Les vérités (parfois rudes) de Bryan Fischer sur le comportement homosexuel

Dans un article publié sur le blog Rightly Concerned, le conservateur Bryan Fischer s’en prend au Southern Poverty Law Center, revient sur les “mythes sur l’homosexualité” que l’organisation gauchiste accuse l’American Family Association de propager et y répond point par point.

Le directeur de l’analyse des enjeux de l’organisation conservatrice explique que, “selon le Journal of Sex Research, les pédophiles homosexuels sont responsables de 33% de toutes les infractions sexuelles contre des enfants” alors que les homosexuels “constituent peut-être deux à trois pour cent de la population” (à ce sujet, voir cet article). Bryan Fischer cite aussi cette étude du professeur d’études familiales Walter Schumm, de la Kansas State University, selon laquelle “les parents gays sont plus susceptibles d’élever des enfants gays que des parents hétérosexuels” (2010). Ainsi, vers la vingtaine, 58% des filles de lesbiennes s’identifient elles-même comme lesbiennes et 33% des fils de gays comme gays ! Un article publié en 2001 dans l’American Sociological Review révélait déjà que les enfants élevés par des lesbiennes sont plus susceptibles d’adopter un comportement homosexuel et “prennent plus de risques sur le plan sexuel”. Fischer cite aussi cette vaste étude réalisée par l’International Journal of Epidemiology sur la communauté gay de Vancouver, en Colombie-Britannique, selon laquelle, à 20 ans, les jeunes homosexuels ont une espérance de vie inférieure de 8 à 20 ans par rapport aux jeunes hétérosexuels. Des constatations confirmées par la Canadian Rainbow Health Coalition qui remarquait en 2009 une espérance de vie réduite pour les gays, mais aussi une proportion de toxicomanes plus élevée que la moyenne. Sans parler d’un taux de contamination au VIH 50 à 60 fois plus élevé que pour n’importe quelle autre population (Centers for Disease Control). “Nous dépensons des milliards de dollars pour éloigner nos enfants de la cigarette parce qu’elle réduira leur vie de six ou sept ans. Dans la même optique, nous devrions dépenser cet argent pour décourager le comportement homosexuel chez les enfants, avec le même argument : cela te tuera.” Fischer cite aussi cette étude de grande envergure réalisée sur la population danoise par le Journal of the American Medical Association selon laquelle “les personnes ayant des relations sexuelles avec d’autres personnes du même sexe présentent plus de risques de troubles psychiatriques”. Etc.

Des éléments qui ne manqueraient pas de relancer le débat sur l’opportunité pour nos sociétés de mettre le comportement homosexuel sur le même plan que le comportement hétérosexuel (on parle ici des comportements, pas des personnes) si la police de la pensée n’était pas là pour l’en empêcher.

Autres articles

13 Commentaires

  • Robert , 23 Août 2012 à 17:57 @ 17 h 57 min

    Je ne sais pas ce que vaut cette étude, mais elle peut être mise en parallèle avec le rapport Kinsey qui dans les années 50 a permis de dépénaliser la sodomie et banaliser l’homosexualité sans que des affirmations scientifiques sérieuses l’étaient dans ce sens. Kinsey était un escroc intellectuel doublé d’un détraque pervers, son rapport banalisait le viol et la pédophilie comme normaux et lui-même était homosexuel sadomasochiste et pédéraste en plus de raciste et antisémite, mais financé et armé par ceux, les fondations modernistes, qui continuent à truquer, diaboliser et mentir sans vergogne pour faire avancer par tous les moyens la révolution sexuelle.
    Il est impossible quasiment de faire plus malhonnête que le rapport Kinsey mais il continue à servir de référence dans le monde entier.

  • Thierry , 23 Août 2012 à 19:11 @ 19 h 11 min

    Merci pour ces informations Robert!

  • Dejan , 23 Août 2012 à 21:18 @ 21 h 18 min

    Ah bon !!!!

  • santelli , 24 Août 2012 à 11:08 @ 11 h 08 min

    Il faut être aveugle ou inconscient pour contredire ces informations de bon sens. Vivre contre nature – sans parler religion… – est une abomination et ne peut conduire qu’au malheur.

  • Pesneau , 24 Août 2012 à 11:13 @ 11 h 13 min

    Je n’ai aucune prétention dans ce domaine. Mais d’après mon très humble avis qui rejoint sans doute le bon sens populaire, l’homosexsualité est un phénomène contre nature, elle ne permet pas de s’épanouir dans l’autre sexe, bien que le sentiment amoureux des homos existe dans l’mmédiat du point de vue physique
    Toutefois, les contraires se complètent avec leurs défauts et leurs qualités, donc se ressourcent, et quand l’union de 2 êtres aboutit à la naissance d’un enfant, c’est la concrétisation de leur amour. Je ne parle pas des couples hétéros qui, dans l’impossibilité de procréer, se décident pour l’adoption, tout est à leur honneur car leur décision représente l’amour qu’ils auraient donné à leurs enfants nés de leur propre chair.

    Donc, pour ma part, sans jeter l’anathème, l’homosexualité marque la fin d’une civilisation

    . Mais je suis encore sereine, car dans mon entourage direct, il y a des familles nombreuses ( également des enfants adoptés ) avec un papa et une maman, mais il y a aussi quelques amis homos .

  • olrik , 24 Août 2012 à 12:41 @ 12 h 41 min

    Quiconque a connu des pédérastes a pu être témoin de leurs impressionnantes crises d’hystérie.

  • Quelqu’un aurait-il le temps , histoire de collaborer au bien commun (Y compris au bien des personnes ayant des tendances homosexuelles.) de traduire en Français cette étude fort éclairante ?

Les commentaires sont fermés.