Aujourd’hui le visage le plus fragile de notre société se prénomme Vincent

A l’avant-veille de la décision du Dr Simon qui pourrait annoncer « l’arrêt des traitements », voici la déclaration des évêques de Rhône-Alpes au sujet de Vincent Lambert, dont les parents vivent dans la Drôme.

Dans quelques jours, une décision médicale risque de provoquer délibérément la mort de Vincent Lambert.

Il n’est pourtant pas en fin de vie et il ne fait l’objet d’aucun soin disproportionné. En lui donnant la nourriture et l’hydratation nécessaires, ceux qui prennent soin de lui respectent simplement le cours de cette vie dont le mystère nous échappe et dont le terme n’appartient à personne.

Les débats auxquels nous assistons prouvent que notre société hésite sur des principes majeurs, comme « Tu ne tueras pas » ou « Nul ne peut décider de mettre fin à la vie d’autrui ». Ils étaient considérés jusqu’à présent comme des valeurs fondamentales, comme le socle de notre vivre ensemble [1]. Et si l’on venait à y renoncer, on voit mal comment le corps médical pourrait continuer à prononcer le serment d’Hippocrate [2].

C’est le renoncement à ces principes qui fait peser sur la famille un poids insupportable. Nous voudrions exprimer à tous ses membres notre compassion, en respectant leur souffrance.

A l’issue des travaux menés sur la situation de Vincent Lambert par la Cour Européenne des Droits de l’Homme, les cinq membres qui se sont opposés de toute leur force à la décision votée par les sept autres ont crié leur révolte. Ils ont déclaré que la Cour ne méritait plus de porter le titre de « conscience de l’Europe » qu’elle s’était donné en 2010 [3].

En union avec beaucoup d’autres, croyants ou non, nous lançons un appel aux autorités politiques, juridiques et médicales. Que ceux qui ont à en juger sachent que derrière la personne de Vincent Lambert, c’est le symbole de la vie la plus fragile qui est en jeu pour l’avenir de notre société.

Si sa mort doit survenir, nous prierons pour que tous puissent accueillir cet événement dans l’espérance. Mais aujourd’hui, notre frère Vincent n’est pas en fin de vie, et plusieurs établissements spécialisés se sont déclarés prêts à le recevoir. Qu’est-ce qui l’empêche ?

Mgr Philippe Ballot, archevêque de Chambéry, Maurienne et Tarentaise
Mgr Jean-Louis Balsa, évêque nommé de Viviers
Cardinal Philippe Barbarin, archevêque de Lyon
Mgr Yves Boivineau, évêque d’Annecy
Mgr Guy de Kerimel, évêque de Grenoble-Vienne
Mgr Dominique Lebrun, évêque de Saint-Étienne
Mgr Patrick Le Gal, évêque auxiliaire de Lyon
Mgr Pierre-Yves Michel, évêque de Valence
Mgr Pascal Roland, évêque de Belley-Ars

[1] C’est le titre et le sens de l’appel interreligieux signé pendant le débat parlementaire sur la fin de viehttp://www.lemonde.fr/idees/article/2015/03/09/nous-hauts-dignitaires-religieux-demandons-a-ce-que-soit-preserve-l-interdit-de-tuer_4589691_3232.html
[2] Serment d’Hippocrate. Article R 4127-38 du code de la santé publique
[3] http://hudoc.echr.coe.int/sites/fra/pages/search.aspx?i=001-155264

Autres articles

7 Commentaires

  • Trucker , 21 Juil 2015 à 17:47 @ 17 h 47 min

    …..Plusieurs établissements spécialisés se sont déclarés prêts à le recevoir….

    Qu’est-ce qui l’empêche ?……la culture de mort portée par ceux qui nous gouverne !

  • MCT , 21 Juil 2015 à 20:45 @ 20 h 45 min

    C’est du rapt. C’est insensé.
    Il faudrait oser aller le délivrer en force pour le conduire à une de ces cliniques qui lui veut du bien.

  • A= Aristote , 22 Juil 2015 à 7:36 @ 7 h 36 min

    Ce sont tous les évêques qui devraient être signataires de ce texte .
    Et l’évêque de Reims devrait aller en personne à la clinique pour s’opposer à ce meurtre très grave en lui-même et par son exemplarité .
    Mon Dieu donnez leur du courage !

