Nommer l’Ennemi : l’Etat islamique !

Désigner l’ennemi et avoir le courage de le nommer sont les préalables de toute politique. L’incurie de nos gouvernants éclate au grand jour dans leur double défaillance envers ce principe. Jusqu’au lendemain des attentats du 13 Novembre, l’ennemi était à la fois le régime syrien et « daesh ». Le gouvernement français faisait même une fixation sur Bachar Al-Assad, cible prioritaire il y a un an encore et dont Fabius souhaitait la mort, comme si son départ aurait changé un système dont il n’est que l’héritier. Il citait le Président syrien, mais évitait de parler d’ »Etat islamique », préférant employer l’acronyme arabe. Ce jeu verbal, puéril et dérisoire, s’accompagnait d’encouragements  aux autres « djihadistes » réputés faire du « bon boulot »et à qui on envoyait des armes. Le discours prétentieux de notre exécutif justifiait l’ingérence au nom de la démocratie et des droits de l’homme tandis qu’il allait, toute honte bue, baiser les babouches des rois du pétrole et du gaz dont on sait qu’ils ne sont pas sans rapports avec le djihad et en ont peu avec les droits de l’homme et la démocratie.

Suivisme ou concurrence, les Français emboîtaient systématiquement le pas des Américains dont la politique est soit machiavélique, soit stupide, mais toujours désastreuse. A cet égard, la conquête de l’Irak a atteint un sommet. Opérée sous prétexte d’une complicité entre Al Qaïda et Saddam assortie d’une menace d’armes de destruction massive, toutes deux infondées, elle a abouti à laisser tout le nord sunnite du pays aux mains de cette alliance désormais réalisée entre officiers baassistes et fanatiques sunnites, tandis que le sud chiite se rapprochait des ennemis iranien et syrien : un désastre inutilement coûteux en vies humaines ! Allié inconditionnel d’Israël, Washington n’a cependant  pas cessé de soutenir les « amis » de ses partenaires économiques et stratégiques musulmans, contre les Serbes en Bosnie et au Kosovo, au Koweit, et dans le vaste mouvement du « printemps arabe ». L’objectif déclaré était d’établir la démocratie et l’indépendance contre des dictatures nationalistes et plutôt laïques. En réalité, partout, sauf à Bagdad, ce sont des groupes sunnites soutenus par la Turquie et les Pays du Golfe qui ont été à l’oeuvre. Entre Frères Musulmans et Etat islamique, de la Libye à l’Irak, le chaos s’est installé, des territoires entiers ont échappé à un contrôle légal et sont devenus les bases du terrorisme international. Il y avait un Afghanistan, on en a  maintenant cinq ou six ! Contrairement à ses affirmations, l’administration Obama ne fait pas la guerre à l’Etat islamique. Son ennemi est la Russie, et ses alliés. L’ennemi de ses amis est le chiisme. Si on peut s’étonner de la totale inefficacité des bombardements américains depuis un an, on doit condamner la complicité objective des Etats-Unis avec la répression saoudienne contre les Chiites de Bahrein, l’intervention des monarchies du Golfe au Yémen, les bombardements turcs contre les Kurdes qui sont le contrepoint révélateur de leur inaction face à l’Etat islamique et de leur soutien aux rebelles syriens dits « modérés ».

La France paye aujourd’hui la faute lourde qui lui a fait soutenir la politique américaine au Proche et Moyen-Orient après son refus justifié d’approuver l’invasion de l’Irak. En Libye comme en Syrie, la France a même voulu être plus américaine que l’Amérique. Elle se retrouve maintenant plus exposée que d’autres sur la ligne de front. Jamais sans doute politique étrangère française ne fut plus confuse et néfaste. « Ce qui se conçoit bien s’énonce clairement… » Nos responsables politiques devraient se rappeler ce principe de l’âge classique. Cela implique d’appeler un chat un chat et un islamiste, un islamiste. Que la plupart des musulmans souhaitent vivre en paix est sans doute vrai. Qu’il y ait dans les textes sacrés de l’islam des justifications de la violence et dans son histoire des groupes qui s’y sont livrés sans retenue sont des vérités indiscutables. L’une des branches du Kharidjisme exigeait de ses fidèles, les Azraqites, le meurtre par égorgement d’un adversaire prisonnier, à titre de preuve. On peut voir dans la barbarie de l’Etat islamique une résurgence de cette attitude. De même, l’usage d’une drogue, le captadon, par les assassins de l’Etat islamique rappelle l’origine souvent attribuée au mot « assassin » qui viendrait de l’arabe « hashishiyyin » et aurait désigné les disciples du « Vieux de la Montagne » qui envoyait des tueurs  drogués contre ses ennemis.

