Bidules et machins

Tribune libre de Robert Ménard*

Et une de plus. François Hollande vient de charger le professeur Didier Sicard d’une mission sur la fin de vie pour « les cas exceptionnels ». En clair, sur l’euthanasie, même si, hier candidat comme aujourd’hui président en exercice, il s’est toujours bien gardé, toujours prudent, de prononcer le mot. Mais ce n’est pas tant l’objet de cette « mission » qui retient aujourd’hui mon attention que la méthode.

Avez-vous comptabilisé le nombre de missions, de commissions, de tables rondes, de négociations que le chef de l’État a lancé en quelques jours ? On s’y perd. Rien qu’à l’issue de la Conférence sociale, on nous a promis une mission sur la compétitivité des entreprises, une concertation sur les retraites, une autre encore sur les rémunérations des fonctionnaires. Sans oublier une négociation sur les modalités du contrat de génération, et une petite dernière sur « la sécurisation de l’emploi ». Et si cela se trouve, j’en oublie. Depuis le 14 juillet, nous savons qu’une commission va plancher sur la moralisation et la rénovation de la vie politique. Tandis que Hubert Védrine, l’ancien ministre socialiste des Affaires étrangères, s’est vu confier une mission sur « la place de la France dans l’OTAN »… Pas un jour ou presque sans que les partenaires sociaux, les corps intermédiaires, les personnalités de la société civile ou d’anciens apparatchiks socialistes ne soient appelés à se réunir, à cogiter, à « brainstormer », à nous pondre des rapports, à nous faire des propositions sur tout ou à peu près tout.

Au point qu’on est en droit de s’interroger. Volonté de dialogue ou habile façon de repousser les décisions ? Goût du compromis ou absence de leadership ? Naissance d’une social-démocratie à la française ou vieux travers de congrès socialiste ? J’ai du mal à deviner, derrière l’ancien secrétaire national du PS, celui qui va révolutionner les rapports sociaux dans une France shootée à la lutte de classe. Déjà, la côte d’amour du chef de l’État s’effrite ; il ne pourra pas bénéficier du doute encore longtemps. Et c’est tant mieux : la situation exige des décisions. Inscrire le « dialogue social » dans la Constitution, c’est un peu comme d’en supprimer le mot. Au mieux, un gadget. Au pire, une façon de nous prendre pour des imbéciles.

PS : La République des copains, épisode 3 (cf les précédents). Les Inrockuptibles ne seront « ni une annexe, ni une chambre d’écoute, ni un organe du parti socialiste, du gouvernement ou du chef de l’État » a voulu rassurer Audrey Pulvar, propulsée à la tête du magazine branchouille. Elle a raison : pas besoin d’elle, Les Inrocks sont déjà un outil de propagande de l’idéologie soixante-huitarde, pétri de bien-pensance, donneur de leçons, avant-gardiste autoproclamé, porte-voix communautaire… C’est sûr, Audrey Pulvar est un bon choix.

*Robert Ménard est journaliste et fondateur de l’association Reporters sans frontières.

> Son blog : robertmenard.fr

Articles liés

4Commentaires

Avarage Rating:
  • 0 / 10
  • J'ai voté NICOLAS SARKOZY , 23 juillet 2012 @ 7 h 24 min

    dégoût infini….

  • Pesneau , 23 juillet 2012 @ 16 h 23 min

    Des incapables. Ils repoussent toujours le moment de prendre les décisions, parce qu’ils ne savent pas comment les prendre. Pourtant on avait bien averti les Français que Fraise des Bois ( dixit Fabius ) ne savait pas dire non, ne savait pas prendre une décision; en outre, ” il ne foutait rien ” ( dixit Aubry . Veaux sont les Français, veaux ils restent.

  • Frédérique , 24 juillet 2012 @ 8 h 38 min

    Habile façon de repousser les décisions + habile façon de rémunérer les copains, non casés au gouvernement, sur le dos des contribuables, parce-qu’il ne faut pas se faire d’illusions, il n’y a plus aucun moyen de sauver le soldat U.E, et donc par conséquence la France alors les dernières années seront exclusivement consacrées à nous faire les poches pour se remplir les leurs et le tout en couvrant nos râles d’agonie d’une monstrueuse propagande médiatique qui nous dira que tout n’est pas foutu.

  • becassine , 24 juillet 2012 @ 17 h 44 min

    Hollande adore les rapports…. il vous l’explique lui même d’ailleurs.

    Même pas honte !!!

    http://www.youtube.com/watch?v=WtX_bSI3d_M

Les commentaires sont clôturés.