Non au suicide politique !

Nombreux sont les messages de soutiens et les hommages rendus à Dominique Venner. Chez certains, le geste de l’historien passe pour courageux, voir héroïque et d’aucuns ont pu voir dans messages de sympathie une forme d’approbation de son acte. Il n’en est rien : le suicide politique n’est pas à cultiver, sauf à promouvoir une culture… de mort.

Le suicide, comme le mariage homosexuel, participe à la culture de mort

Peu avant de mettre fin à ses jours, Dominique Venner appelait encore, avec raison, à se mobiliser contre le « mariage » homosexuel en se rendant à la manifestation du 26 mai. Sur son blog, il déclarait que « le projet de mariage gay a été ressenti comme une atteinte insupportable à l’un des fondements sacrés de notre civilisation ». Il avait raison. L’attaque en règle contre le mariage touche aux fondements de la société en ce qu’il est le nid dans lequel la société naît et s’épanouit. L’État est composé d’une société, elle-même composée naturellement de familles, dans lesquelles apparaît la vie. En défendant la famille, c’est l’accueil de la vie que l’on cherche à protéger ainsi qu’une certaine conception de l’être humain. Le combat contre le « mariage » homosexuel n’est pas limité à la défense de la famille, il est également nécessaire au respect de la vie humaine. Il a pour corollaire le droit des enfants et non le droit à l’enfant. Il nous permet de nous mobiliser contre l’utilisation du corps humain pour créer artificiellement la vie et  se servir des enfants comme des cobayes. La structure familiale stable préserve. Elle préserve de l’avortement tant elle est propice à l’accueil de la vie. Elle préserve de l’euthanasie, tant elle permet l’acceptation de la souffrance avec l’aide de ses proches. Elle préserve du suicide, tant elle est générateur de liens forts sur lesquels un être peut se reposer. Bref, la lutte contre le « mariage » homosexuel est intrinsèquement liée à la dénonciation de la « culture de mort » selon l’expression du Pape Jean-Paul II. Il y a donc un paradoxe saisissant entre un suicide et le combat contre le « mariage » homosexuel. En aucun cas un tel acte ne peut recevoir approbations ou encouragements. On peut seulement regretter le manque de foi en l’avenir, compréhensible pour un homme de convictions à qui il manquait l’espérance chrétienne du salut qui permet de supporter avec patience les tribulations que la société peut nous faire connaître.

Saint Bernard de Clairvaux avait écrit à ce propos une expression magnifique : « Impassibilis est Deus, sed non incompassibilis ». Ce qui signifie : « Dieu ne peut pas souffrir mais il peut compatir ».

Dans son message pour la XIXe Journée Mondiale du Malade, Benoît XVI expliquait cette expression. Selon le Pape émérite, Dieu « s’est fait homme pour pouvoir com-patir (souffrir avec, ndlr) avec l’homme, réellement, dans la chair et dans le sang. Alors, dans toute souffrance humaine Quelqu’Un est entré, qui partage la souffrance et la patience; dans toute souffrance, se diffuse la con-solatio, la consolation de l’amour qui vient de Dieu qui participe, pour faire surgir l’étoile de l’espérance ».  Probablement manquait-il à Dominique Venner la foi chrétienne nécessaire à l’acceptation des souffrances d’ici-bas. Heureusement, il n’appartient pas aux hommes de se substituer à la Miséricorde Divine.

Un homme de convictions

Dominique Venner est aussi un historien, un homme dont les travaux ont été salués et primés. Il avait des convictions et dénonçait avec raison le scandale du « mariage » homosexuel. Que l’on partage ou non ses idées, il faut d’ailleurs lui reconnaître ce mérite : il a su mener jusqu’au bout les combats dans lesquels il s’était engagé et ce depuis les années 50. S’il on ne peut cautionner l’acte qu’il a commis, on peut, en revanche, dénoncer les raisons qui l’y ont conduit.

Une situation crispante provoquée par des lois immorales

En réaction au suicide de Dominique Venner et en apprenant les raisons qui l’y ont mené, Thierry Mariani a déclaré que « François Hollande est responsable de cette situation qui peut amener à des gestes désespérés que l’on ne peut que regretter ». La raison ? L’ancien ministre des Transports y voit « une crise d’identité que l’on peut constater également chez beaucoup de Français dont les valeurs sont battues en brèche ». Christine Boutin a fait le même constat lorsqu’elle affirme que la responsabilité de cet acte « incombe en partie à François Hollande » car il a « participé avec la loi Taubira au déclin de la civilisation qui a conduit Dominique Venner à ce geste désespéré ». En effet, s’il est condamnable d’encourager le suicide politique, il est en revanche louable de dénoncer les conditions qui ont présidées à cet acte désespéré. En battant en brèche sans scrupule certaines valeurs fondamentales auxquelles les Français sont attachés, François Hollande et son Gouvernement sont responsables de la situation de fragilité identitaire vécue par beaucoup de nos concitoyens.

