Toujours plus de marcheurs pour la vie

La “8e Marche pour la vie” organisée par le collectif “En marche pour la vie” qui regroupe onze associations (AOCPA-Choisir la vie, Laissez-les-Vivre…) a rassemblé plus de 12 000 participants dimanche après-midi dans les rue de Paris (30 000 selon les organisateurs). Une affluence légèrement supérieure à celle de l’année dernière, confirmée par certains témoignages : “Nous sommes 125 marcheurs en provenance d’Orléans, soit deux cars complets contre un l’année dernière” explique tout sourire Quentin. “L’event sur Facebook a rassemblé beaucoup plus de monde qu’en 2011 »  rapporte quant à lui Benjamin Izarn, président des Etudiants Pro-Vie. Virginie Raoult-Mercier, chargée des relations avec les médias, a confié à Nouvelles de France que les forces de l’ordre avaient procédé à deux comptages, arrivant la première fois à 8 000 manifestants et la seconde fois à 10 000. Des données en hausse par rapport aux 6 500 participants certifiés par la police en janvier 2011.

Le cortège, composé de très nombreux jeunes, de familles et de plusieurs dizaines de prêtres, accueillait cette année Mgr Marc Aillet, évêque de Bayonne, Lescar et Oloron, Mgr Guy Bagnard, évêque de Belley-Ars et Mgr Guy Thomazeau, archevêque émérite de Montpellier. Des délégations étrangères (italienne, belge, philippine…) ainsi que des élus et des candidats (Christine Boutin, Carl Lang, Axel de Boer…) le composaient. Étaient également présents l’humoriste catholique Frigide Barjot, l’essayiste et journaliste Jean Sévillia, l’Abbé Pierre-Hervé Grosjean du diocèse de Versailles, le Père Hubert Lelièvre qui représentait Mgr Jean-Pierre Cattenoz, archevêque d’Avignon, Tugdual Derville, délégué général d’Alliance Vita, Jean-Marie Le Méné, président de la Fondation Lejeune, Joseph Fadelle, ex-musulman converti au catholicisme et auteur du “Prix à payer”… Les pancartes variaient du “Avortement euthanasie ça suffit !” à “Ne les tuez pas !”, les banderoles de “Honneur aux mères” à “Tout individu a droit à la vie, à la liberté et à la sûreté de sa personne”. Des tubes contemporains sur lesquels dansaient certains jeunes alternaient avec les morceaux plus militants (“Si j’étais président de la République, jamais plus un enfant n’aurait une fin tragique…”) et des discours d’animation (“On ne lâchera jamais…”). A l’arrière du cortège, des marcheurs récitaient le chapelet.

Interrogés par la presse, les organisateurs n’ont pas caché leur volonté d’influencer les programmes des candidats à l’élection présidentielle : “nous voulons des lois pour la vie”, a déclaré Cécile Edel, présidente de Choisir la Vie. Ils ont rappelé le soutien de nombreux évêques ainsi que celui du pape. Pour la première fois, deux députés UMP (Christian Vanneste et Bruno Bourg Broc) prenaient publiquement position en faveur de la marche pour la vie.

Ce lundi, Nouvelles de France consacre une édition spéciale à la 8e Marche pour la vie. Retrouvez nos rencontres exclusives avec Mgr Bagnard, évêque de Belley-Ars déjà présent l’année dernière, Christine Boutin, candidate du Parti chrétien-démocrate à l’élection présidentielle, Axel de Boer, lui aussi candidat, Jean-Marie Le Méné, président de la Fondation Jérôme Lejeune ou encore l’abbé Loddé.

Autres articles

6 Commentaires

  • Freulon Sylvie , 23 Jan 2012 à 11:57 @ 11 h 57 min

    Le peuple de France était bel et bien là à cette grandiose manifestation. Il est venu de toutes les provinces, les régions, les petites villes de ce vaste pays. Quant à moi, j’ai amené le drapeau de Saint-Olaf, celui de Guillaume le Conquérant ce qui a intrigué le peuple parisien dans son ensemble. Personne n’en connaissait la signification et j’ai expliqué l’histoire du duc-roi Guillaume qui vainquit le roi Harold à Hastings en 1066. J’ai même évoqué les îles anglo-normandes où ce drapeau existe.
    Tout le monde était joyeux, content et heureux.
    Une belle démonstration de force qui dément chaque année les petites annonces médiatiques. Ce n’était pas 30 000 mais 60 000 personnes qu’il y avait et j’y étais. Aux côtés de ce peuple formidablement attaché au respect de la vie sous toutes ses formes.

