« Trop peu de maternités ! » : une presse si unanime

Tribune libre

J’ai écrit à de multiples reprises que les organes de presse français n’étaient plus qu’une vaste soupe clairette dans laquelle une opinion unique est répétée ad nauseam d’une rédaction à l’autre, sans guère de réflexion. Le drame récent d’un accouchement tragique sur une autoroute illustre malheureusement de façon claire ce panurgisme complet et rédhibitoire du secteur des médias en France

L’affaire se résume en quelques mots : une femme, enceinte de 7 mois, se rend chez son gynécologue qui lui conseille, sentant l’accouchement proche, d’aller de toute urgence à sa maternité. Elle se dirige donc à la maternité de l’hôpital de Brive en Corrèze, pour y accoucher. Malheureusement, elle a donné naissance à son enfant durant le trajet qu’elle faisait avec son compagnon. Le SAMU de Cahors n’a pu que constater la mort du nouveau-né au niveau de la barrière de péage de Montfaucon.

Il n’aura pas fallu plus de quelques heures à toutes les rédactions pour embrayer sur ce triste fait divers. Ce qui est surprenant est l’unanimité des titres et des « analyses » fournies. Je vous en livre un petit extrait ici :

La Dépêche du Midi :

Reste que ce nouveau drame pose la question de la présence des maternités sur le département.

Le Figaro :

« Le drame relance le débat sur les déserts médicaux. La maternité de sa petite ville dans le Lot ayant fermé en 2009, la jeune femme avait pris la direction de Brive, soit un trajet d’un peu plus d’une heure. »

Le Nouvel Observateur :

La mort d’un nouveau-né vendredi après que sa mère eut accouché sur une aire d’autoroute en se rendant à la maternité de Brive (Corrèze), à une heure de route de son domicile, dans le Lot, a relancé samedi le débat sur les déserts médicaux en France.

Le Parisien :

« Accouchement dramatique sur l’A20 : les déserts médicaux pointés du doigt »

L’Express :

La mort d’un nouveau-né dont la mère a dû accoucher sur l’autoroute, faute de pouvoir gagner à temps une maternité, a relancé le débat toujours vif sur la fermeture des services de proximité.

On sent qu’une tendance se dégage nettement, non ?

À moins de faire preuve d’une mauvaise foi en béton armé, force est de constater que tous les journaux reprennent l’information initiale (une femme enceinte accouche sur l’autoroute la menant à la maternité, et son enfant y meurt) pour y ajouter, systématiquement, une remarque, toujours la même : ce drame rouvre le débat (sous-entendu, est la conséquence directe ou indirecte) sur la fermeture des maternités en France. Mais si. Obligé.

Il faut bien comprendre ici que cette analyse n’est pas choquante a priori. Elle le devient lorsqu’elle est présentée comme l’unique analyse possible : la maternité était trop loin de la famille. Point. Par exemple, la décision initiale du gynéco n’est discutée en rien. Peut-être ne l’est-elle pas, mais en tout cas, on ne se pose même pas la question. Par exemple, le fait que la famille était trop loin de la maternité n’est pas plus envisagé. Peut-être est-ce normal, peut-être pas, mais là encore, on ne veut pas poser cette question. La comparaison des trajets moyens dans les autres pays européens n’est pas proposée. Pourtant, cela permettrait, sinon de relativiser, au moins de contextualiser le cas français. La mise en perspective avec la rareté d’un tel événement n’est pas de mise ; même si cela n’arrive, pour ainsi dire, jamais en France, dans tous les articles, dans tous les cas, l’émotion prend le pas sur la réflexion, et le coupable idéal est trouvé : c’est la fermeture agressive de maternités, rien d’autre.

Et même si on admet que ce sont les trop nombreuses fermetures de maternités qui sont la cause racine de ce tragique accouchement, pas une ligne n’est consacrée dans ces articles à l’agacement qui devrait pourtant pointer devant l’augmentation perpétuelle des ponctions opérées pour l’ensemble de la sécurité sociale, hôpitaux compris, l’accroissement tout aussi régulier des déficits constatés, la baisse inexorable des remboursements et de la qualité de service. Autrement dit, tous les articles, sans exceptions, pleurent à chaudes larmes sur la fermeture de maternités, mais aucun ne s’indigne ou même ne remarque que les coûts de santé, en France, ont littéralement explosé de tous les côtés, accroissant l’ardoise dans des proportions bibliques, alors que les services ferment, les médicaments ne sont plus remboursés et les conditions pour être pris en charge sont de plus en plus drastiques.

En admettant que seule la question de l’éloignement des maternités soit pertinente, la question immédiate que devrait se poser la presse est simple : où passe tout cet argent ? Où sont les moyens ? Or, pas un mot à ce sujet n’est mis sur la table. Alors même qu’il s’agit ici, littéralement, de la vie d’individus, personne ne pose la question tabou : où passent toutes les gigantesques rivières de pognon qu’on déverse dans la sécurité sociale ?

