Pourquoi, le 6 mai 2012, il faudra voter pour Nicolas Sarkozy

Tribune libre de Thierry Mariani*

La première question à se poser quand on vote pour un homme politique est de savoir s’il a une réelle ambition pour son pays.

La liste impressionnante des réformes engagées par Nicolas Sarkozy depuis 2007 et les résultats obtenus en seulement 5 ans, portés avec le courage qu’on doit lui reconnaître, démontrent son engagement total pour ses concitoyens et pour la France. Nicolas Sarkozy a tout mis en œuvre pour mieux protéger les Français et pour que la France demeure forte et compétitive. Il n’a pas fait d’innombrables promesses, comme François Mitterrand en 1981 sur lesquelles il est revenu dès 1983. Il n’a pas reculé sur les retraites, sur le service minimum dans les transports ou encore sur l’autonomie des universités. Nicolas Sarkozy a courageusement construit, pendant cinq ans, un socle solide pour permettre à la France de conserver ses atouts, ses forces en s’appuyant sur les valeurs de son pacte républicain.

Quand les premiers signes de crise économique sont apparus en août 2007, moins de quatre mois après son élection, personne ne s’attendait à la succession et à la gravité des crises qui se sont abattues sur le monde occidental. Nicolas Sarkozy a immédiatement agi pour relancer l’investissement, protéger l’emploi des Français et préparer la croissance. Il a eu le courage de dire aux Français qu’on ne pouvait pas continuer à recruter des fonctionnaires, à multiplier les dépenses et à nier le sujet des retraites.

Le plan de relance de l’économie française de 34 milliards d’euros, le programme des investissements d’avenir, financé par le grand emprunt, ainsi que l’ensemble des réformes engagées dès 2007 afin de lutter contre les déficits, telles que la révision générale des politiques publiques (RGPP), la règle de non remplacement d’un fonctionnaire sur deux partant en retraite, les réformes de la carte militaire, de la carte judiciaire et des hôpitaux nous ont permis de faire face à la crise.

Grâce à ces efforts, le résultat a été probant : le déficit public de la France s’est établi en 2011 à 5,2 % de la richesse nationale (contre 7,1 % en 2010), alors que l’objectif fixé initialement s’élevait à 5,7 %, représentant une économie supplémentaire de 10 milliards d’euros et surtout la plus grosse baisse de déficits de l’histoire. Aucun gouvernement n’avait, en un an, réussi à réduire le déficit public de 39 millions d’euros. Contrairement à beaucoup d’autres pays, le Président de la République a ainsi permis de sauver l’épargne des Français, d’éviter un crash bancaire et de maintenir le pouvoir d’achat.

Je crois en la lucidité des Français qui peuvent comparer la situation de leur pays à celle de l’Espagne, de la Grèce ou de l’Irlande. Le seul pays d’Europe où le pouvoir d’achat a augmenté en moyenne chaque année, c’est la France en évitant une période de rigueur. Pensez-vous que si Ségolène Royal avait été élue en 2007, la France aurait mieux supporté l’avalanche de crises de ces cinq dernières années ?

Il fallait aussi une volonté farouche pour avancer sur tous les fronts en même temps : en France, pour continuer à moderniser sans cesse l’État et à diminuer les dépenses ; à Bruxelles, au chevet de l’Europe malade ; à Cannes, pour présider le G20 ; à Berlin, pour consolider la coopération franco-allemande ; en Afghanistan, pour respecter le mandat qui nous avait été confié et nos responsabilités avec nos alliés ; en Lybie, en Côte d’Ivoire, etc.

Nicolas Sarkozy a fait de l’action le principe de son engagement politique. Il a une véritable stature internationale, connaît les dossiers stratégiques, aussi bien nationaux qu’internationaux. Il sait garder la tête froide en période de crises, comme il en a fait la preuve lors des conflits russo-géorgien ou libyen. C’est un véritable chef d’État. Il a l’expérience d’un premier mandat dans un monde en rupture. Et je pense que pour être président au XXIe siècle de la cinquième puissance mondiale, ce sont des qualités fondamentales. Contrairement à François Hollande qui n’a jamais occupé de fonction exécutive au niveau national, Nicolas Sarkozy a montré combien il faut être réactif, inventif, courageux et énergique pour faire face à la plus grave crise que l’Europe ait connue depuis plus de 50 ans.

