Des erreurs en rafale : de Paris à Alger

Il y a des parcours sans faute. Une petite blague présidentielle nous a fait assister à une descente où le skieur se paye tous les portiques avant que ses concurrents ne l’imitent.

Le Crif a été créé en 1943 au plus fort de la déportation et de l’extermination des Juifs français et Européens. Qu’il faille rendre hommage à cette institution et rappeler l’horreur du génocide ainsi perpétré par les nazis sont des impératifs évidents. Que, par ailleurs, on puisse éprouver pour Israël sympathie et admiration, tout en souhaitant ardemment que paix et justice soient rendues aux Palestiniens, n’appelle de ma part aucune objection. Bien au contraire ! En revanche, je ne pense pas que le Président de la République doive présider une réunion dont le caractère communautaire est inséparable d’une commémoration ô combien respectable. Cela crée un double malentendu : d’abord, celui du communautarisme, puisque celui qui parle au nom de la seule communauté républicaine, la Nation, se croit obligé d’évoquer un pacte qui existerait entre une communauté particulière et la République. Ensuite, le lien entre cette communauté et un pays étranger, justifié par l’histoire, et favorisé par la double nationalité, expose à des confusions entre politique intérieure et affaires étrangères au risque d’un dérapage qui s’est produit au détour d’une petite blague typiquement « hollandaise ». Or la maladresse visait un autre pays, arabe (au moins en partie) et musulman, dont les relations avec la France sont toujours sensibles. L’Algérie sourcilleuse n’a pas manqué de réagir à la pique involontaire en la transformant en incident diplomatique. Et notre gaffeur s’est fendu d’un communiqué penaud, d’une excuse qui évite le mot humiliant mais pas la chose. Le Président n’a pas à rendre compte de ses déclarations en France à un pays étranger. Mais la symétrie électoraliste saute aux yeux : voilà un pays qui est le référent d’une « communauté » présente en France. C’est la raison pour laquelle le Président, avant de gaffer et de s’excuser, était allé à Alger l’année dernière afin de dénoncer la colonisation injuste et brutale et de s’excuser, déjà, pour les souffrances infligées et le massacre de Sétif, en particulier. Pas un mot sur ceux commis à l’encontre des Harkis ou des Pieds-noirs oranais. Pas un mot sur la tragédie vécue par les Français d’Algérie contraints de tout abandonner. Pas un mot sur le magnifique travail accompli sur le plan médical ou scolaire par la France en Algérie. On a bien compris qu’en bon politicien, Monsieur Hollande ne s’adresse qu’à un seul public à la fois et compte additionner les voix gagnées par une démagogie sectorielle à l’arrivée. La Corrèze est la terre d’élection de cette attitude. Chirac n’y avait, hélas, pas manqué. Tout ceci est aux antipodes de la vision gaullienne de la fonction présidentielle. Les bonnes relations avec l’Algérie sont un objectif louable qui doit reposer sur la dignité et la réciprocité. La saillie de notre Président n’a pas la même taille que le terme de génocide, diffamatoire pour la France, employé par le Président Bouteflika.

Mais l’opposition dite « du centre et de la droite » a tenu à montrer que l’insuffisance de niveau n’était pas le privilège de la présidence actuelle ni de la gauche. Elle s’est engouffrée sur la mauvaise pente, la pente glissante de la préférence partisane au détriment de la fierté nationale. Il ne fallait pas en rajouter. Pas un, cependant, qui n’ait préféré stigmatiser la bourde plutôt que de perdre une occasion de faire parler de soi. On remarquera que ce sont les seconds couteaux qui s’y sont surtout employés, n’hésitant pas à évoquer les « amis algériens » pour mieux enfoncer celui qui est, qu’on le veuille ou non, le Chef de l’Etat, de Notre Etat. On peut, et même, on doit  regretter qu’il le soit, mais certainement pas en s’associant à une critique venue de l’étranger. Il y a dans une telle attitude une trahison morale à l’encontre de la mission des élus nationaux qui est de représenter la France et de défendre ses intérêts, et son image. Cet incident d’une rare médiocrité n’est pas un accident, mais l’expression de la chute de notre pays au travers de l’abaissement de sa classe politique. De Gaulle n’aurait pas présidé de réunion communautaire, mais il n’hésitait pas à employer des formules volontairement provocatrices sur le sol étranger même. Il ne s’est pas excusé pour le Québec libre. On en est aujourd’hui à souhaiter plus que jamais une France libre, libérée d’une caste politicienne qui n’est pas digne d’elle.

Articles liés

86Commentaires

Avarage Rating:
  • 0 / 10
  • Marius , 23 décembre 2013 @ 15 h 31 min

    il est osé de dire que ces présidents qui ne font pas de cas des pieds-noirs ne sont pas dans la tradition gaullienne.

    Pour le reste (communautarisme) je suis d’accord, c’est un fléau porté par nos derniers présidents, et ce n’est pas gaullien.

