Ce Jour de Colère qui dérange…

Le jour de Colère intrigue. Pour certains, il dérange. Pour nous, c’est bon signe…

Les thèmes de protestation du Jour de Colère sont directement en rapport avec la chute de popularité de François Hollande et de son gouvernement dans les sondages. Mais les questions ne sont jamais posées aux français sous cet angle. Seul le Jour de Colère et son collectif de 50 organisations de la société civile ose faire la liste des mécontentements de nos concitoyens. Ce sont ces thèmes que le Jour de Colère mettra en avant ce dimanche 26 janvier.

La colère fiscale est le premier d’entre eux. Le mouvement des Bonnets Rouges a fait tache d’huile et n’appartient aujourd’hui à personne, tant l’urgence de la justice fiscale est partagée par l’opinion. A l’heure où les français exigent des économies, le coût d’une scène de ménage à l’Elysée se chiffre à plus de trois millions d’euros ! Le Jour de Colère ne paiera pas pour ça.

La faillite éducative est le deuxième thème de colère. La catastrophique réforme Peillon est un écran de fumée pour masquer l’échec de l’éducation nationale, la dictature des syndicats d’enseignants et le poids de l’idéologie dans les programmes scolaires. Partout dans le monde, la place de la France recule. Dans les classements sur l’éducation, elle s’effondre. Le Jour de Colère n’accepte pas cela.

La destruction de l’emploi, le chômage de masse, le carcan bureaucratique qui entrave les entreprises et les charges qui les écrasent sont un sujet de colère grandissant. Les faillites industrielles et les suppressions d’emplois menacent la survie économique de la France. Qu’ils soient chômeurs, artisans, commerçants, paysans, tous les membres actifs de la vie économique sont exaspérés et vont le dire dimanche. Le Jour de Colère lance la contre-offensive.

La politique idéologique du gouvernement à l’égard des familles est en décalage complet avec les préoccupations des français. Les priorités des familles n’ont rien à voir avec les lubies de Belkacem ou les fantaisies de Taubira. Alors que la famille est le premier lien social et le dernier rempart contre la précarité, le gouvernement mène une politique qui détruit cette solidarité. Le Jour de Colère ne laissera pas faire.

La souveraineté nationale a été bradée par François Hollande, qui se couche devant les technocrates de Bruxelles. L’identité nationale est bafouée par les « experts » de Jean-Marc Ayrault, qui réclament le remplacement de notre culture, de nos lois et nos mœurs. Les convictions des croyants sont insultées jusque dans leurs lieux de culte par des profanatrices Femen payées sur nos impôts. La liberté d’expression est traquée partout où elle subsiste. Le Jour de Colère va nettoyer tout ça.

Les sujets de colère sont si nombreux qu’on ne peut les citer tous, mais ils seront tous exprimés dans la rue le dimanche 26 janvierLe peuple demande des sanctions et Hollande devra payer bientôt.

Autres articles

25 Commentaires

  • monhugo , 24 janvier 2014 @ 19 h 57 min

    Ai reçu ce communiqué dans ma boîte mail. Relayé pour les amateurs – annoncé comme un “préambule” au JdC.

    Deuxième COLLOQUE du SIEL ” L’universel déni des identités”.

    Samedi 25 janvier de 15 h à 21 h – Maison de la Chimie – Paris 7ème

    “Souveraineté Indépendance et Libertés (SIEL), organise ce samedi 25 janvier, de 15 à 21 h, dans la grande salle de la Maison de la Chimie (460 places) son deuxième colloque annuel.
    Le premier s’était tenu, le 28 janvier 2013, à l’Assemblée nationale, en partenariat avec Jacques Bompard, député du Vaucluse, sur le thème “France, qu’as-tu fait de tes libertés ?” et avait réuni des personnalités aussi diverses que Charles Beigbeder (UMP), Xavier Lemoine (PCD), Catherine Rouvier (RBM), Philippe de Saint Robert (Fondation Charles de Gaulle), Pierre Cassen, Robert Ménard…

    Le thème de cette année est : ‘L’universel déni des identités”, ce dernier mot devant être ici compris au sens le plus large : il ne s’agit pas seulement des identités politiques, mais aussi des identités sociales (la famille, l’homme, la femme, la question du “gender” etc.) et des identités naturelles (environnement, écologie, agriculture, question du “transgénique” etc.) ; il s’agit en somme de reformuler dans les termes contemporains la question classique du rapport de toute chose à elle-même, son essence et son nom. Ces trois sous-thèmes détermineront trois tables rondes : la première (identités politiques) sera présidée par Christian Vanneste, la seconde (Identités sociales), par Béatrice Bourges, la troisième (Identités naturelles), par Alain de Benoist.

