 @ 15 h 31 min

    Il était déterminé à abattre le candidat controversé à la présidentielle américaine. Un Britannique de 19 ans a été inculpé lundi pour avoir tenté de tuer le candidat républicain à la présidentielle Donald Trump, habitué des controverses, lors d’un de ses rassemblements ce week-end à Las Vegas, dans l’ouest des États-Unis.

    Michael Sandford est en ce moment détenu sans possibilité de libération sous caution car il est considéré comme dangereux et présentant un risque d’évasion, a indiqué à l’Agence France-Presse Natalie Collins, porte-parole du bureau du procureur.

    Il a été formellement inculpé lundi et la prochaine audience dans cette affaire aura lieu le 5 juillet. Si Michael Sandford est reconnu coupable d'”acte de violence sur un terrain privé” il risque plus de dix ans de prison et 250 000 dollars d’amende.

  • Marino , 21 Juin 2016 à 15:41 @ 15 h 41 min

    * Suivez nos journaux ils sont pour ” Trump ” :

    – Le Monde : Elections américaines : Trump en grandes difficultés financières par rapport à sa rivale Clinton

    – Le Point : Présidentielle américaine : Trump va-t-il faire pschitt ?

  • hermeneias , 21 Juin 2016 à 17:11 @ 17 h 11 min

    Pour l’instant CNN est restée silencieuse sur la tentative d’assassinat visant TRUMP ….!!!???
    Les médias , détenus par la haute finance le business et leurs pions politiques , constituent un pouvoir anti-démocratique qu’il faut dénoncer et dynamiter .
    Nous en sommes gavés jusqu’à la nausée ./
    J’espère que certains vont RENVERSER la table ….car il y en a plus qu’assez de la propagande

Les commentaires sont fermés.

Memoires Jean-Marie Le Pen