La patrie non-reconnaissante

Tribune libre de Robert Ménard*

L’information n’en finit pas de faire des vagues. Sur Internet du moins. Les familles des trois militaires assassinés par Mohamed Merah n’ont pas été invitées au défilé du 14 juillet, comme c’est le cas, traditionnellement, pour les parents des soldats tués pour la France. « Y a-t-il une différence entre nos enfants assassinés par un terroriste sur le sol français et des soldats morts sur le sol afghan ? » se sont-elles interrogées. On est en droit de se poser la question. Comme si nos dirigeants n’arrivaient pas à considérer Mohamed Merah comme un terroriste et rien d’autre. Difficile en effet, pour certains, de reconnaître que nous sommes en guerre contre une partie de ces jeunes musulmans qui ont fait le choix du djihad, qui haïssent nos valeurs, qui vomissent la France. Reste qu’ils existent et qu’ils tuent. En toute bonne conscience. Et c’est nous qui devrions avoir mauvaise conscience ?

Sans rapport, quoique… Lors de son concert au Stade de France, Madonna a diffusé un clip dans lequel on voit Marine Le Pen avec une croix gammée sur le front. La leader du Front national a porté plainte. C’est son droit. Mais ce qui me sidère, au-delà du caractère abject de cette image, c’est la réaction de Marisol Touraine, notre avenante ministre des Affaires sociales et de la Santé. Interrogée sur LCI, elle a expliqué : « Non, ça ne me choque pas ». Ajoutant : « Je crois que c’est une mauvaise façon de répondre au problème politique que pose le Front national. » Mais pas un mot, pas une intonation qui disent sa stupeur devant une telle bassesse. Et, comme ses amis, elle n’hésitera pas à se draper dans la morale à la première occasion…

PS : La République des copains, épisode 4 (les précédents ici et ). Thomas Legrand, qui tenait une chronique dans Les Inrockuptibles, a décidé de quitter l’hebdo à l’annonce de l’arrivée d’Audrey Pulvar.

Je n’y ai pas cru au début, ça me semblait impossible ! Je n’ai rien contre elle. Je ne crains pas la censure, ni les relectures orientées. Je sais qu’elle me laisserait libre. Je ne mets pas en cause sa capacité de schizophrénie… […] Mais je crois qu’il ne peut plus y avoir de traitement crédible de la politique aux Inrocks.

Ce n’est pas moi qui le dis.

*Robert Ménard est journaliste et fondateur de l’association Reporters sans frontières.

> Son blog : robertmenard.fr

Articles liés

16Commentaires

Avarage Rating:
  • 0 / 10
  • domremy , 23 juillet 2012 @ 13 h 09 min

    je suis désolé,je fais parti des demeurés,NON je n ai pas voté NS,car je ne pouvais plus le voir avec son air fanfaron; c est moi le chef ,je ne connais que les riches,, les autres ce sont des pov c..,et un premier ministre qui a laisser tout faire sans réagir tout au moins au yeux des français
    mais j aimerais dire a MARISOL TOURAINE, que ce n est pas le FN qui pose problème,car ceux qui ont voter pour MARINE sont des français moyens qui refusent les autres partis incapables
    ce n est pas de ma faute si ils ne comprennent pas

  • Gérard , 23 juillet 2012 @ 15 h 11 min

    Autrement dit … vous avez voté à la gueule du client ??? Personnellement, j’ai honte de la gueule du remplaçant ! D’autre part, il semblerait que vous non plus ne compreniez pas grand chose au Front National. La plupart des adhérents sont beaucoup plus “érudits” et conscients de la situation que vous ne croyez et tous les skenhead ont été virés pour cette raison qu’ils n’ont pas leur place parmis eux.

