Censure ou dictature ?

Censure ou dictature ?

François Billot de Lochner

Nous le constatons tous les jours : le pouvoir en place s’est massivement approprié tous les outils de domination de la population en général et de chaque personne en particulier. De façon globale, et sous réserve d’exceptions, le Parlement est aux ordres, le Conseil Constitutionnel et la Cour de Cassation suivent fidèlement ses recommandations, le système médiatique lui fait des courbettes, l’Education nationale est entièrement soumise, les syndicats sont ses alliés, les grandes entreprises sont de connivence, les autorités morales et religieuses sont craintivement silencieuses etc. Le pouvoir tient objectivement toutes les manettes, d’une main de fer.

Le Salon beige et Liberté politique, acteurs du monde de la résistance, avaient décidé d’organiser un colloque, le 1er octobre prochain, visant à donner un éclairage objectif sur la primaire des Républicains. Des conférenciers de premier ordre avaient accepté d’intervenir : Anne Coffinier sur l’enseignement, Charles Beigbeder sur la fiscalité, Robert Ménard sur la sécurité, Yvan Rioufol sur l’islam, Guillaume de Thieulloy sur la liberté d’expression, Gabrielle Cluzel sur la famille, Karim Ouchikh sur la souveraineté, Charles Gave sur l’économie, Jean-Paul Gourévitch sur l’immigration. Nous devions dévoiler, en fin d’après-midi, une analyse objective, quasi scientifique, des positions des candidats Républicains par rapport aux vingt mesures essentielles de redressement que nous leur avons soumises. Près de 500 participants étaient attendus. Tout cela devait se dérouler dans un grand amphithéâtre du 17ème arrondissement de Paris, dépendant de la Sorbonne. Tout était bouclé, payé, organisé : l’après-midi devait être belle…

C’était sans compter sur le pouvoir, son administration, ses manoeuvres occultes, son idéologie totalitaire. Un colloque libre, organisé par des gens libres, réunissant un public libre ? La sombre machine oppressive s’est mise en marche sans que nous le sachions, et a frappé fort en nous supprimant la salle, neuf jours avant un événement complètement finalisé depuis plusieurs mois. Posséder tous les leviers du pouvoir n’est pas suffisant pour le pouvoir en place : il faut traquer tous les espaces de liberté. La censure a donc frappé. Elle est un signe non discutable d’une forme de dictature.

Par le soin de nos avocats, une mise en demeure a été remise en main propre, par huissier, au président de la Sorbonne, qui n’a évidemment pas changé d’avis : la dictature est au droit ce que Papy Staline fut au bonheur des peuples. Nous côtoierons donc avec intérêt le président de la Sorbonne dans l’enceinte d’un tribunal, dans quelques semaines, et pouvons d’ores et déjà affirmer que le dossier dudit président ne semble pas très bon pour lui…

Bien évidemment, il en faudrait davantage pour nous intimider : le combat est rude, mais il continue, et nous proposerons très vite un événement de substitution à celui du 1er octobre, dictatorialement annulé.

> François Billot de Lochner est le Président de la Fondation de Service politique, de Liberté Politique et de France Audace.

Autres articles

12 Commentaires

  • Manuel Atréide , 23 Sep 2016 à 16:59 @ 16 h 59 min

    “le pouvoir en place s’est massivement approprié tous les outils de domination de la population en général et de chaque personne en particulier. ”

    Qu’il est beau (façon de parler!) le chouinage victimaire du troll de la fachosphère française ! Je n’ose même pas imaginer ce qu’il dirait face à une réelle dictature, comme la Corée du Nord. Ou plutôt si : François Billot de Lochner ne dirait rien, terrifié qu’on le fasse taire à coups de canon.

    Mais là, on est en France, on peut dire ce qu’on veut en ligne – et surtout n’importe quoi, mais on est victime d’une domination totale exercée par un pouvoir dictatorial. J’attends les allusions aux escadrons de la mort de cette pauvre biquette.

    Pathétique.

  • Petit Prince , 23 Sep 2016 à 22:15 @ 22 h 15 min

    C’est comme ça qu’on traite le “Peuple souverain” ?
    Vus n’étes pas d’accord ? Alors je vous ferme la queule.

  • Marguerite , 24 Sep 2016 à 8:43 @ 8 h 43 min

    Il y a longtemps que je considère que nous ne sommes plus en démocratie ! Rien que le fait de dire que l’homosexualité est contre nature ou que l’avortement est un crime est passible de poursuites !!!
    Tout ce qui n’est pas politiquement correct est voué aux gémonies. Ce colloque supprimé est une preuve éclatante de notre non-démocratie ….
    Prenons les fourches !

  • AURORE ANGELIQUE , 24 Sep 2016 à 9:17 @ 9 h 17 min

    Hélas ce n’est pas étonnant et c’est épouvantable . Il faut continuer à lutter contre l’oppression.

  • Boutté , 24 Sep 2016 à 9:44 @ 9 h 44 min

    Une réponse négative faite il y a deux mois par la Sorbonne aurait eu un peu de crédibilité mais attendre la quasi veille de réunion pour exprimer le refus rend cette réunion impossible. Le Président de la Sorbonne ne pouvait l’ignorer.
    Au Moyen-Age d’heureuse référence cette Université se faisait un devoir de libérer la parole et même -parfois abusivement- de protéger les clercs qui s’étaient conduits en malfaiteurs. Le pouvoir royal s’arrêtait à ses portes. C’était à une époque décriée et sous l’Ancien Régime ! Que de progrès perdus !!!

  • Gauvin , 24 Sep 2016 à 10:08 @ 10 h 08 min

    « Le monde contemporain ne doit pas être guidé par la philosophie des personnages de “La ferme des animaux”, où tous sont égaux mais certains sont plus égaux que d’autres », a déclaré Sergueï Lavrov du haut de la tribune de l’Assemblée générale de l’Onu.”

    https://fr.sputniknews.com/international/201609241027900589-lavrov-onu-monde/

  • Bruno , 24 Sep 2016 à 10:10 @ 10 h 10 min

    Manuel Atréide : Parce que d’après votre science gauchiste le régime socialiste de France est différent de celui de la Corée du nord ? La fachosphère, un terme de gauchiasse pour détourner le fait que les véritable fachos, dans le monde et de tout temps ont TOUJOURS émargés à gauche. Vous n’êtes même pas pathétique, vous n’êtes tout simplement rien !

Les commentaires sont fermés.