Jean-Marie Le Méné (Fondation Lejeune) sur LCP : «Je réclame le droit de dissuader les femmes de tomber dans la violence de l’avortement»

Jean-Marie Le Méné (Fondation Lejeune) sur LCP : «Je réclame le droit de dissuader les femmes de tomber dans la violence de l’avortement»

“À partir de mardi soir, je risque deux ans de prison. Eh bien, ça c’est la porte ouverte au totalitarisme, ça s’appelle du délit d’opinion réprimé par la prison. C’est extrêmement grave. Je regrette que la droite n’ai pas bougé sur ce point, je trouve cela inadmissible. Avec ce que je vous dis là et lorsque la loi sera promulguée,je peux aller en prison. Eh bien, je continuerai à le dire”, déclare mardi Jean-Marie Le Méné sur LCP. Expliquant que le site gouvernemental consacré à l’avortement parle de “fragments de grossesse” pour parler des restes de l’enfant éliminé dans le sein de sa mère, le Président de la Fondation Jérôme Lejeune constate que “les féministes ont peur de la vérité. Vous n’assumez pas la vérité, vous cachez les mots et vous cachez cette violence aux femmes, et ça, ça vous sera reproché. Vous n’avez pas le droit de cacher la vérité aux femmes”.

Une fois n’est pas coutume, le service public audiovisuel a organisé un débat relativement équitable sur la question de l’avortement et du “délit d’entrave à l’IVG” renforcé mardi par le Parlement, en invitant hier Philippe Gosselin, député UMP de la Manche, Jean-Marie Le Méné, président de la Fondation Jérôme Lejeune, Olga Trostiansky, adjointe au maire de Paris chargée de la solidarité, de la famille et de la lutte contre l’exclusion et Fiammetta Venner, directrice de publication de la revue Prochoix.

Autres articles

38 Commentaires

  • la Mésange , 23 janvier 2014 @ 14 h 39 min

    Le problème c’est que la grande partie des gens qui sont à fond pro-avortement sont des personnes complètement vendues au démon : je le dis sans plaisanter, la plupart doivent être possédées. Elles éructent une haine envers les gens qui essaient de protéger les bébés, qui n’est véritablement pas de ce monde.

    Lisez un peu, si vous ne l’avez pas fait, la discussion d”il y a deux jours à peine ici même sur NdF :
    https://www.ndf.fr/nos-breves/20-01-2014/videos-9e-marche-pour-la-vie-entre-16-000-police-et-40-000-organisateurs-participants

    Ces gens savent très bien que l’avortement est le meurtre d’un enfant innocent et absolument incapable de se défendre, mais ils veulent tuer, et à les lire, je suis à peu près certaine qu’ils n’hésiteraient même pas une seconde à tuer quiconque s’opposerait à leur folie meurtrière.

    Je ne sais plus qui (plusieurs personnes) pensent que l’avortement de masse est une forme de sacrifice humain que satan a institué pour se faire honorer par notre effroyale époque, en remplacement des sacrifices humains pratiqués par les païens au cours des siècles passés.
    Celui-ci est encore plus agréable au diable, parce les bébés sont plus innocents que les adultes ou jeunes jadis sacrifiés, puisqu’ils n’ont pas péché, les pauvres.

    Quant à moi, il me paraît clair qu’une chose aussi abominable ne peut être que satanique par essence. L’homme est naturellement mauvais, mais pas au point d’inventer une chose qui doit faire frémir l’enfer lui-même, comme le massacre de ses propres enfants par millions.

  • jejomau , 23 janvier 2014 @ 15 h 09 min

    Il y a des femmes perdues dans le désespoir aussi: les gens dont vous parlez ici sont les follasses socialos du planning et leurs consoeurs LGBT

    Il faut aider les autres en leur proposant COMMENT s’en sortir . Exemple avec SOS TOUT-PETITS ou encore Mère de Miséricorde :

    http://www.meredemisericorde.org/

  • JSF , 23 janvier 2014 @ 15 h 40 min

    “… Avec ce que je vous dis là et lorsque la loi sera promulguée,je peux aller en prison….”
    Chacun a sa conscience pour lui, libre aux autres d’argumenter pour convaincre chacun qu’il fait fausse route.
    Maintenant instituer comme un délit, le fait de faire savoir que l’on n’est pas d’accord avec une façon d’être est un crime contre la pensée, une grave ateinte à la liberté de parole.
    Si tel est le cas comme semble le suggérer l’auteur de ce billet, alors, là, les socialistes et tous leurs valets serviles, feront la preuve que la France n’est plus une démocratie.
    Démocartie voulant dire la voix du peuple et non celles de quelques dégénérés à l’esprit embué de pensée totalitaire.
    De plus, il me semble en ce moment percevoir de part le monde, au travers de mouvements sociaux, que les gouvernants tendent de plus en plus vers des formes totalitaires de gouvernance ? Ont-il peur de ne plus rien maitriser ? Ou, au contraire cherchent-ils à voir leurs populations se soulever ?
    Bref, que nos chers “représentants” prennent garde, conseil d’un ancien….