Regretter le suicide de Dominique Venner, ne pas encourager de tels gestes et penser à sa famille ne doit pas nous faire oublier non plus, hélas, qu’il convient également de dénoncer la situation qui est, en partie, la cause de ce drame afin, justement, qu’il ne se reproduise plus. Pour cela, rendez-vous le 26 mai dans les rues de Paris !

Autres articles

80 Commentaires

  • Paul Makamea , 23 mai 2013 @ 11 h 02 min

    Merci pour cet article !
    Le geste de M. Venner me laisse un certain trouble. Sans vouloir lui jeter la pierre -ce que je n’ai pas à faire- je préfère des résistants vivants à des résistants morts : ces derniers sont les seuls bons pour nos ennemis.

    Paix à lui.

    On ne lâche rien !!!!!!!!!!!!!!

  • Jacques , 23 mai 2013 @ 11 h 29 min

    Cet article est déplacé et mal informé.
    Déplacé, parce qu’on ne glose pas sur la mort d’un homme au bout de quelques jours.
    Déplacé encore par son ton, sans nuance, péremptoire “on ne peut”.
    Mal informé, étant donné qu’il explique ce geste par le désespoir. Manifestement, l’œuvre de Dominique Venner n’est pas connue de l’auteur, qui semble même ne pas s’être donné la peine de prendre connaissance de son texte testamentaire.
    Les déclarations des nains politiques qui ne le connaissaient pas et ont voulu se l’annexer prudemment sont nulles et non avenues.
    Ce suicide à l’antique clôt une vie de combat dans l’honneur. Il a donné ce qui lui restait de précieux pour nous réveiller. Le combat contre le mariage homosexuel n’était pour lui qu’une occasion de réveil des peuples européens.

  • Bainville , 23 mai 2013 @ 11 h 31 min

    Réflexions que m’inspire cet acte courageux et blasphématoire en même temps,mais révélateur d’un grand désespoir.

    “Il voulait être en rupture avec une métaphysique de l’illimité”: il y est maintenant immergé, dans cette éternité où Celui qu’il a obstinément refusé est l’objet de toutes les aspirations positives ou négatives des âmes dégagées des illusions et mensonges du Monde.

    “A défaut de posséder une religion identitaire”: Pour un historien de sa qualité il a mal cherché, la Vérité révélée et ses innombrables preuves morales ou scientifiques n’ a cessé de lui tendre les bras durant toute sa vie terrestre.

    “Je m’insurge aussi contre le crime visant au remplacement de nos populations”.
    C’est bien là un témoignage qui nous met tous en accusation.
    Il était un historien de valeur et ne manquait pas de courage.Sa revue NRH était très intéressante et sans la couardise habituelle.(voir le numéro très solide sur le Général Franco et l’Espagne sauvée de l’anéantissement communiste anarchiste)

    Comment appeler une classe politique qui depuis 1974 organise ce crime d’ethnocide, avec constance et détermination, comment ne pas la qualifier de criminelle?
    Et on continue à voter pour elle, tous partis soumis au G.O.F confondus, quel aveuglement, sous prétexte que l’un dissimule mieux la trahison que l’autre.

  • lamethodebronson , 23 mai 2013 @ 11 h 36 min

    OK avec l’article, mais n’oublions pas qu’il lui manquait “” l’ UNIQUE ESSENTIEL “””!!!
    Il est parti vers la nuit, puisse t’il voir ou être dans la Lumière du Sauveur!
    R.I.P. …….prions pour lui et les siens!!!

  • Une âme dans la foule , 23 mai 2013 @ 11 h 47 min

    Je suis très étonné par le ton de cet article. Lecteur régulier de ce site, c’est la première fois que je laisse un commentaire.

    Ce qu’il fallait faire, c’est souligner le caractère sacrilège de ce geste: se donner la mort dans la maison de Dieu.

    Pour le reste, il est vraiment très curieux de se suicider à cause de l’adoption d’une loi, quelle qu’elle soit, d’ailleurs. Dominique Venner était âgé: il faut peut-être chercher de ce côté-là aussi.

  • Karl , 23 mai 2013 @ 11 h 57 min

    Je ne sais qui est ce Bellerive, mais il n’est pas difficile de voir à quel genre d’homme il appartient : celui qui, face à un geste, une chose, ne peut s’empêcher de la ramener à Lui et à son Idée, en l’occurrence le christianisme.

    Le philosophe Frédéric Schiffter a un nom pour désigner les gens comme Bellerive : des hommes du blabla.

  • Eric Martin , 23 mai 2013 @ 12 h 15 min

    Nouvelles de France a permis à toutes les tendances de la droite de s’exprimer sur ce triste événement, merci de le noter.

Les commentaires sont fermés.