  • JEAN DU TERROIR , 23 Jan 2012 à 12:33 @ 12 h 33 min

    Il serait salutaire que les pouvoirs publics en profitent pour organiser les déremboursements “au cas par cas” de l’interruption volontaire de grossesse et pour conditionner le versement de prestations sociales aux femmes, isolées ou non, ayant rendu le service à leur pays d’assurer le renouvellement des générations.

  • Charles , 23 Jan 2012 à 22:52 @ 22 h 52 min

    Il est regrettable qu’une confusion fondamentale soit faite depuis 37 ans
    dans la stratégie d’opposition a la loi Veil.
    La conséquence étant que,à ce jour, aucun résultat concret n’ait été obtenu.

    Les opposants se cantonnent dans une position de principe du tout ou rien.
    Ils veulent la suppression complete et entiere de la loi Veil ,

    En foi de quoi ils n’ont strictement rien obtenu en 37 années d’opposition…
    Il y a de quoi désesperer.

    Les opposant confondent l’attaque de face (qui ne sert a rien) pratiquée jusqu’ici
    et l’attaque de coté et de biais qui n’a jamais ete essayée.

    Pour ouvrir une huitre il faut l’attaquer en son seul point faible,son ARTICULATION.

    Pour attaquer efficacement la loi Veil il faut donc l’attaquer sur sa justification de base ;
    A savoir ,l’invocation par les pro-Veil de la liberté de choisir,donc du droit
    et des moyens de choisir.Choisir entre quoi et quoi ?
    Choisir entre l’option A comme Avortement et l’option B comme Bebe.

    Si tous les moyens sont mis a disposition du choix A,
    Quid des moyens du choix B?

    Dans le cas particulier des mineures enceintes,en particulier des moins de 16 ans
    (le point d’articulation de l’huitre),donner les moyens du choix B
    impliquerait l’ouverture d’un lycée residentiel reservé aux jeunes mamans souhaitant a la fois poursuivre leur scolarité et poursuivre leur grossesse.
    Ce qui implique une pedagogie adaptée a leur situation de jeune mère enceinte.

    A defaut d’option Lycée residentiel adapté ,le principe constamment invoqué
    par le législateur du droit et des moyens de choisir entre A et B n’est pas respecté
    par le meme législateur….

    Donc la loi Veil devrait a tout le moins etre amendée en application meme
    des principes d’égalité de choix invoqués par les pro Veil…

    Donc la procédure de l’entretien préalable au choix (rentre A et B) devrait comprendre une offre formelle (et une présentation) d’une possibilité de s’inscrire dans un lycée (ou collège) résidentiel réservé aux jeunes mamans souhaitant faire le choix B.
    La jeune maman ayant bien sur le droit de choisir ce qu’elle souhaite in fine :A ou B.
    Cette position est IMPARABLE,contrairement a la position ABROGATION.

    Le paradoxe de cette approche de biais et de coté étant de provoquer un début
    de prise de conscience concret chez les amies des jeunes mamans qui restent
    en contact avec leur amie , précisément en lycée résidentiel VOLONTAIREMENT.

    Les organisateurs ,helas,preferent la position plus confortable de la pureté doctrinale
    (l’abrogation)qui ne donne aucun resultat concret depuis 37 ans

  • Robert , 23 Jan 2012 à 23:03 @ 23 h 03 min

    Le pays réel était dans la rue avec nous ou pouvant voir cette réalité. À savoir que le respect de la vie mobilise les jeunes, malgré l’adversité et le silence des médias.
    La prochaine étape, c’est de songer à soutenir des oeuvres voire à s’engager soi-même et dans la campagne électorale harceler les partis réputés non partisans de l’avortement pour qu’ils se déterminent au moins à affirmer qu’ils vont dans le sens du respect de la vie.
    Je pense en particulier au FN qui a une chance réelle d’être au second tour voire plus.
    Pour les autres, UMP and co, vous pouvez aussi essayer, mais il me semble qu’ils ont montré depuis longtemps leurs préférences.
    Et notez tous déjà le troisième dimanche de janvier 2013 pour vous et vos amis.

  • Robert , 23 Jan 2012 à 23:12 @ 23 h 12 min

    Charles,
    Les deux positions ne sont pas inconciliables en soi tant qu’elles ne s’opposent pas. Mais si vous attaquez sur la liberté, vous reconnaissez le droit d’avorter au nom de la liberté. Pour un catholique et un défenseur de la vie, qui considère celle-ci comme sacrée, c’est inacceptable.
    Que l’on soutienne des députés qui demandent une meilleure information des moyens alternatifs à l’avortement n’empêche pas qu’on espère pouvoir en faire disparaître la légalisation et d’abord le remboursement.
    Ne pratiquons pas une mauvaise dialectique qui oppose, mais n’oublions pas que si la vie est sacrée dans sa dignité, il n’est pas possible de légitimer une exception. C’est comme ça qu’est passée la loi Veil que vous voudriez maintenant voir plus strictement appliquée. Mais dans la réalité, même Veil a avouée que c’était une étape vers un droit inaliénable à avorter et que donc cette loi n’était pas destinée à être respectée dans ses limites.
    Retenez les leçons de l’expérience, c’est la personne, l’enfant, la mère, la famille jusqu’à la nature sexuelle qui, coup après coup, sont attaqués.
    Est-il possible de coopérer avec une telle oeuvre?
    Ou est-il question de pureté doctrinale là-dedans?
    C’est simplement de la raison et de la logique, non?