  • Cap2006 , 23 janvier 2014 @ 15 h 53 min

    C’est un débat d’hypocrites !!!

    Les anti IVG devraient encourager les femmes à utiliser les préservatifs, la pilule du lendemain… ce n’est pas vraiment le cas….

    Les anti IVG devraient encourager celles qui se retrouvent face à une grossesse non désirée à garder l’enfant, en se battant pour un réel accompagnement financier et moral pour leur donner les 3 à 5 ans qu’elles auraient besoin pour devenir mère, autonome psychologiquement et/ou financièrement. Ce n’est pas vraiement le cas.

    Les anti IVG devraient encourager l’adoption pleinière… dès la naissance… cela reviendrait à faire passer la GPA au stade industriel… et c’est contraire au 1 papa biologique + 1 maman biologique + 1 enfant génétiquement correct.

    Au lieu de cela, leurs sites jouent sur les mots et surtout cherche à CULPABILISER.

    Je suis contre le delit d’opinion… et contre aussi la désinformation des deux camps.

  • monhugo , 23 janvier 2014 @ 15 h 56 min

    @Bertrand33. Sachez citer. Tout.
    Sauf si vous n’avez rien compris à ce que j’ai écrit. Ce qui ne m’étonnerait pas plus que cela. Oeillères et préjugés, sur terreau misogyne ; ne pas espérer un éclair de lucidité, ni un effort de réflexion.

  • monhugo , 23 janvier 2014 @ 16 h 02 min

    Au même. Trouvez-vous, par exemple que : “L’anathème de « l’homophobie » de la Gueuse fouettarde est tout prêt à frapper”, ou “la Belkacem (façon hyène) en chef de meute”, sonnent très “Femen” ?
    Je pense plutôt que toute femme qui ouvre sa gueule, et avec arguments, cela sonne pour vous comme le glas du mâle dominant.
    Ne vous en déplaise, on peut être femme et réfléchir, sans être une harpie “féministe” (tout ce que j’écris est voulu – et les guillemets à “féministe” aussi).
    Votre “bol d’air”, je vous suggère d’aller le savourer entre machos au petit pied, dans quelque repaire viril, genre café du Commerce.

  • monhugo , 23 janvier 2014 @ 16 h 26 min

    LE problème est que ceux qui réclament non pas le retour – ce qui est raisonnable – à la loi Veil dans sa rédaction d’origine (article 1er établissant NETTEMENT que tout être humain a droit à protection dès la conception, et que l’IVG doit être EXCEPTIONNELLE), mais sa suppression pure et simple sont tout aussi totalitaires que leurs adversaires !
    Vive la liberté d’expression ?
    Oui, au profit d’un griot islamophile qui veut convertir les Chrétiens à la religion des allochtones qui nous détruisent à petit feu – c’est ce qu’un observateur collationnant les commentaires très majoritaires sur NdF remarquerait.
    Non en revanche pour ceux qui parlent liberté d’expression pour tous !
    Un “bon” commentateur sur NdF, qui va dans le sens du “mainstream” du site, est celui qui est à fond, sans discussion possible et sans nuances, pour que toutes les femmes qui se sont retrouvées en “détresse” (raisons à l’infini) du fait d’une grossesse inopportune gardent l’enfant – quitte à l’abandonner dans une “boîte à bébés”.
    Cela n’est pas plus réfléchi que la position des Belkacem & co : enceinte, plus enceinte – aussi simple et anodin que de prendre un cachet d’aspirine !
    La sagesse : la femme enceinte doit pouvoir s’informer, contradictoirement, si elle le souhaite. Et décider ensuite. Comme une grande personne. En toute connaissance de cause. Toute source d’information devant être admise – contre le pouvoir actuel qui ne veut, pour leur bien évidemment, informer les femmes que dans le sens de la doxa en cours !
    Les “pro-vie”, qui ne veulent que prêcher a priori contre toute IVG (sauf viol ou danger de mort pour l’éventuelle mère), sont tout aussi dictatoriaux que les “pro-IVG” à tout crin.
    Dictature (intellectuelle) contre dictature !
    Un peu de NUANCE(S) ne gâte jamais aucun propos – surtout dans une matière si délicate.

Les commentaires sont fermés.