Christianophobe, cette réforme du collège ?


Le projet de réforme du collège de Najat Vallaud-Belkacem, couplé aux propositions de refonte des programmes scolaires ont indéniablement un caractère anti-français, anti-chrétien et anti-humain. L’école ne s’est jamais dégradé aussi rapidement depuis l’accession au pouvoir de François Hollande. Après la « refondation de l’école », la « charte de la laïcité », la « ligne Azur » et la « réforme des rythmes scolaires » portés par Vincent Peillon, le projet en question est l’aboutissement travail de sape de l’instruction nationale qui a certes démarré il y a (au moins) 60 ans par l’entremise des communistes Langevin-Wallon. Sans évoquer l’ensemble des changements de cette réforme, quelques points attirent plus précisément notre attention.

Notamment le projet de refondation des programmes scolaires. Présenté par l’opaque Conseil Supérieur des Programmes (créé par Vincent Peillon dans la Loi de Refondation de l’école de 2013, où les membres sont nommés… par le ministre !), ce projet prévoit, pour l’enseignement de l’histoire, de faire une distinction entre des thèmes obligatoires et d’autres laissés « au choix » des enseignants. À première vue, cette subsidiarité n’est pas choquante. Mais à y regarder de plus près, on remarque qu’en 5e, le module « L’Islam : débuts, expansion, sociétés et cultures » est présenté comme un « module obligatoire » tandis que « Les empires byzantin et carolingien entre Orient et Occident » est qualifiée de « module facultatif ». En gros, il y a des choses priviligiés, et d’autres qui ont beaucoup moins d’importance pour les petits français. Je note également que le professeur peut braver le court laps de temps d’enseignement et peut choisir d’étudier l’Occident chrétien, mais seulement sous le prisme de l’ « encadrement de la société rurale par l’Église ».

Le président du CSP, Michel Lussault, a concédé qu’il y avait un vrai « manque de clarté » et que c’était un projet « mal fagoté ». Il est rare de voir ce genre de décideurs politiques non élus faire leur auto-critique à ce point-là. C’est qu’il y a une grosse anguille sous roche… De toute façon, comme le dit Vincent Peillon, l’histoire est le lieu de la manipulation révolutionnaire et socialiste par excellence. Pour lui, en effet, la production politique républicaine n’a ni limite, ni fin, « elle n’est pas bordée, surplombée (…) elle déploie une histoire qui ne commence ni ne finit, qui est sans envers ni doublure d’éternité » (La révolution française n’est pas terminée, Seuil, 2008, p. 31).

Soyons honnêtes, et notons que le programme propose également d’enseigner « La Première Guerre mondiale et les violences de guerre » en incluant le génocide des Arméniens, ce qui est plutôt une excellente nouvelle pour l’entretien de la mémoire de ce massacre inommable, dont nous avons commémoré récemment les cent ans dans la douleur.

Mais cela ne doit pas faire oublier l’inquiétude de fond envers le caractère ouvertement théologique avec lequel toutes ces mesures sont défendues. Un des seuls à défendre cette réforme – y compris dans les rangs socialistes, le Premier ministre Manuel Valls, affirme à ce propos que « La République a fait l’école, et l’école a fait la République. ». Le premier ministre de l’éducation nationale de François Hollande, Vincent Peillon, était beaucoup plus clair : « c’est bien une nouvelle naissance, une transusbtantiation qui opère dans l’école et par l’école, cette nouvelle Église, avec son nouveau clergé, sa nouvelle liturgie, ses nouvelles tables de la Loi » (op. cit., p. 18). Pour un idéologue comme Vincent Peillon, la « République » ne désigne plus que cette « religion nouvelle », et même le concept de religion est transformé : « elle [la démocratie républicaine] change la nature même de la religion, et son concept » (Ibid.). Au fond, continue-t-il, « la religion, ici, c’est la République, comme la foi, ici, porte sur la laïcité »…. La République (et l’école) se passeraient bien de cette instrumentalisation à caractère théocratique des enseignements à destination des enfants français.