  • Charles , 26 Jan 2012 à 11:47 @ 11 h 47 min

    Mon bien Cher Robert

    Je vais tenter de vous reexpliquer a nouveau ma recommandation.

    Dans ce dossier,Il faut distinguer 2 Débats totalement differents et donc distincts:

    1.Le Debat D1 sur le droit de decider de tuer ,ou non,son enfant a naitre

    2. Le debat D2 sur comment concretement diminuer,tres vite, le nombre d’enfants tués.

    Le Debat D1 dure depuis plus de 40 ans et s’oppose sans résultat
    depuis 37 ans a une loi absurde qui a fait plus de 8Millions de morts en France.

    Le Debat D2 et l’action PLAN B (pour Bébé) consiste a entrer
    dans la logique de l’ennemi pour le pieger dans son propre raisonnement.

    Il faut comprendre que le systeme legislatif abortif est construit
    comme une forteresse qui comprend plusieurs portes d’acces.

    Une Grande porte frontale et plusieurs petites portes latérales.

    Sur le fronton de la grande porte frontale sont inscrits en lettres d’or les mots suivants:
    “Toute femme a le droit de choisir” (sous entendu entre A & B)

    Toutes les attaques au belier contre cette porte ont eu pour unique resultat
    de conforter cette porte comme la boule de feu du film le 5eme élement.
    (elle devient plus grosse apres chaque attaque de missiles)

    En pratique les abortionistes se felicitent de ce que des coups de Belier “ProVie”
    continuent a frapper la porte frontale puisque cela RENFORCE cette porte .

    A savoir “ils veulent porter atteinte a la liberté des femmes,ce sont des méchants”.

    En consequence,il faut etudier un plan B contre cette forteresse
    afin de defendre le plan B pour BEBE.

    Si vous etudiez de pres les petites portes laterales de la Forteresse
    vous decouvrirez une petite porte laterale vermoulue parmi d’autres petites portes.

    A savoir,le cas precis de precis des mineures enceintes
    en cours de scolarité(college et lycées).

    La feinte de corps,a supposer que vous compreniez le concept,
    consiste a reprendre ,in extenso,le concept du libre choix entre A & B pour le pieger.

    En effet,Qui dit “libre choix” dit les droits reels et les moyens reels de choisir….

    Si les mineures se voient offrir le droit et les moyens reels pour l’option A (avorter),
    Quid du droit et des MOYENS reels pour l’option B (bebe) ????????

    Le legislateur Veillien est il coherent????

    Une mineure enceinte scolarisée sans une pedagogie adaptée
    n’a pas le libre choix reel de choisir l’option B,donc il y a vice de consentement
    a l’option A qui n’est pas une veritable option mais un choix imposé,donc un non choix….

    Concretement si une vingtaine de Lycées residentiels destinés
    uniquement aux mineures enceintes etaient disponibles en France
    cela mettrait fin de maniere naturelle a l’epidémie d’avortement en France.
    (la creation ne fusse que d’un seul 1er lycée serait un commencement)

    Par voie de consequence,ce seraient les anciens Bebes (recemment sauvés)
    ,par leur seule existence (par youtube et facebook),qui deviendraient les anges gardiens
    des nouveaux Bébés placés sous le couteau Abortif de Damocles.

    Les nouvelles mamans (mamans malgré elles)prendraient conseil
    et suivraient l’exemple des autres jeunes mamans.

    Par un effet tache d’huile et boules de neige les operations sauvetages naturels
    se repandraient chez les autres classes d’age pour s’etendre aux etudiantes.

    Donc,si les marches pour la vie osaient afficher des pancartes
    sur un seul 1er objectif principal:(effet de poussée sur la porte vermoulue)

    OUI AU PLAN B DES BEBES
    OUVRONS DES LYCEES RESIDENCE
    POUR LES MINEURES ENCEINTES

    Que pourront repondre les ABORTIONISTES a votre avis.????
    RIEN
    Concretement un mouvement sera entamé qui se revelera sur la distance
    comme un vrai virus injecté dans la banalisation actuelle de l’avortement.
    C’est bien ce que nous cherchons a faire et a obtenir OUI ou NON????

Les commentaires sont fermés.