Le dernier geste de Dominique Venner

Mardi à 16h00, Dominique Venner s’est suicidé, à Notre Dame, devant l’autel d’une balle dans la bouche. Comment comprendre ce geste ? Quels en sont les motifs ? Une lettre a été laissée sur l’autel, il nous dira ce qu’il veut nous dire de son acte.

J’ai eu l’occasion, voilà déjà une quinzaine d’années, de rencontrer Dominique Venner, de discuter avec lui, d’essayer de comprendre l’antichristianisme militant de cet historien qui était à la fois si froid et si passionné, si précis dans ses analyses et si lyrique dans ses perspectives, sans que le lyrisme ne nuise à l’analyse ni l’analyse au lyrisme. Dominique Venner avait une grande âme, “un cœur rebelle”. C’est ce qui m’avait fait éprouver pour lui, alors que nous étions aux antipodes l’un de l’autre, une véritable sympathie. Il m’avait d’ailleurs dédicacé son ouvrage autobiographique Le coeur rebelle : “À l’abbé de Tanoüarn qui n’est pas un cœur soumis”. Cette formule, je l’ai longtemps méditée. Je crois que c’est en cela que nous avons été en compréhension l’un de l’autre, lui et moi, dans le refus de toutes les formes de soumission. Se soumettre c’est subir, subir c’est renoncer à agir, renoncer à agir c’est accepter de ne pas servir, de ne servir à rien, de se laisser happer par le grand Néant de tous les À-quoi-bonismes, contre lequel Dominique s’est élevé toute sa vie. Contre lequel pourrait-on dire, il a tenté d’élever sa vie et son œuvre.

Son dernier post, sur son blog, appelant à manifester le 26 mai contre le mariage homosexuel, mêle la crainte d’une islamisation de la France à ce signe de décadence morale qu’est le mariage des homosexuels. “Ce ne sont pas de petites manifestations de rue” qui pourront changer quelque chose à cette formidable conjuration “du pire et des pires” que présente la vie politique française en ce moment. On devine une forme de désespoir politique, vraiment poignant chez cet homme de 78 ans, dont on pourrait penser qu’il en a vu bien d’autres, depuis les combats de l’Algérie française, les appels à la résistance d’Europe jeunesse, jusqu’à maintenant. Mais le désespoir n’est pas l’explication ultime de ce dernier geste.

“Je crois que ce suicide-avertissement, que Dominique a voulu comme une sorte d’analogie frappante avec le suicide de notre civilisation, était aussi, pour lui, la seule manière qu’il ait trouvé de passer par l’Église une dernière fois sans se renier.”

Du reste, sur son blog, ce n’est pas le désespoir qui domine le texte qu’il nous laisse : “Il faudra certainement des geste nouveaux, spectaculaires et symboliques pour ébranler les somnolences, secouer les consciences anesthésiées et réveiller la mémoire de nos origines. Nous entrons dans un temps où les paroles doivent être authentifiées par des actes”. On pense au sepuku de Mishima, il n’a pas pu ne pas y penser, en choisissant froidement le lieu et le moment et en s’interdisant de se rater. Son acte a été mûri, prémédité. Il avait remis les clés de la Nouvelle revue d’histoire ce week-end à celui qu’il considérait comme son plus proche collaborateur et son continuateur, Philippe Conrad. Sans paraître affecté. Il avait fini sa tâche, il importait de donner un sens à sa fin.

Sur son blog, il expliquait : “Il faudrait nous souvenir aussi, comme l’a génialement formulé Heidegger (Être et Temps) que l’essence de l’homme est dans son existence et non dans un « autre monde ». C’est ici et maintenant que se joue notre destin jusqu’à la dernière seconde. Et cette seconde ultime a autant d’importance que le reste d’une vie. C’est pourquoi il faut être soi-même jusqu’au dernier instant. C’est en décidant soi-même, en voulant vraiment son destin que l’on est vainqueur du néant. Et il n’y a pas d’échappatoire à cette exigence puisque nous n’avons que cette vie dans laquelle il nous appartient d’être entièrement nous-mêmes ou de n’être rien”.

“Nous n’avons que cette vie…”. Cette affirmation, pour Dominique Venner, est une donnée essentielle du problème. S’il n’y a pas d’au-delà de la vie terrestre ; pour quelqu’un qui entend aller jusqu’au bout, l’instant, chaque instant a un poids écrasant. Le chrétien comprend ce sens de l’instant et ce sens de la responsabilité, mais il ne cherche pas à aller au-delà du possible : Dieu est l’agent de nos destinée. Dieu achève l’ébauche que nous lui tendons à la dernière seconde.Et le sacrifice est encore une action, non une soumission. Dominique Venner n’a pas voulu s’en remettre à Dieu de sa dernière seconde, il ne pouvait pas faire ce sacrifice : il a souhaité la choisir. Pétri de philosophie allemande, il a repris toute sa vie l’idée de Schelling, commenté par Heidegger : “être c’est vouloir”. Esse est velle. “L’être, c’est le vouloir”. Il faut vouloir jusqu’au bout pour être vraiment. Voilà la formule d’un athéisme antinihiliste… Le sien.