  • MP , 22 Juil 2015 à 8:40 @ 8 h 40 min

    1 Quand je parlerais les langues des hommes et des anges, si je n’ai pas la charité, je suis un airain qui résonne ou une cymbale qui retentit.
    2 Quand j’aurais le don de prophétie, que je connaîtrais tous les mystères, et que je posséderais toute science; quand j’aurais même toute la foi, jusqu’à transporter des montagnes, si je n’ai pas la charité, je ne suis rien.
    3 Quand je distribuerais tous mes biens pour la nourriture des pauvres, quand je livrerais mon corps aux flammes, si je n’ai pas la charité, tout cela ne me sert de rien
    4 La charité est patiente, elle est bonne; la charité n’est pas envieuse, la charité n’est point inconsidérée, elle ne s’enfle point d’orgueil ;
    5 elle ne fait rien d’inconvenant, elle ne cherche point son intérêt, elle ne s’irrite point, elle ne tient pas compte du mal ;
    6 elle ne prend pas plaisir à l’injustice, mais elle se réjouit de la vérité ;
    7 elle excuse tout, elle croit tout, elle espère tout, elle supporte tout.
    8 La charité ne passera jamais. S’agit-il des prophéties, elles prendront fin; des langues, elles cesseront; de la science, elle aura son terme.
    9 Car nous ne connaissons qu’en partie, et nous ne prophétisons qu’en partie ;
    10 or, quand sera venu ce qui est parfait, ce qui est partiel prendra fin.
    11 Lorsque j’étais enfant, je parlais comme un enfant, je pensais comme un enfant, je raisonnais comme un enfant; lorsque je suis devenu homme, j’ai laissé là ce qui était de l’enfant.
    12 Maintenant nous voyons dans un miroir, d’une manière obscure, mais alors nous verrons face à face; aujourd’hui je connais en partie, mais alors je connaîtrai comme je suis connu.
    13 Maintenant ces trois choses demeurent: la foi, l’espérance, la charité; mais la plus grande des trois c’est la charité.

    1ere épitre de Saint Paul apôtre aux Corinthiens, chapitre 13

  • maldemer , 23 Juil 2015 à 3:17 @ 3 h 17 min

    Ecoeurant !! Pourquoi s’acharner, et ne pas permettre à Vincent de rejoindre tout simplement ceux qui lui réservent un accueil ? J’ai lu qu’un établissement en Pologne propose aussi de l’accueillir, et l’attend !
    C’est quoi cette attitude ? Il est nécessaire de le faire mourir à tout prix ?
    Les assassins sont couverts …

    Quant aux combats d’une mère quel poids ont-ils aujourd’hui ? L’amour qu’elle porte à son fils n’est pas suffisant pour entendre ce qu’elle veut pour LUI ? Comment ne pas penser à elle espérer avec elle, face à toute l’énergie qu’elle déploie pour le préserver.

    Mais enfin !!! Qui va empêcher cela ?
    Pour s’opposer à cet acte abominable il n’y a pas que ceux qui font partie d’une obédience religieuse !
    Soutenons VINCENT !!

  • queniartpascal , 23 Juil 2015 à 11:17 @ 11 h 17 min

    il n’y a plus de serment d’hypocrites(Hippocrate),pour ce qui est de Vincent il s’agit de vouloir se mouiller au lieu de sortir des inepties,plus jamais il n’ira se promener dans sa chambre ce qui veut tout dire,il ne reste que l’euthanasie active,le fameux cocktail qu’on lui refuse par bêtise

  • de passage , 24 Juil 2015 à 18:01 @ 18 h 01 min

    Bien sûr, la clinique privée polonaise (entre autres, elle n’est évidemment pas la seule) accepterait volontiers VL mais contre espèces sonnantes et très trébuchantes. Mais les parents de Vincent Lambert pourraient eux même proposer de prendre leur fils chez eux, dans une chambre hospitalisée, avec infirmier en mode 3 fois 8. Je n’ai pas entendu Mr ou Mme Lambert faire cette proposition… Quant à la mère de Vincent, je vous suggère de lire son livre ! A ce niveau, l’égocentrisme devient un cas d’école !

Les commentaires sont fermés.