Le dernier geste de Dominique Venner

Mardi à 16h00, Dominique Venner s’est suicidé, à Notre Dame, devant l’autel d’une balle dans la bouche. Comment comprendre ce geste ? Quels en sont les motifs ? Une lettre a été laissée sur l’autel, il nous dira ce qu’il veut nous dire de son acte.

J’ai eu l’occasion, voilà déjà une quinzaine d’années, de rencontrer Dominique Venner, de discuter avec lui, d’essayer de comprendre l’antichristianisme militant de cet historien qui était à la fois si froid et si passionné, si précis dans ses analyses et si lyrique dans ses perspectives, sans que le lyrisme ne nuise à l’analyse ni l’analyse au lyrisme. Dominique Venner avait une grande âme, “un cœur rebelle”. C’est ce qui m’avait fait éprouver pour lui, alors que nous étions aux antipodes l’un de l’autre, une véritable sympathie. Il m’avait d’ailleurs dédicacé son ouvrage autobiographique Le coeur rebelle : “À l’abbé de Tanoüarn qui n’est pas un cœur soumis”. Cette formule, je l’ai longtemps méditée. Je crois que c’est en cela que nous avons été en compréhension l’un de l’autre, lui et moi, dans le refus de toutes les formes de soumission. Se soumettre c’est subir, subir c’est renoncer à agir, renoncer à agir c’est accepter de ne pas servir, de ne servir à rien, de se laisser happer par le grand Néant de tous les À-quoi-bonismes, contre lequel Dominique s’est élevé toute sa vie. Contre lequel pourrait-on dire, il a tenté d’élever sa vie et son œuvre.

Son dernier post, sur son blog, appelant à manifester le 26 mai contre le mariage homosexuel, mêle la crainte d’une islamisation de la France à ce signe de décadence morale qu’est le mariage des homosexuels. “Ce ne sont pas de petites manifestations de rue” qui pourront changer quelque chose à cette formidable conjuration “du pire et des pires” que présente la vie politique française en ce moment. On devine une forme de désespoir politique, vraiment poignant chez cet homme de 78 ans, dont on pourrait penser qu’il en a vu bien d’autres, depuis les combats de l’Algérie française, les appels à la résistance d’Europe jeunesse, jusqu’à maintenant. Mais le désespoir n’est pas l’explication ultime de ce dernier geste.

“Je crois que ce suicide-avertissement, que Dominique a voulu comme une sorte d’analogie frappante avec le suicide de notre civilisation, était aussi, pour lui, la seule manière qu’il ait trouvé de passer par l’Église une dernière fois sans se renier.”

Du reste, sur son blog, ce n’est pas le désespoir qui domine le texte qu’il nous laisse : “Il faudra certainement des geste nouveaux, spectaculaires et symboliques pour ébranler les somnolences, secouer les consciences anesthésiées et réveiller la mémoire de nos origines. Nous entrons dans un temps où les paroles doivent être authentifiées par des actes”. On pense au sepuku de Mishima, il n’a pas pu ne pas y penser, en choisissant froidement le lieu et le moment et en s’interdisant de se rater. Son acte a été mûri, prémédité. Il avait remis les clés de la Nouvelle revue d’histoire ce week-end à celui qu’il considérait comme son plus proche collaborateur et son continuateur, Philippe Conrad. Sans paraître affecté. Il avait fini sa tâche, il importait de donner un sens à sa fin.

Sur son blog, il expliquait : “Il faudrait nous souvenir aussi, comme l’a génialement formulé Heidegger (Être et Temps) que l’essence de l’homme est dans son existence et non dans un « autre monde ». C’est ici et maintenant que se joue notre destin jusqu’à la dernière seconde. Et cette seconde ultime a autant d’importance que le reste d’une vie. C’est pourquoi il faut être soi-même jusqu’au dernier instant. C’est en décidant soi-même, en voulant vraiment son destin que l’on est vainqueur du néant. Et il n’y a pas d’échappatoire à cette exigence puisque nous n’avons que cette vie dans laquelle il nous appartient d’être entièrement nous-mêmes ou de n’être rien”.