Et pourtant…

Pourtant, Dominique Venner a choisi l’autel de Notre Dame pour cette décision. C’est sur l’autel qu’il a posé une dernière lettre. Vraiment je ne crois pas que, s’il a fait cela, c’est pour attirer l’attention, pour que Manuel Gaz vienne sur les lieux. Il n’avait que faire de ce genre de reconnaissance “médiatique”. Son acte n’est pas médiatique, il est symbolique. Quel symbole ? Celui de la Vierge Mère, celui de l’éternel féminin, lui qui, dans son dernier blog professe “respecter les femmes alors que l’islam ne les respecte pas”. Sans doute. Mais il ne faut pas oublier qu’outre sa culture païenne, Dominique Venner possédait une solide culture chrétienne, avant que son entrée en délicatesse avec une Église qu’il voyait comme absurdement pro-FLN ne l’ait détourné de Dieu. Je crois que ce suicide-avertissement, que Dominique a voulu comme une sorte d’analogie frappante avec le suicide de notre civilisation, était aussi, pour lui, la seule manière qu’il ait trouvé de passer par l’Église une dernière fois sans se renier. Une sorte de prière sans parole, pour ce coeur inassouvi jusqu’à la dernière seconde. Dieu ? C’était trop compliqué pour lui. Mais Marie… Une femme, capable – Dieu le sait – d’exaucer enfin le désir de perfection qui a été la grandeur et le drame de sa vie.

Articles liés

56Commentaires

Avarage Rating:
  • 0 / 10
  • champoiseau , 22 mai 2013 @ 10 h 06 min

    C’est bien mon intention, cher Monsieur, avec la grace de Dieu. en restant à mon poste sur terre.

  • Bavéraven , 22 mai 2013 @ 10 h 41 min

    à Champoison : “avec la Grâce de Dieu”…

    Prions alors pour que le Seigneur vous apporte moins de haine jalouse, un peu de compassion, de compréhension et de Charité.

  • oremus , 22 mai 2013 @ 12 h 21 min

    Bon texte de l’abbé.

  • Colombe , 22 mai 2013 @ 12 h 39 min

    Il est mort comme il a vécu: En chevalier ! Qui peut croire que son geste était gratuit ? Un acte rempli de symbolisme et de force ! La France , fille ainée de l’Eglise , se meurt ! Non ! Elle se suicide ! et l’Eglise de France avec elle ! Qui peut dénoncer cela sinon Notre Dame ?
    Il y a un paradis pour certains agnostiques … paix , sérénité et gloire pour l’Eternité à ce grand homme !

  • champoiseau , 22 mai 2013 @ 12 h 57 min

    A crétin, crétin et demi! On ne vous demande pas de commentaires sur ce que pensent les gens. Vous êtes de ceuxqui disent: “Pensez ce que je pense, sinon vous des crétins”. Les tyrans, les dictateurs, les assimilés à la “hollandie, disent cela.

  • champoiseau , 22 mai 2013 @ 13 h 06 min

    Pensez-vous avoir ces “qualités” . Vos courriers montrent tout le contraire . Un roquet aboyant sur les gens qui passent!
    “Raven” veut dire “corbeau” et “bave” n’a pas besoin de traduction et est très explicite dans votre cas.

  • adamastor , 22 mai 2013 @ 13 h 20 min

    Qu’avez-vous donc fait si ce n’est commenter ce qu’un autre a pensé puis fait. Traiter un suicidé de lâche est la pire des lâchetés! Imaginez-vous un instant ce qu’il faut de courage pour abandonner sa vie, sa famille, ses amis, la lumière pour entrer dans le néant? Votre premier commentaire est d’autant plus affligeant que vous prétendez qu’il n’a pas eu le courage, puisqu’il s’est, selon vous, couché devant l’adversaire, alors que toute sa vie a été un combat. Au lieu d’écire de manière aussi inepte, demandez-vous quel est votre courage. Qu’avez-vous fait, aujourd’hui, “ici et maintenant” pour améliorer la situation, pour combattre “l’adveraire”. Rien vous n’avez rien fait et vous ne ferez rien. Vous êtes animé par la force des veules.

Les commentaires sont clôturés.