Augmentation de l’allocation de rentrée scolaire : l’État mauvaise nourrice

L’ARS, c’est l’allocation de rentrée scolaire. Elle est versée à trois millions de familles qui vont bénéficier d’une revalorisation de 25% par le gouvernement socialiste. D’après les statistiques de la Caisse nationale des allocations familiales, 2,8 millions de foyers ont touché cette allocation en 2011, pour un coût total de 1,49 milliard d’euros. Les socialistes feront mieux et encore plus. Ils savent dilapider l’argent selon l’idéologie injuste de la « justice sociale », qui ne profite qu’à une certaine classe sur-assistée, et sans aucun contrôle des dépenses. Cette semaine, l’État socialiste va dépenser environ 1,9 milliard d’euros…

On oublie encore les classes moyennes

Évidemment, cette aide est versée « selon des critères sociaux ». Elle exclut donc les foyers qui se situent juste au-dessus de la limite, eux qui sont déjà exclus des HLM, des aides au logement, des exonérations diverses et variées, afin qu’in fine, ils puissent tranquillement vivre plus pauvrement que les sur-assistés. Ce n’est pas un mystère, mais une réalité française bien connue. Le plafond de ressource pour bénéficier de cette aide avec un enfant est de 23 200 euros, soit 1 933 euros par mois pour le foyer – deux parents – donc 966 euros mensuel par parent, moins que le SMIC. Autant dire que si les deux parents gagnent le SMIC, ils n’ont pas le droit à cette aide… Il vaut mieux que l’un des deux soit au chômage pour empocher cette aide.

À quoi sert cette aide ?

À titre d’exemple, l’ARS s’élève à 388,87 euros pour un enfant de 15 ans. Elle est versée sans aucun contrôle. Alors même que la gratuité des manuels scolaires est systématique dans l’enseignement public (pas dans l’enseignement privé…) et que de nombreuses dépenses sont prises en charge directement par les collectivités, on se demande bien à quoi pourrait servir une telle somme.  La consommation des ménages bénéficiant de cette aide « rentrée scolaire » n’est analysée par aucune étude sérieuse. Les témoignages de professeurs ne manquent pas, voyant arriver à la rentrée des enfants qui ont des vêtements de marque et autres consoles portables, mais avec des fournitures scolaires rudimentaires. Certains proposaient de la verser sous forme de bons d’achats, permettant de flécher ces aides vers les seuls produits, et de permettre que cet argent soit réinvesti dans l’économie. Il n’y a pas de raisons pour que cela ne fût pas le cas. Il est temps de militer pour que cela le devienne.

> Sur le sujet, voir la vidéo intéressante de Corinne Tapiero, vice-présidente de la PEEP.

Articles liés

9Commentaires

Avarage Rating:
  • 0 / 10
  • Frédérique , 24 août 2012 @ 19 h 22 min

    Pauvre Lacourt, vous ne vous rendez même pas compte que la haine que vous reprochez aux autres n’est rien d’autre que celle qui vous permet d’exister. Au début, vos propos pouvaient nous blesser, parce qu’incompréhensifs, puis ils nous ont blasé car répétitiifs, aujourd’hui, ils ne nous inspirent plus que de la pitié pour les gens comme vous, sectaires, haineux, petits, je vous plains.

  • xanpur , 24 août 2012 @ 21 h 50 min

    Pauvre clown

Les commentaires sont clôturés.