“Nous n’avons que cette vie…”. Cette affirmation, pour Dominique Venner, est une donnée essentielle du problème. S’il n’y a pas d’au-delà de la vie terrestre ; pour quelqu’un qui entend aller jusqu’au bout, l’instant, chaque instant a un poids écrasant. Le chrétien comprend ce sens de l’instant et ce sens de la responsabilité, mais il ne cherche pas à aller au-delà du possible : Dieu est l’agent de nos destinée. Dieu achève l’ébauche que nous lui tendons à la dernière seconde.Et le sacrifice est encore une action, non une soumission. Dominique Venner n’a pas voulu s’en remettre à Dieu de sa dernière seconde, il ne pouvait pas faire ce sacrifice : il a souhaité la choisir. Pétri de philosophie allemande, il a repris toute sa vie l’idée de Schelling, commenté par Heidegger : “être c’est vouloir”. Esse est velle. “L’être, c’est le vouloir”. Il faut vouloir jusqu’au bout pour être vraiment. Voilà la formule d’un athéisme antinihiliste… Le sien.

Et pourtant…

Pourtant, Dominique Venner a choisi l’autel de Notre Dame pour cette décision. C’est sur l’autel qu’il a posé une dernière lettre. Vraiment je ne crois pas que, s’il a fait cela, c’est pour attirer l’attention, pour que Manuel Gaz vienne sur les lieux. Il n’avait que faire de ce genre de reconnaissance “médiatique”. Son acte n’est pas médiatique, il est symbolique. Quel symbole ? Celui de la Vierge Mère, celui de l’éternel féminin, lui qui, dans son dernier blog professe “respecter les femmes alors que l’islam ne les respecte pas”. Sans doute. Mais il ne faut pas oublier qu’outre sa culture païenne, Dominique Venner possédait une solide culture chrétienne, avant que son entrée en délicatesse avec une Église qu’il voyait comme absurdement pro-FLN ne l’ait détourné de Dieu. Je crois que ce suicide-avertissement, que Dominique a voulu comme une sorte d’analogie frappante avec le suicide de notre civilisation, était aussi, pour lui, la seule manière qu’il ait trouvé de passer par l’Église une dernière fois sans se renier. Une sorte de prière sans parole, pour ce coeur inassouvi jusqu’à la dernière seconde. Dieu ? C’était trop compliqué pour lui. Mais Marie… Une femme, capable – Dieu le sait – d’exaucer enfin le désir de perfection qui a été la grandeur et le drame de sa vie.

Autres articles

56 Commentaires

  • champoiseau , 22 Mai 2013 à 8:48 @ 8 h 48 min

    Non, je n’approuve pas le geste de Mr. Venner. Quel exemple déplorable pour les jeunes et moins jeunes. Un geste sans espérance; Un geste d’un homme sans Dieu .Il pensait bien mais a fort mal agi.” Je pars et vous, débrouillez-vous!” Non, je n’admire pas du tout. C’est la faiblesse d’un homme qui se couche devant l’adversaire . Et choisir une cathédrale pour se suicider non, c’est inadmissible. Encore une fois, pour moi, c’est un geste non pas de courage mais de lâcheté.

  • Câlinou , 22 Mai 2013 à 9:10 @ 9 h 10 min

    A méditer sans modération.

    Sur les bandeaux d’annonce d’itélé :
    Manuel Valls : l’Etat est présent ” auprès de l’Eglise catholique “.
    Sans commentaire.

  • Majeur , 22 Mai 2013 à 9:29 @ 9 h 29 min

    Comme la sentinelle qui voyant l’ennemie révèle sa présence par un cri d’alerte, se découvre et meurt.
    La sentinelle est-elle lâche?

  • Le Bâtard , 22 Mai 2013 à 9:34 @ 9 h 34 min

    Il va falloir faire de votre vie quelque chose de bien consistant pour oser parler ainsi d’un homme tel que lui …

  • hector galb. , 22 Mai 2013 à 9:34 @ 9 h 34 min

    Personne ne vous demande d’approuver ou de désapprouver, espèce de crétin. On dirait un clone de Barjot.

  • PG , 22 Mai 2013 à 9:38 @ 9 h 38 min

    Superbe analyse de M. l’abbé de TANOUARN : il a su dire ce qui fut la grandeur de l’homme libre Dominique VENNER, blessé par la décadence de notre Eglise et qui crut trouver dans un paganisme masquant mal son athéisme une solution à son questionnement existentielle tout comme à son angoisse de la patrie terrestre.
    Si tous les catholiques vivaient dans la même tension, le même refus du compromis et de la médiocrité et la même soif d’absolu leur idéal chrétien, la société française serait tout autre.

  • Karl , 22 Mai 2013 à 9:51 @ 9 h 51 min

    Bel article de l’abbé. Dommage que comme tout chrétien il tente de ramener le geste de Venner à sa foi à lui.

    Mais, au moins, sur le reste, l’abbé a-t-il compris. Et comprendre, c’est déjà pouvoir aimer.

Les commentaires sont fermés.