  • Sacha , 23 décembre 2013 @ 15 h 35 min

    Dommage que les erreurs en rafales du squatter de l’Élysée ne fassent pas augmenter les ventes du “Rafale” ! 🙂

  • David , 23 décembre 2013 @ 15 h 37 min

    Depuis fort longtemps en France les président s’adresse aux associations communautaire c’est un fait. Certes c’est moins vrai pour les catholiques, bête noire du régime, mais vrai pour touts les autres.

    Faire comme si c’était spécifique à la communauté juive, que l’auteur n’ose pas même nommer est de la malhonnêteté intellectuel.

    Voir la Shoah et Israel là dedans est une obsession maladive, je comprend qu’une personne qui fait des liens systématique de la pluie et du beau temps avec les juifs où Israel finissent par croire que tout est tenu par les juifs.

    D’ailleurs Hollande est comme tout socialiste profondément anti-Israelien.

  • eric-p , 23 décembre 2013 @ 15 h 51 min

    +1 !

  • xrayzoulou , 23 décembre 2013 @ 15 h 56 min

    Le gaffeur, s’étale en plates excusespour sa gaffe (j’aurai bien aimé qu’il garde Vals, comme ils ont enlevé des milliers de français qu’on a jamais retrouvé, comme les harkis qu’ils ont massacrés…..) Je ne m’étalerai pas là-dessus.
    Ce qui me hérisse, c’est son discours en Algérie, concernant les exactions faites à leur encontre. Qui a commencé ce 1er Novembre 1954 ? Qui a tué des milliers de français (les cultivateurs trouvant la table mise pour le déjeuner et trouvant la tête des membres de la famille restée à la ferme, dans les assiettes ? Qui a violé des femmes même enceintes et leur a ouvert le ventre et cela dans souffrances épouvantables (il y a même eu des autochtones et des moukères favorables aux français qui ont subi le même sort) ? et la liste est longue malheureusement !
    Mais aussi qui a créer des écoles même dans des coins reculés (ou il n’y avait pas de français ? Qui les soignaient ? Qui les employait en leur donnant le même salaires qu’au français de France (car les lois étaient votées à PARIS et elles étaient valables également en Algérie) ? Les arabes préféraient travailler chez les français car les riches arabes (il y en avait) les payait avec un élastique !
    Moi je suis allée à l’école avec de petites arabes et il n’y avait pas de différences entre nous. Un de mes oncles vivait à plusieurs kilomètres du premier village, à côté d’un douar, Ma tante et mes cousines s’occupaient des femmes, leur apprenant à s’occuper des bébés, les aidant pour les affaires courantes.
    Pendant ce temps la, les gôchos faisaient les portes valises du FLN ces salops. Je rappelle qu’il y avait des députés arabes en ce temps là ! Et que font-ils maintenant : du recrutement électoral ! Ils les rémunèrent plus pour venir en France. Ils sont iniques ces suppôts de Satan ! Il y aurait beaucoup à dire mais là il faudrait écrire un livre.
    Je pense à ces militaires de gauche qui ont moralement sali les français d’Algérie, leur Drapeau, leur honneur en crachant dessus (comme le font les arabes (certains) en France. L’Algérie n’appartient pas aux algériens mais aux Berbères, aux Kabyles et autres tribus. L’Algérie a été envahie par les arabes, comme ils ont envahi toute l’Afrique du nord, la Libye, l’Egypte,le Liban, la Syrie etc… et les ont obligé à adjurer leur religion, leurs coutumes, leur langue …. En Algérie les français arabes vivaient en paix et ils ne demandaient qu’à vivre chez eux. On les en a chassé et mal reçu en France ! Vous verrez bientôt que les islamistes radicaux en feront autant en France. Ce sera du pain béni pour tous les gôchos car ils s’attaqueront à tout le monde. Malheur pour nous et nos enfants, malheur pour ceux qui se seront intégrés !!!!

  • eric-p , 23 décembre 2013 @ 16 h 00 min

    Globalement d’accord avec cet article.
    On pourrait également évoquer l’intervention scandaleuse de JM Ayrault en
    Nouvelle-Calédonie…qui s’excuse pour les morts de la grotte d’Ouvéa !!!
    Le pire, c’est que la classe politique n’a (à ma connaissance !) même pas bronché.
    …Même pas le FN ! On croit rêver.

    La France n’a pas à s’excuser pour ce qu’elle a fait dans le passé….surtout à des fins démagogiques.
    Tant qu’on y est, en suivant cette logique démagogique et clientéliste, la France devrait également s’excuser pour les massacres perpétrés par Napoléon Bonaparte en Europe,etc…
    On n’en sort plus !

  • eric-p , 23 décembre 2013 @ 16 h 09 min

    Qu’ils essaient ! Ce sera l’occasion rêvée de faire le nettoyage et se débarasser
    définitivement de cette racaille socialo-communiste !
    D’une certaine manière, il y a une alliance objective entre les musulmans
    qui refusent (et je les comprends !) de s’intégrer (ils ressentent la même chose
    que nous sur la décadence morale de l’Etat.).
    Flanby refuse paraît-il les conclusions du rapport sur “l’intégration” ?
    C’est pas grave.Le PS lui trouvera bien un successeur qui, par clientélisme,
    s’abaissera à cette dernière concession…et les partisans de la France chrétienne marqueront des points.

Les commentaires sont clôturés.