Propagande christianophobe

par Guillaume de Thieulloy*

Jeudi 17 novembre au soir, mon vieil ami Daniel Hamiche m’avait invité à parler dans son émission de Radio Courtoisie d’une lettre ouverte que j’ai cosignée avec lui à propos du énième montage de la pièce « Le Vicaire », stigmatisant la prétendue inaction de Pie XII devant le drame vécu par les Juifs d’Europe dans l’Europe occupée par les nationaux-socialistes.

Les historiens sérieux savent que cette pièce est une œuvre de propagande, composée par le département D (pour désinformation…) du KGB. Et qu’elle est fort éloignée de la réalité. Volontairement, dans cette lettre ouverte, nous n’avons cité, pour répondre au montage stalinien, que des historiens israélites – et mentionné, non sans malice, je le reconnais, que le seul pays où la pièce ne fut jamais jouée est précisément Israël, qui sait bien ce que les Juifs d’Europe devaient au Pape Pacelli

Mais tout cela n’est guère original. Sans doute les « trous » dans la biographie de l’auteur, Rolf Hochhuth, et sa sympathie pour le révisionnisme, sont-ils moins connus, mais je laisse volontiers de plus compétents que moi répondre aux questions que nous avons posées (sans, naturellement, obtenir le plus petit début de commencement d’explication de l’intéressé, naguère consulté par Daniel Hamiche !).

Sortant de la radio avec un autre ami, Me Jérôme Triomphe, venu, lui, pour évoquer les différents procès intentés par l’AGRIF contre les dernières pièces christianophobes, nous avons poursuivi tous les deux, dans les rues de Paris, la conversation sur la christianophobie.

Et je m’étonnais devant lui de l’usage du terme « fondamentalistes chrétiens » par la quasi totalité de la « grosse presse » pour désigner les jeunes gens qui récitent le chapelet ou portent des banderoles dans ces spectacles.

J’ai une idée assez précise du niveau culturel de la classe parlante française, mais ce nouveau vocable me paraissait tout de même exotique. Une connaissance minimale du dossier suffisait à savoir que l’immense majorité de ces jeunes était catholique, alors que le fondamentalisme chrétien est la doctrine de certains protestants nord-américains.

Pourquoi donc cette expression ? Et pourquoi pas les noms d’oiseaux plus classiques, comme « intégristes », « traditionalistes », etc. ? En évoquant la figure d’Anders Breivik, ce Norvégien qui tua en juillet dernier 77 personnes, et qui avait, lui aussi, qualifié de « fondamentaliste chrétien » – avec plus de bon sens, puisque l’intéressé se désignait, paraît-il, lui-même comme « protestant traditionnel » (même s’il avait aussi été franc-maçon et semblait avoir un parcours religieux et politique passablement complexe) –, Jérôme Triomphe m’a permis de comprendre.

Ce que les médias veulent faire comprendre (sans pouvoir le dire clairement, sous peine de s’exposer à des poursuites judiciaires), c’est que ces jeunes catholiques priant devant des théâtres sont aussi dangereux que leurs contemporains, islamistes radicaux, qui sont passés des banlieues européennes aux différents fronts du djihad. Comme Breivik, ils seraient prêts à tuer pour défendre leur « idéologie ». C’est évidemment un mensonge grossier. Mais comment les téléspectateurs pourraient-ils s’en rendre compte ? Personne n’est venu leur expliquer que les catholiques, fussent-ils traditionalistes, ne pouvaient pas être « fondamentalistes ». Tout ce qu’ils retiendront, c’est que des hordes sauvages de « fondamentalistes chrétiens » déferlent sur la capitale, aussi dangereuses – plus même, qui sait ? – que les fondamentalistes islamistes des vallées d’Afghanistan ! Les mots ne sont pas innocents…

*Guillaume de Thieulloy est directeur du portail Riposte catholique [[email protected]]

Autres articles

2 Commentaires

  • Pol , 22 Nov 2011 à 15:22 @ 15 h 22 min

    Quelques articles intéressants sur cette désinformation visant le prétendu silence de Pie XII sur http://www.infoselec.net/culture-et-medias/pie-xii.html

  • Carpentier Francine , 20 Jan 2012 à 20:00 @ 20 h 00 min

    “Pie XII un don pour le XXème siècle – Benoît XVI” : http://gloria.tv/?media=5372

    Vivement que Pie XII soit béatifié !
    Ce Pape est sans doute un des plus grands papes de l’histoire, ce qui n’enlève rien à Jean-Paul II, qui est lui aussi un très grand Pape.
    Pour petit rappel, voici ce que dit Gary Krupp* à propos de Pie XII : « Pie XII était le plus grand héros de la seconde Guerre mondiale…il a sauvé plus de juifs que Roosevelt, Churchill et tous ceux qui leur sont associés. Il ne devrait pas être une raison de litige entre les catholiques et les Juifs ».

    Et aussi information :
    Parmi les preuves que Gary Krupp a pu avancer, figure une circulaire datée du 30 novembre 1938, signée du cardinal Pacelli, adressée aux nonciatures, aux délégations apostoliques et à 61 évêques. Cette circulaire demandait de
    « trouver 200 000 visas pour permettre à des « catholiques non-aryens » (formule codée pour désigner les juifs…) de sortir du territoire du Reich »

    On peut y lire la précision suivante : « que l’on veille à ce que des sanctuaires soient mis à disposition pour sauvegarder leur vie spirituelle et protéger leur culte, leurs coutumes et leurs traditions religieuses ».

    Peu de temps après, dans une lettre datée de janvier 1939, Pie XII confirmait le contenu de sa circulaire en ces termes : « N’entreprenez pas seulement de sauver les juifs mais aussi les synagogues, les centres culturels et tout ce qui appartient à leur foi : les rouleaux de la Torah, les bibliothèques, etc… »
    .
    …. je n’appelle pas cela aider hitler !

    * Gary Krupp est un Juif, âgé de 62 ans, à la retraite, après avoir été industriel fabriquant d’équipements médicaux.
    En 2003 il a créé une fondation Pave the way (« Prépare ton chemin ») ayant pour but de «combler les fractures de compréhension entre les religions ». Mais le plus important est que cette fondation a financé les investigations et enquêtes menées au sujet des relations entre l’Allemagne nationale-socialiste et Pie XII, au terme desquels il a pu affirmer de façon certaine :
    « Saviez-vous que le pape Pie XII avait sauvé plus de 860 000 juifs des camps de la mort ? Je veux dire que je ne le savais pas auparavant. C’est un assassinat caractérisé, une « shanda » ( un déshonneur en Yiddish), que tant de Juifs disent qu’il était anti-sémite ». Il ajoutait, trahissant toute la pression qu’il avait dû subir : « Croyez-moi, quand j’étais enfant, je ne rêvais pas que je défendrais un jour un homme que nous croyions un sympathisant nazi ».

Les commentaires sont fermés.