Un soldat malien vaut-il mieux qu’un islamiste malien ?

Tribune libre de Robert Ménard*

Ainsi donc, si l’on en croit nos stratèges, encore un peu de patience, nous allons bientôt être relayés par les armées africaines. Plus de 2 000 hommes qui, appuyant les valeureux soldats maliens, vont reconquérir tout le nord du pays, puisque c’est l’objectif désormais affiché par Le Drian, notre ministre de la Défense.

Passons sur les armées des pays voisins du Mali, spécialistes des coups d’État, expertes dans l’extorsion de fonds et la corruption en tout genre, vaillantes surtout face à des populations désarmées. Et concentrons-nous sur les forces armées maliennes. Pas seulement sur leur savoir-faire en matière de putsch, non, de façon plus terre à terre si j’ose dire, sur leur moralité, leur comportement à l’égard des civils, leur capacité à rassurer les populations qu’on nous présente comme « spontanément » réfractaires, opposées aux islamistes les plus radicaux.

Si l’on en croit les différentes organisations de défense des droits de l’homme – dont les rapports servent parfois à justifier des politiques qui n’ont guère à voir avec les libertés et la démocratie… – si l’on en croit donc la Fédération internationale des ligues des droits de l’homme (FIDH) et Human Rights Watch, bon nombre de soldats maliens semblent bien être de sinistres prédateurs. Et s’il est un domaine dans lequel ils font jeu égal avec les pires des djihadistes, c’est bien celui des exactions et autres joyeusetés.

« À Mopti, c’est la chasse à l’homme. » rapporte la FIDH. Tout ce qui ressemble, même de loin, à un islamiste est pourchassé, exécuté sans autre forme de procès. Règlements de compte sur fond de rivalités ethniques. Ce qui fait craindre à Human Rights Watch que « les Touareg et les Arabes, deux communautés assimilées aux insurgés qui contrôlent aujourd’hui les deux-tiers du Mali, [soient] tout particulièrement visés. »

Connaissant « l’instabilité militaire et l’insubordination des forces armées » — comme on décrit pudiquement la bande de brutes galonnées qui compose une bonne partie de l’état-major de l’armée malienne – on peut effectivement craindre le pire.

Décidément, pas besoin de se réclamer de la charia pour se comporter comme une crapule, l’uniforme étant considéré comme un viatique pour piller, voler, violer. Un « cocktail explosif » s’inquiète la FIDH. C’est le moins que l’on puisse dire.

*Robert Ménard est journaliste et fondateur de l’association Reporters sans frontières. Il est à la tête du portail Boulevard Voltaire.

Lire aussi :
> Mali : Qui sont les complices des djihadistes ? par Robert Ménard
> Mali : Une aventure coûteuse et inutile, par David Bescond
> Après l’Irak, l’Afghanistan, la Libye… au tour du Mali ! par Robert Ménard
> Pourquoi va-t-on au Mali ? par Bruno J.
> Qu’on se rassure, l’armée malienne est à nos côtés

Autres articles

6 Commentaires

  • Gérard(l'autre) , 22 janvier 2013 @ 16 h 21 min

    Une idée … comme ça … en passant … ! Et si nous faisions venir en France cette armée malienne, ce “cocktail explosif”, pour nous débarrasser des islamistes ??? LOL !

  • Gisèle , 22 janvier 2013 @ 16 h 33 min

    La mèche est allumée …. c’était le but . Le feu fera le reste et servira les profiteurs opportunistes de la terre brûlée .

  • Goupille , 22 janvier 2013 @ 17 h 01 min

    Moeurs vernaculaires, spécificités locales… Respectons les différences.

    Il ne fait pas bon vivre ailleurs que “chez nous”. C’est pourquoi les pauvres c… qui prétendenrt que la France est insupportable et en profitent pour se faire la malle me donnent envie de rire.

  • Gomez Aguilar , 22 janvier 2013 @ 18 h 05 min

    Oui et…..?

    C’est quoi le but de l’article? Il ne fallait pas intervenir au Mali, c’est ça?

    Un soldat malien vaut mieux qu’un islamiste malien dans la mesure où l’islamiste malien, lui, est un danger potentiel pour NOUS. C’est si compliqué à comprendre, ça, M. Ménard?

    Article inepte et décevant, reposant sur les pleurnicheries habituelles d’associations droidelommistes (c’est tout dire)… Si même Ménard se met à ça…

  • Delépine , 22 janvier 2013 @ 20 h 41 min

    Le scepticisme de M. Ménard sur la capacité des armées du Mali et de ses voisins est assez fondé. Je ne connais pas la valeur militaire de chaque unité qui sera déployée, en revanche la plupart des unités que j’ai vues “travailler” sur le terrain, en Afrique, avaient encore beaucoup de progrès à accomplir. Leur meilleur domaine d’expertise restait la revente de carburant, eau et rations. Si je peux comprendre ça de leur part (“on se bat toujours pour ce qui nous manque le plus”, aurait dit un fameux corsaire), je comprends moins l’optimisme gouvernemental sur les capacités militaires de ces pays.

  • Gomez Aguilar , 23 janvier 2013 @ 3 h 07 min

    C’est Surcouf…
    Lors de la Paix d’Amiens, un officier anglais lui lança : “En somme, vous autres français, vous vous êtes battus pour de l’argent. Nous les anglais, nous nous battions pour la gloire…”
    “Naturellement milord, lui répondit Surcouf. On se bat toujours pour ce que l’on n’a pas…”

Les commentaires sont fermés.