Thomas, 18 ans, agressé dimanche par des policiers en civil

Nouvelles de France vous propose ce témoignage de Thomas*, 18 ans, victime de violences policières lors de la Manif pour Tous de dimanche :

“Dimanche, je me suis rendu à La Manif pour Tous avec deux amis de 23 ans et 21 ans. J’avais mon appareil photo sur moi, pour prendre des clichés de la manifestation mais aussi de policiers en civil, très nombreux dans le cortège. Quand j’en repérais un, je le prenais en photo, ce qui le gênait puisqu’il tentait systématiquement de se cacher la tête avec le bras. J’ai pu en identifier au moins quinze avant que les ennuis commencent. Tombant sur un rassemblement de policiers, ceux-ci ont tenté sans succès de m’arracher l’appareil photo. Je n’ai pas cédé. Eux n’ont pas insisté plus que cela, car nous étions en pleine manifestation et que nous criions “Police de la pensée”. J’ai continué à prendre des clichés de policiers en civil. Mais place du 18 juin 1940, vers Montparnasse, une dizaine de policiers en civil nous sont tombés dessus : “Donnez-nous votre appareil !”, nous ont-ils dit. Ils étaient à plusieurs sur moi et me l’ont finalement arraché des mains. “Ils prennent des photos des collègues”, entendis-je à ce moment. Puis, ils nous ont sorti de la manifestation, par les bras et les jambes, au nez et à la barbe du service d’ordre de la Manif pour Tous, censé protéger les manifestants. Ils nous ont caché derrière les piliers du centre commercial, m’ont violemment jeté par terre. L’un a mis son pied sur ma tête, appuyant et bougeant. “Vous faites moins les malins, maintenant”, m’a-t-il dit alors que, la mâchoire bloquée, je ne pouvais pas répondre. Un ami, qui avait l’épaule fêlée et des ligaments déchirés, leur a tout de suite signalé. Au lieu de faire attention, les policiers ont appuyé dessus afin qu’il réponde à leurs questions. Ils voulaient savoir si nous travaillions pour le site Copwatch. J’ai subi une fouille sommaire sur place avant d’être menotté puis conduit dans un panier à salade dans une rue à gauche. En route vers un commissariat du nord de Paris, les policiers se sont moqués de nous en visionnant les photos personnelles qui étaient sur ma carte. À un policier, j’ai demandé s’il n’avait pas honte de ce qui se passait depuis quelques semaines, de faire partie d’une police qui frappe et arrête des jeunes, dans leur immense majorité pacifiques. Il m’a répondu, sans la moindre ironie : “Je suis payé pour frapper et j’aime ça”. Au commissariat, nos identités ont été vérifiées et les policiers ont écrit que nous avions eu contre eux – l’un était de couleur, des paroles racistes, ce qui est évidemment totalement faux. Les seules paroles que nous avons pu avoir sont “fasciste”, “vous n’avez pas honte ?”. En sortant du commissariat, ma carte était formatée, toutes mes photos – y compris personnelles, effacées. Aujourd’hui, je suis très en colère contre les forces de l’ordre car j’estime avoir fait l’objet dimanche d’une interpellation violente, humiliante et arbitraire.”

*le prénom a été changé.

Addendum 16h30 : Thomas avait évidemment le droit de faire ces photos.

Articles liés

132Commentaires

Avarage Rating:
  • 0 / 10
  • Pipotin , 23 avril 2013 @ 9 h 05 min

    il existe des logiciels pour retrouver les photos sur une carte formaté

  • Sergio , 23 avril 2013 @ 9 h 20 min

    Pourriture….c’ est vraiment la gaystapo socialo-ecolo !

  • RH , 23 avril 2013 @ 9 h 20 min

    – Venir toujours en baskets pour pouvoir courir vite
    – Disposer d’un bonnet, capuche, … pour pouvoir changer de tête et se perdre dans la foule. Porter des vêtements “passe partout”
    – Fuir à deux en refilant discrètement l’appareil photo à l’autre, puis se séparer
    – Sur certains appareils photos et sur les téléphones portables, il existe des solutions pour uploader automatiquement sur internet les photos prises (par exemple Google+)
    – Avec les flics, jouer à l’homosexuel et crier à l’homophobie dès qu’ils tapent

  • aliascat , 23 avril 2013 @ 9 h 20 min

    Je n’arrive pas à plaindre cette personne!! Dans quel intérêt prenait-elle des photos des policiers en civil et pour en faire quoi?? Les forces de l’ordre font leur travail et obéissent à des ordres, j’ai également peine à croire les propos qui leurs sont rapportés et je pense que cette personne exagère son interpellation afin de faire l’intéressant et se faire remarquer !!

    Au lieu de s’en prendre à la police, il ferait mieux de le faire auprès du gouvernement qui est le seul responsable de ce qui passe et qui aime diviser le pays pour mieux régner.

  • A. , 23 avril 2013 @ 9 h 23 min

    Après 4 manifs d’affilée, j’ai aussi repéré deux personnes qui sont certainement des policiers, qui ne reprennent aucun slogan, ont l’air de tourniquer dans tous les sens avec un petit sac à dos et une oreillette. Ce ne sont pas des manifestants normaux.
    Je pense que tu as eu tort de photographier des flics en civil. Ca n’apporte pas grand-chose de les provoquer quand ils ne font rien de mal. Ton comportement met en danger le reste de la manifestation et le dispositif de sécurisation.
    En revanche ça prouve que ces benets ont encore des progrès à faire pour être vraiment furtifs et infiltrés.

  • Eric Martin , 23 avril 2013 @ 9 h 26 min

    Que vous ne la plaigniez pas, c’est votre droit.

    Thomas prenait des photos de policiers en civil. Vu les débordements auxquels ils ne seraient pas étrangers, si l’on en croit certains témoignages, il est important de les identifier. Les manifestants ne peuvent pas porter le chapeau pour des violences soi-disant d’extrême-droite alors qu’elles seraient policière. Le travail de ce jeune était donc de salubrité publique.

    Cette personne n’exagère rien du tout. Malheureusement.

  • Eric Martin , 23 avril 2013 @ 9 h 29 min

    Vous avez raison, il ne faut pas les ficher, pour ne pas les identifier lorsqu’ils tentent de créer des débordements.

    Quand je vois le déni de réalité et la naïveté exprimés dans les commentaires, je me dis que tout est fichu…

    Oui, les policiers sont avec nous, oui, la loi ne passera pas aujourd’hui, oui, la GPA ne passera jamais…

Les commentaires sont clôturés.