L’ennemi est donc bien l’Etat islamique. Son principal adversaire est le régime baassiste de Damas. Entre les deux, les groupes divers, des opposants dits « modérés » à Al-Nosra, c’est-à-dire Al-Qaïda, ne constituent pas une alternative. Certes, ils ont le soutien de nos riches clients du Golfe, mais pas plus qu’eux ils ne souhaitent instaurer la démocratie. Qu’on le veuille ou non, les Syriens de toutes confessions vivaient en paix avant qu’on ne déclenche la révolution dans le pays. L’Etat islamique qui a institué un califat doit donc être détruit le plus vite possible, car il représente le danger le plus menaçant. Il possède un territoire que tous les djihadistes potentiels peuvent rejoindre notamment grâce à la connivence turque. Il a réuni de gros moyens humains et matériels. Sous la façade de son salafisme brutal, ses troupes sont entraînées à la guerre moderne parce qu’elles sont encadrées par d’anciens officiers de Saddam Hussein et formées de mercenaires que l’argent du Golfe et celui des trafics locaux permettent de recruter. La piétaille des recrues fanatiques en provenance notamment d’Europe fournit la chair à canon et facilite les opérations terroristes extérieures. Le flux de réfugiés qu’il a généré envahit l’Europe avec en son sein des terroristes entraînés. Le matériel a été généreusement fourni par les Etats-Unis par le biais de l’armée irakienne qui l’a abandonné en fuyant Mossoul. Il est probable que d’autres dons plus ou moins volontaires soient passés de main en main des « modérés » aux extrémistes. Il y a donc urgence.

Une désinformation est systématiquement diffusée, par des médias et par des officines, comme l’ »Observatoire syrien des droits de l’homme ». A l’écouter, les bombardements russes feraient essentiellement des victimes civiles. Il est clair que les Etats-Unis et leurs alliés ne semblent guère pressés d’en finir avec le califat. Celui-ci recouvre des enjeux économiques et stratégiques dans lesquels ni l’Europe ni la France, en particulier n’ont les mêmes intérêts que la lointaine Amérique. Il est plus que temps d’en prendre conscience en désignant l’adversaire et en choisissant mieux nos amis.

Autres articles

16 Commentaires

  • Balfy , 23 Nov 2015 à 8:17 @ 8 h 17 min

    Bien dit ! Ce n’est pas demain que l’on pourra entendre cette excellente analyse sur nos ondes !

  • André , 23 Nov 2015 à 9:21 @ 9 h 21 min

    Il n’y a qu’un seul koran, donc il n’y a qu’un seul islam. En 2008, quand j’ai hurlé après avoir découvert le pot aux roses, merci Sarkozy; de verrouiller les frontières et d’interdire la prolifération des mosquées,que la France serait en danger de mort je fus attaqué et je le suis encore par des français de souche. Malheureusement maintenant il est trop tard. D’ailleurs le Charles De Gaulle l’avait prophétisé en 1959. Mais les français avec cette saloperie d’Algérie, sont devenus dyslexiques depuis 1962. C’est seulement maintenant que certains réalisent qu’en 2013, j’avais donné en gros le phénomène du Bataclan et ce n’est pas fini, car personne n’arrêtera plus rien du tout. Charles De Gaulle fut trahi. Il n’y a jamais eu de patriotisme en France et il n’y en aura jamais. La république française maudite divise. J’en ai établi la preuve en 1973 et à l’époque je n’avais pas internet. Lorsque je fus menacé de mort par le ministère de la justice, les français de souche sont rentrés bien sagement à la niche comme des toutous très obéissants. Ce seront des arabes qui iront secouer le Georges Pompidou en lui brandissant ma lettre sous le nez. Pompidou ordonnera ensuite une enquête administrative…. On peut deviner la suite. Pompidou décédera l’année suivante. Toutes les consignes sont sur mes blogs. La république est maudite, je l’ai expliqué maintes fois sur mes blogs et tout devra s’accomplir, parce que la république française maudite pour bien diviser a créé une bonne vingtaine de sectes politiques et leurs membres vont très bientôt commencer à s’entre-tuer. Souvenez-vous, on peut tout retrouver sur internet et particulièrement sur des sites étrangers qui ont fait des sauvegardes, je terminais régulièrement mes commentaires par: — du sang, il y en aura, il en pleuvra même.

  • vonreisner , 23 Nov 2015 à 9:33 @ 9 h 33 min

    A nouveau les malheurs qui frappent les français profitent au gouvernement qui en porte la responsabilité ! (la cote de nos zozos remonte…)
    Les français sont parfois désespérants de candeur !