Et puisque la seule question que retient la presse est de savoir si les maternités « s’éloignent » des patients avec toutes ces fermetures, un minimum d’analyse aurait dû aborder l’état des lieux. Car des études existent. Et même si certaines datent de quelques années, elles permettent de dresser un bilan sur le territoire, bilan bien moins noir que ce que laissent penser les sous-entendus convenus d’une presse devenue purement sensationnaliste. Par exemple, celle-ci, en page 2, note :

« Primary care is accessible in less than 15 minutes for 95% of the population »

Bien évidemment, lorsqu’on est dans les 5%, c’est moins rose et le temps d’accès peut grimper à 40 minutes (ou plus, comme dans le cas tragique du drame de l’A20). Mais est-ce que ce seul drame relance vraiment, à lui seul, la pertinence des regroupements médicaux en cours ? Du reste, si on regarde le taux de mortalité infantile avec le nombre de lits par habitants, on ne trouve pas de corrélation.

Réclamer plus de maternités ne garantit en rien qu’un tel drame ne se reproduira pas. En revanche, au vu de l’historique des dépenses et des déficits, cela garantit que le gouffre continuera de se creuser, sans la moindre assurance que la qualité de service augmentera.

Ce que cette affaire montre bien tristement, c’est que tout un corps de métier ne fait plus que reproduire les nouvelles qui tombent d’une source connue, par copier-coller mécanique, par panurgisme et dans l’absence de réflexion, de prise de recul ou tout simplement d’esprit critique. À partir du moment où l’AFP avait relayé l’information, en saupoudrant sa dépêche de « ceci relance le débat sur les déserts médicaux », tout le monde y est effectivement allé de son débat sur le désert médical.

En fait de désert médical, on note surtout un désert de réflexion.

> h16 anime le blog hashtable.

Autres articles

8 Commentaires

  • hector galb. , 22 Oct 2012 à 19:19 @ 19 h 19 min

    La presse est de gauche en ce qu’elle sur-réagit à l’émotion et ne se fonde que sur un échantillon, et l’associe à son prétendu “bon sens” de cruches, pour former un opinion à deux balles.

  • gzz 40 , 23 Oct 2012 à 8:07 @ 8 h 07 min

    Et notre “Flamby” a sauté à pieds joints sur l’évènement pour y aller d’une grosse “louche”, histoire de montrer qu’il existe,et se refaire une petite santé dans les sondages ….

  • Vidhar , 23 Oct 2012 à 9:46 @ 9 h 46 min

    J’ai assez peu de sympathie pour le libéralisme et votre article me conforte dans cet avis. Le fric avant tout donc… statistiques à l’appui. Si on supprimait tous les remboursements je pense qu’on derait réussir à faire des économies… Mais n’étant ni socialiste et encore moins communiste je suis donc curieux de connaître vos solutions: comment à la fois économiser et permettre à nos compatriotes d’être bien soignés ? Merci

  • scaletrans , 23 Oct 2012 à 10:04 @ 10 h 04 min

    Et moi, j’ai assez peu de sympathie pour les gens qui disent n’importe quoi et “résonnent” comme des tambours. Sans donner de solutions, on est fondé à se demander où passent en effet “les rivières de pognon” dont parle l’article. Il n’est nullement question de faire des économies en diminuant les remboursements, mais d’examiner de près l’efficacité et l’affectation des sommes gigantesques qui augmentent exponentiellement, alors que la qualité du service diminue.

  • Braquehais , 23 Oct 2012 à 11:00 @ 11 h 00 min

    Contrairement à ce qui est dit, l’article du Figaro est nuancé et pose un certain nombre de bonnes questions permettant un début de réflexion :
    le Lot est-il un désert médical ?
    Aurait-il fallu aller si loin ?
    Pourquoi ne pas avoir appelé d’ambulance ?
    Quel était l’état de santé de la jeune femme ?

  • JSG , 25 Oct 2012 à 14:30 @ 14 h 30 min

    les maternités en question ?
    Allons bon, il existait il y a 50 ans des dispensaires, un abruti les a décrété inutiles, moralité, pour le moindre bobo on encombre les urgences des hôpitaux.
    On supprime les hôpitaux de proximité, moralité, la sécu se plaint des frais de transport sanitaire qui gonflent.
    On modifie le numerus clausus moralité on revient en arrière à toutes pompes, car il n’ y a plus de médecins.
    La France fait des enfants, plus que d’autre pays, alors, on supprime des maternités, mais on ne pense pas que les sages femmes libérales, ça existe. Que les médecins, normalement doivent savoir faire un accouchement, qu’obliger les communes de plus de tant d’habitants à s’équiper d’une salle d’urgence, qui servirait de relais avant l’arrivée de la cavalerie ça ne serait pas une mauvaise chose !
    Le réflexion, est une chose trop précieuse pour la confier à des technocrates !
    JSG

  • Vidhar , 25 Oct 2012 à 15:36 @ 15 h 36 min

    Je n’avais pas vu votre réponse d’où ma réaction tardive. Ma question était précise: quelles sont vos solutions ? Vérifier l’affectation des sommes ( je suis d’accord) et le problème est réglé ? Le fait d’attendre parfois plus d’un mois par exemple pour avoir un rdv avec un médecin généraliste ou spécialiste selon le lieu où l’on vit cela ne vous semble pas anormal ?

Les commentaires sont fermés.