Et si l’agriculture biologique portait mal son nom ?

Dominique Lecourt est l’auteur d’une tribune au titre provocateur, “Le bio tue (aussi)”, parue dans Le Figaro de jeudi 23 juin. Le philosophe et directeur général de l’Institut Diderot s’en prend à un “discours prophétique qui joue sur les ressorts obsessionnels d’une attitude religieuse : le culte païen de la nature, vue comme une déesse douée d’une inépuisable bienveillance”. Dominique Lecourt compare “ce prophétisme agronomique” à “celui des promoteurs, dans les années soixante, des “révolutions vertes” qu’il dénonce” justement. “L’agro-industrie naissante, annonçaient ses pionniers, allait nourrir le monde et supprimer la misère”. Quelques catastrophes plus tard (crise de la “vache folle”, “mal bouffe”…), la persistance de la faim dans le monde aidant, le discours n’est plus le même. En sera-t-il ainsi pour l’agriculture biologique alors que l’épidémie de diarrhées mortelles allemande qui a tué 35 personnes et rendu malade 3 000 autres “est imputable à la culture et à la commercialisation de graines germées”, “article phare” de l’industrie bio ? Rappelant que “le fumier peut à l’occasion se révéler plus dangereux que l’engrais” et que “les graines incriminées ont été mises en culture à 37°C dans l’eau pendant plusieurs jours, exposées à un milieu très favorable à la prolifération des bactéries” sans la moindre “procédure de dépistage d’une éventuelle contamination bactérienne (…) avant commercialisation”, Dominique Lecourt est clair : “pas plus que les produits de l’agro-industrie ne représentent la mort, l’agriculture biologique ne saurait être identifiée à la vie”“Comment (…) ne pas s’interroger sur le silence qui s’est soudain abattu sur cette épidémie dès qu’on a réussi à identifier la bactérie et à localiser son origine ?” continue-t-il. “On peut espérer qu’après avoir si fort dénoncé le manque de transparence de l’agro-industrie, les acteurs du bio s’appliquent à eux-mêmes des exigences comparables” conclut Dominique Lecourt. Vœu pieux ?

Lire aussi :

> Gil Rivière-Wekstein en guerre contre « les fausses promesses » du bio

Autres articles

2 Commentaires

Les commentaires sont fermés.

Memoires Jean-Marie Le Pen