    Sont attendues également plusieurs autres personnalités venues d’horizons différents. Ont confirmé leur participation : Marine Le Pen, Renaud Camus, Henri de Lesquen, Christian Combaz, Olivier Dejouy (secrétaire général de l’Action française), Wallerrand de Saint Just, le Dr Véronique Hervouët, le professeur Gilles Lebreton… La présence de plusieurs autres personnalités est à confirmer.

    Ce colloque aura lieu la veille du “Jour de Colère” dont il se propose d’être une sorte d’ouverture intellectuelle, l’un des objectifs du SIEL étant de contribuer au renversement de l’hégémonie idéologique de la gauche par la restauration des thèmes politiques fondamentaux de la pensée française. “Tout ce qui élève unit” disait Péguy : face à la pensée unique noyée dans le mondialisme, l’existentialisme et conséquemment la négation de toutes les formes d’identités, il entend réunir les Français sur des paradigmes qui les élèvent et les unissent.”

  • hermeneias , 24 janvier 2014 @ 22 h 10 min

    Merci pour l’info monhugo
    Intéressant de voir MLPen sortir de sa tour d’ivoire et accepter de ne pas être la star .

    Renaud Camus est très intéressant ….

  • Psyché , 25 janvier 2014 @ 1 h 08 min

    Encore un thème de lutte : la liberté de l’enseignement et l’arrêt des enseignements Gender-LGBT à la Peillon !

    http://lesmoutonsenrages.fr/2014/01/24/lecole-a-la-maison-bientot-presque-illegal/

    Une proposition de loi a été déposée en toute discrétion le 18 décembre 2013 soit disant pour « protéger » l’enfant …

    Ne pourrons échapper à l’éducation traditionnelle dans un établissement public ou privé que les enfants souffrant d’une incapacité physique ou mentale, les enfants sains seront interdits d’enseignement à domicile!

    Pourtant, si on s’en réfère à l’article 26-3 de la déclaration universelle des droits de l’homme: « Les parents ont, par priorité, le droit de choisir le genre d’éducation à donner à leurs enfants.«

  • Psyché , 25 janvier 2014 @ 1 h 15 min

    Encore un thème de lutte : la lutte contre la Gouvernance Mondiale que souhaitent nous imposer les frères maçons :

    http://www.liberation.fr/monde/2014/01/21/vers-une-gouvernance-mondiale_974539

  • monhugo , 25 janvier 2014 @ 2 h 43 min

    Les notations disparaissent à nouveau – étrange.

  • monhugo , 25 janvier 2014 @ 2 h 44 min

    Puis réapparaissent – toujours étrange…

  • monhugo , 25 janvier 2014 @ 3 h 09 min

    Voilà le texte de la proposition de loi :
    http://www.senat.fr/leg/ppl13-245.html
    La justification de cette proposition de loi sénatoriale : assurer la “socialisation” de l’enfant, par l’école…..
    Bien sûr, bien sûr…
    Ou plutôt éviter que les parents qui le peuvent (et le veulent) instruisent eux-mêmes leurs enfants, tout en les éduquant. Leur donnent de bonnes méthodes de travail, après leur avoir enseigné des bases solides. Prétendent les arracher à la propagande obligatoire, etc.
    Tout ceci étant nettement condamnable, qui éviterait à certains enfants de ” découvrir la diversité des conditions et des cultures des enfants de (leur) âge”, laquelle “découverte”, comme tout le monde le sait, vise à “rendre (leur) développement plus harmonieux.”
    En clair la découverte obligatoire de la “mixité sociale”, par l’allochtone condisciple, dès la maternelle.
    La proposition de loi poursuit, plus clairement encore, de la façon suivante :
    “pas de désocialisation volontaire, destinée à soumettre l’enfant, particulièrement vulnérable, à un conditionnement psychique, idéologique ou religieux”. Nous y voilà !
    Seuls les invalides et grands malades pourraient avoir école à domicile.

Les commentaires sont fermés.