  • domremy , 23 juillet 2012 @ 15 h 43 min

    hé bien oui à la gueule du client comme vous dites en 2007 j ai voté pour lui croyant en ses promesses, KARCHER, république irréprochable, et je n ai rien vu venir, sauf pour les nantis dont je ne suis pas,
    je n ai jamais adhérer a aucun parti, mais s essaye de croire encore que les hommes politiques ont une ethique, un sens du devoir!
    mais le remplaçant ne me plait pas davantage,et certains de son entourage encore moins

  • Pesneau , 23 juillet 2012 @ 15 h 45 min

    Des salopards sous influence et incapables, par dessus le marché.

  • Odette de Lannoy , 23 juillet 2012 @ 22 h 08 min

    Je pense que je suis d’accord avec tous.

  • stanislas de Civry , 24 juillet 2012 @ 12 h 04 min

    Comme l’a si bien dit Robert Ménard à la fin de sa dernière émission sur I Télé jusqu’a présent c’était Ménard sans interdit, mais depuis que les hommes du PS tiennent toutes les commandes, c’est le retour des interdits, de la chape de plomb, du blackboulage, de l’omerta, la police de la pensée unique est de retour. Tout ceci est d’ailleurs assez anachronique car parmi les les tenants du système on retrouve certains adeptes de 68 où il était de bon ton de hurler qu’il était interdit d’interdire.

    Interdit d’interdire ce qui convient aux hommes de pouvoir, mais en proscrivant tout de suite drastiquement ce qui les dérangent, et la vérité est comme par hasard un sujet tabou, et comme le disait déjà il y a bien longtemps Guy Béhard, celui qui dit la vérité doit être exécuté.

    La France qui se targue d’être le berceau de la démocratie, qui donne des leçons à tout le monde en se mèlant le plus souvent des affaires des autres qui ne la concernent point, la France donc, et ceuyx qui prétendent la représenter feraient bien ,

  • stanislas de Civry , 24 juillet 2012 @ 12 h 28 min

    Comme l’a si bien dit Robert Ménard à la fin de sa dernière émission sur iTélé jusqu’a présent c’était Ménard sans interdit, mais depuis que les hommes du PS tiennent toutes les commandes, c’est le retour subreptice des interdits, de la chape de plomb qui ne dit pas son nom, du sinistre blackboulage souterrain, de l’omerta castratrice, bref, la police de la pensée unique est de retour.

    Le président normal prétendait rassembler tous les Français, mais tout porte à croire qu’il a simplement omis de préciser qu’il s’agissait uniquement des membres du PS, les autres étant frappés de l’autracisme le plus tatillon.

    Tout ceci est d’ailleurs assez anachronique car parmi les tenants du système on retrouve certains adeptes de 68 où il était alors de bon ton de hurler qu’il était interdit d’interdire.

    Interdit d’interdire certes, mais cette belle formule de façade ne concerne en réalité uniquement que les sujets qui convient aux hommes de pouvoir, mais par contre ils en proscrivent tout de suite drastiquement ceux qui les dérangent, et la vérité est comme par hasard un sujet tabou. Comme le disait déjà en son temps Guy Béhard, celui qui dit la vérité doit être exécuté.

    Voilà, pour Robert Ménard c’est fait, on lui coupe la parole. Désormais il n’a plus que le droit de se taire, mais nous espérons tous qu’il fera usage de son droit à la désobéissance civique et qui pourra très bientôt reprendre la parole.

    La France qui se targue d’être le berceau de la démocratie, qui donne des leçons à tout le monde en se mèlant le plus souvent des affaires des autres qui ne la concernent point, la France donc, et ceuyx qui prétendent la représenter feraient bien de balayer en priorité devant leur porte car notre pays est loin d’être un exemple de démocratie.

    Nous seront nombreux à regretter les questions incisives de Robert Ménard qui comme Eric Zemmour paye lui aussi sa trop grande franchise, cette denrée rare, de plus en plus rare, qui fait tâche dans la pleutrerie générale et dérange le doux ronron des politicards professionnels plus intéressés par leurs avantages que par les problèmes de nos compatriotes.

Les commentaires sont clôturés.