Cette refonte des programmes et cette réforme du collège, sont dans la droite ligne de Peillon. Couplés à la création de multiples « référents laïcités », chargés d’intervenir dans les établissements pour interpréter (à la place des professeurs) la charte de la laïcité de Peillon (sic), est plutôt inquiétant : il tend à engoncer nos racines chrétiennes dans cet oubli et ce mépris que la République du XXIe siècle organise avec tant de talent. Au fond, ce qui fait le plus peur, et qui explique le tout, c’est ce module obligatoire qui apparaît dans le programme de la 4e : « Construire, affirmer, consolider la République en France ». Quand on sait que « République et le socialisme sont inséparables » (Peillon, op. cit., p.18), ou encore que « La théologie républicaine (…) se construit tout entière non pas à partir de la mort de Dieu, un événement qui aurait lieu, mais dans la mort de Dieu, comme événement qui ne passe pas et qui surtout ne doit pas passer, comme mort continuée, comme deuil sans terme, comme autre régime d’historicité » (op. cit., p. 33), on peut se demander si les idées qui sont à l’origine de la réforme des collèges et de la refonte des programmes respectent encore le régime laïc de leur propre constitution. Et si tout cela n’est pas construit, programmé et refondu pour, justement, écarter totalement ce qu’il reste de chrétienté dans les esprits et dans les coeurs…


Vivien Hoch, mai 2015

Articles liés

23Commentaires

Avarage Rating:
  • 0 / 10
  • Boutté , 23 mai 2015 @ 8 h 28 min

    “les idées qui ont présidées” . . . c’est un peu dommage pour la défense du savoir !

  • hermeneias , 23 mai 2015 @ 9 h 58 min

    C’est surtout une réforme destructrice , barbare , iconoclaste , ANTI HUMANISTE et ANTI CHRETIENNE et non “christianophobe” .

    La bande hollande bêlecassine valSS sont les alliés objectifs des djihadistes qui s’attaquent à PALMYRE et détruisent les oeuvres d’art , les témoignages de la civilisation qui n’EST PAS islamique .

    S’ils se taisent “les pierres crieront ” . A l’heure où l’Eglise se tait c’est particulièrement vrai et certains suppôts de satan s’attaquent aux “pierres”

  • Hortensia , 23 mai 2015 @ 10 h 41 min

    Boutté : il est plus facile de critiquer que d’imiter !

  • zouzou , 23 mai 2015 @ 10 h 49 min

    Les écritures disent aussi :
    Mais c’est ici ce qui a été dit par le prophète Joël: Dans les derniers jours, dit Dieu, je répandrai de mon Esprit sur toute chair; Vos fils et vos filles prophétiseront, Vos jeunes gens auront des visions, Et vos vieillards auront des songes
    ayons la foi Jésus Dieu gagnera cette bataille mais avant, tout cela doit s’accomplir

  • montecristo , 23 mai 2015 @ 10 h 51 min

    « La foi laïque » ! Il s’agit donc bien de remplacer le sens du sacré religieux par une laïcité que l’on veut sacraliser.
    Peillon a bien compris que l’homme a besoin de spiritualité. Mais il est désormais question de déifier la politique, donc des décideurs.
    Par conséquent, il est à craindre que Dieu s’appellera l’Etat et ses Saints seront les membres du gouvernement à qui nous devrons adoration !
    Pourquoi pas des prières laïques et des sacrifices sur les autels bleu, blanc, rouge, pour obtenir la miséricorde divine du chef de l’Etat ?
    En adorant leurs Dieux païens les Grecs, les Latins et les Gaulois étaient beaucoup moins cons !

  • psyché , 23 mai 2015 @ 11 h 09 min

    Arrivé à ce stade, ne parlons pas de “réforme” du “Collège”, mots creux, dialecte administratif débilisant car l’Education Nationale est d’hors et déjà détruite.
    Nous ne sommes plus ni dans le domained e l’éducation, encore moins de l’instruction.
    Parlons alors plutôt de camps de rééducation républicains pour être plus juste.
    Nous sommes dans le domaine de l’abrutissement et du contrôle de la pensée, au mieux de la garderie.
    Il ne s’agit même pas d’égalisation des niveaux par le bas.
    Le problème n’est plus le niveau depuis fort longtemps.
    Le problème est la compatibilité aux valeurs “républicaines” du Nouvel Ordre Mondial, en quelque sorte faire de nos enfants de bons esclaves …

  • marie france , 23 mai 2015 @ 11 h 12 min

    pour peillon ,la laîcité est pour les catholiques,il les a en Horreur ce petit monsieur,pour lui sa foi juive,mais pour nous la laîcité ,le lavage de cerveau x ,c’est à quoi il aspire ,aidé par le franc mac de renégat ,la marocaine qui elle se couvre de laîcité ,mais est muzz jusqu’au bouit des ongles ,voilà par qui nous sommes commandés

Les commentaires sont clôturés.