Le « gauchiste » n’est jamais satisfait

Voici un extrait de La Société industrielle et son avenir (§ 219, 1995), par Theodore Kaczynski alias Unabomber, traduit de l’anglais par Jean-Charles Vidal, pour mieux comprendre les militants de gauche mais aussi certaines tribunes délirantes comme « Un “contrat universel” à plusieurs plutôt qu’un mariage à deux, fût-il gay » de Lionel Labosse :

[Le « gauchiste »] cherche à satisfaire son besoin de pouvoir en s’identifiant avec un mouvement de masse et […] en collaborant [avec lui] pour qu[‘il] atteigne ses buts […]. Mais peu importe le degré de réussite du mouvement car le « gauchiste » ne sera jamais satisfait, son activisme étant une activité compensatrice […]. Ce qui fait que la motivation réelle du « gauchiste » n’est pas d’accomplir les buts annoncés du « gauchisme » ; en réalité, il est poussé par la sensation de pouvoir que lui confèrent le combat pour un but social et son accomplissement. En conséquence, le « gauchiste » n’est jamais satisfait par ce qu’il a déjà obtenu ; son besoin de processus de pouvoir lui fait sans cesse chercher de nouveaux buts. Le « gauchiste » veut des chances égales pour les minorités. Une fois cela fait, il insiste sur une répartition sociale statistique par minorité. Et aussi longtemps que quiconque abrite dans un recoin de son esprit un quelconque ressentiment envers une minorité, le « gauchiste » se doit de le rééduquer. Et les minorités ethniques ne sont pas suffisantes ; personne ne peut avoir quelque chose à reprocher aux homosexuels, aux handicapés, aux obèses, aux vieux, aux moches, et ainsi de suite. Ce n’est pas suffisant que les gens soient prévenus des dangers du tabac ; un avis doit être imprimé sur chaque paquet de cigarettes. Puis la publicité pour le tabac doit être limitée, sinon interdite. Les activistes ne seront jamais satisfaits avant que le tabac ne soit mis hors-la-loi, et ensuite ce sera le tour de l’alcool, de la junk food, etc. Ils se sont battus contre les mauvais traitements infligés aux enfants, ce qui est raisonnable. Mais maintenant, ils veulent prohiber jusqu’à la fessée. Ils ne seront satisfaits que lorsqu’ils auront un contrôle complet sur la façon dont sont éduqués les enfants. Puis ils passeront à une autre cause.

Autres articles