  • André , 23 Nov 2015 à 9:35 @ 9 h 35 min

    Les français, qui ont souhaité par égoïsme se moquer de leur prochain, vont se retrouver seul face à leur destin. Il n’y aura ni police, ni armée, ni justice juste, la France va se retrouver en collaboration comme en 1940. Sur moi, l’homme n’a aucun pouvoir et avec d’autres français, nous allons revivre la passion de Notre Seigneur et Maître. J’ai suffisamment reçu des menaces de mort et plus particulièrement par des pieds noirs qui ont pris la fuite en 1962 en faisant égorger pas moins de 25 milles bébés de 20 ans, de vrais français de France pour assurer leur fuite et en jetant dans les harkis les décharges publiques…….
    Voici encore un aperçu de la dhimmitude:
    https://sitamnesty.wordpress.com/2015/11/23/coran-brule-a-calais-le-procureur-jean-pierre-valensi-a/#more-27116

  • Charles , 23 Nov 2015 à 10:12 @ 10 h 12 min
  • jsg , 23 Nov 2015 à 10:31 @ 10 h 31 min

    Bonne synthèse, mais, pour moi, c’est en France que ça se passe !
    Tant que nous considérerons que la oummat est une bonne chose, que nos journaleux ignards ou pervers laisseront passer à l’antenne des propos tels que “nous, les musulmans on aime la France” ce qui signifie nous sommes musulmans et français s’il reste de la place…
    C’est le principe de la oummat qui n’a comme but que de créer un état hors frontières… UN ÉTAT MUSULMAN !
    Si cette lecture pragmatique ne suffit pas à tous ceux qui nous ont mis dans la merde, pour dénoncer franchement le danger, la France est Foutue !
    Rajoutez à cela les etites phrases ci-dessous :
    Un Islam encouragé, qui exige…
    Complicité ou aveuglement
    Encouragements au djihad convictions ou maladresses politiques ?
    NAPOLEON BONAPARTE « J’aime mieux la religion de Mahomet. Elle est moins ridicule que la nôtre. »
    (Correspondance de Napoléon 1er – Journal inédit de Sainte Hélène, de 1815 à 1818 (Gal Baron Gourgaud), Napoléon Bonaparte, éd. Comon et cie, 1847, t. 5, Affaires religieuses, p. 518)
    GEORGES CLEMENCEAU (président du Conseil) « L’Espagne a beaucoup perdu en expulsant les Arabes qui représentaient la civilisation ; et, peut-être même, la victoire de Charles Martel fut-elle un mal pour l’Europe. »
    (Interview donnée en 1909 au journal Manana)
    EMILE LOUBET (Président de la République) – franc-maçon « La France se glorifie d’être une grande puissance musulmane. » (1912)
    ADOLF HITLER « Une religion qui croit en la diffusion de la foi par le sabre et dans le fait de subjuguer toutes les nations par cette foi. Une telle foi convient parfaitement au tempérament germanique. »
    « La religion de Mahomet … serait bien plus compatible avec nous que le christianisme. Pourquoi fallait-il que ce soit le christianisme avec sa faiblesse et sa mollesse ? »
    (Albert Speer – Mémoires page 138)
    LIONEL JOSPIN (premier ministre)« Et qu’est-ce que vous voulez que ça me fasse si la France s’islamise ? » (1989)
    JACQUES CHIRAC (président de la République française)« Les racines de la France sont tout autant musulmanes que chrétiennes. » (mai 2003)
    BERNARD CAZENEUVE (ministre de l’Intérieur), Franc-maçon « Ce n’est pas un délit de prôner le djihad. » (2014). (S’en est un de le dénoncer !)
    MANUEL VALLS (premier ministre),Franc-maçon, loge « Ni maîtres ni dieux » « L’islam est en France pour y rester. » (15 juin 2015) « Il faut aider l’islam à grandir. » (22 juin 2015).

    On peut constater que de toutes ces ‘célébrités’ qui adorent l’Islam, les trois dernières sont en harmonie avec Adolf Hitler… les ‘grands esprits’ se rencontreraient ils ?…

  • Catholique & Français , 23 Nov 2015 à 12:17 @ 12 h 17 min

    Oui, l’ennemi N°1 de la France, la cause du “SUICIDE” de la France, c’est l'”esprit” issu des prétendues “Lumières” et en action dans la quasi-totalité des “Gouvernements” français depuis plus de deux siècles. L’Islamisation n’est que la “punition” de cette haine viscérale du Catholicisme : “Chassez le Christianisme, il sera remplacé par l’Islam” (Chateaubriand, il y a 200 ans !).
    Extrait d’une lettre-réponse de mai 1905 du Bienheureux Charles de Foucauld au sous-officier Guy Dervil (qui lui demandait  : “Vous pensez vraiment qu’on puisse convertir un musulman  ? Les résultats obtenus sont bien faibles par rapport à l’effort tenté”) : “…Cet effort est-il soutenu par le Gouvernement  ? Non, hélas, bien au contraire  ! Alors que nous, les Catholiques, sommes en butte à une opposition systématique des Pouvoirs Publics, ces derniers encouragent la religion musulmane. Ils commettent de ce fait une manière de suicide, car, je dois bien le dire, l’islam est notre ennemi  : nous serons toujours les “ roumis ” méprisés.”

Les commentaires sont fermés.

Memoires Jean-Marie Le Pen