Si la France ne veut pas subir la compétition mondiale, elle doit continuer à être forte. Nicolas Sarkozy est aujourd’hui le seul en mesure de répondre à cette exigence. Il oppose à l’inexpérience et à l’approximation de la gauche un programme clair, réaliste, global et cohérent, seul à même de permettre à la France de maîtriser son destin, de créer de l’emploi et de la croissance, et d’être compétitive dans une Europe forte. En décidant de mettre en œuvre des mesures considérées comme impopulaires, qu’il s’agisse de la hausse du taux de TVA, de la baisse des prix du logement en desserrant les contraintes pesant sur le foncier, du développement de l’alternance et de l’apprentissage dans les entreprises et de l’allègement des charges pesant sur les entreprises au bénéfice de l’emploi, Nicolas Sarkozy propose l’investissement à long terme avec des mesures concrètes et crédibles.

La France est aujourd’hui à la croisée des chemins. Les Français sont face à un choix historique entre l’inertie et l’action, entre la résignation et le courage. La crise européenne est profonde et ne se résoudra pas avec des slogans ou avec des fuites en avant. Nous sommes entrés dans une période qui demande du cran et de la volonté.

C’est ce qu’attendent les Français et seul Nicolas Sarkozy est à même de donner ce cap à la France, celui du rassemblement et de l’espérance autour des valeurs fondamentales qui font de notre pays une grande nation.

*Thierry Mariani est ministre chargé des Transports et ancien député de la 4e circonscription de Vaucluse. Il est le candidat de l’UMP pour les élections législatives de 2012 dans la onzième circonscription des Français établis hors de France. Thierry Mariani est à la tête du collectif parlementaire de la Droite populaire.

Autres articles

57 Commentaires

  • GB , 23 avril 2012 @ 18 h 23 min

    et bah vous voterez comme les 700 imams qui espèrent prendre le pouvoir…

  • GB , 23 avril 2012 @ 18 h 25 min

    l’histoire vous jugera donc aussi…

  • Roman Bernard , 23 avril 2012 @ 18 h 58 min

    Le « mariage » homosexuel ? Sarkozy ne s’est pas prononcé contre. La seule chose qu’il ait dite, en entretien avec le Figaro Magazine, c’est ceci : « En ces temps troublés où notre société a besoin de repères, je ne crois pas qu’il faille brouiller l’image de cette institution sociale essentielle qu’est le mariage. » Sous-entendu : une fois que la crise sera passée, on pourra le faire…

    Le droit de vote des étrangers non-communautaires ? Copé a dit « préférer qu’on facilite les naturalisations » ! Xavier Bertrand, lui, s’est contenté de dire que « ce n’est pas une priorité des Français » !

    Vous ne sauverez pas la France en votant Sarkozy.

  • Pierre , 23 avril 2012 @ 18 h 59 min

    GB, ne jouez pas sur la peur. Laissez Sarkozy se suicider politiquement, comme il le souhaite depuis son élection en 2007.

  • Frédérique , 23 avril 2012 @ 21 h 17 min

    On ne va pas voter Sarkosy, juste parce que Hollande veut autoriser le mariage des homosexuels et changer la loi sur l’euthanasie, alors qu’il nous reste une petite chance en éliminant Sarkosy de mettre cette fausse droite en déroute et de reformer un vrai parti de droite avec des valeurs républicaines et familiales. Sarkosy est un vrai caméléon qui ne roule que pour lui, si demain réélu, son intérêt est de légaliser le mariage et l’adoption pour les gays soyez sûr qu’il ne se génera pas.

  • Frédérique , 23 avril 2012 @ 21 h 30 min

    @ Vive la France

    Aucune loi n’est inscrite dans le marbre au point d’être éternelle, si elles ne sont pas abrogées par le président succédant, c’est simplement parce qu’elles l’arrangent aussi. Si Sarkosy est élu, la droite ne se remettra pas en question d’autant qu’il ne pourra plus briguer un autre mandat. Non, il ne faut plus attendre, éliminons le par notre abstention, Hollande, lui, se discréditera tout seul avec un programme inapplicable et enfin la France pourra se donner les moyens de redresser la tête.

  • Frédérique , 23 avril 2012 @ 21 h 43 min

    @Lib Vos supplications ne seront pas entendues par tous et c’est tant mieux. Je crois que vous faîtes une grave erreur en voulant faire confiance à Sarkosy. S’il est élu cela ne fera qu’allonger de 5 ans l’espoir de se débarrasser des traîtres à notre patrie, et en 5 ans de Hollande ou de Sarkosy, l’Islam que vous avez l’air de tant redouter se sera implantée définitivement. Si vous voulez une force parlementaire qui aura son mot à dire dans les 5 prochaines années, il faut que les députés sortants de l’UMP n’est pas à redouter un chef que vous aurez renforcé par sa réélection.

Les commentaires sont fermés.