Présidentielle : réflexions autour des exigences du Bien Commun

« Il ne faut pas oublier que, lorsque les Eglises et les communautés ecclésiales interviennent dans le débat public, en exprimant des réserves ou en rappelant certains principes […] Ces interventions ne visent qu’à éclairer les consciences, en les rendant capables d’agir de manière libre et responsable, conformément aux exigences de la Justice, même si cela peut entrer en conflit avec des situations de pouvoir et d’intérêt personnel. »

Benoît XVI, le 30 mars 2006

Les présentes réflexions ne visent en aucun cas à imposer pour qui voter ou à donner des consignes de vote, mais plutôt à considérer le Bien Commun pour notre pays.

Il est nécessaire d’établir ce qu’un catholique doit connaître et savoir pour mieux le défendre dans sa pratique. Il est clair qu’il doit refuser toute forme de collectivisme marxiste, qu’il soit radical ou présenté de manière édulcorée. Si ce point est évident pour tout catholique conséquent, il faut également souligner que, dans les circonstances présentes, les programmes des candidats qui demeurent en lice en vue de l’élection présidentielle sont à examiner attentivement d’après les exigences du Bien Commun et de la loi naturelle. Or, de manière patente, l’un des programmes proposés, porté par le candidat socialiste, démontre une volonté évidente de rupture avec les éléments premiers du Droit Naturel ; les conséquences de l’application d’un tel programme seraient dramatiques pour la vie quotidienne comme pour l’avenir des Français.

• Le respect de la vie, déjà fort malmené, va totalement disparaître : avortement et euthanasie, manipulations et expériences diverses sur l’embryon : non seulement leur autorisation sera plus largement étendue, mais il est clair que tout sera fait par voie d’autorité pour formater les consciences dans la « culture de mort ».

• De même pour la famille : le programme socialiste établit clairement la fin de la famille naturelle par l’acceptation de l’union homosexuelle et l’adoption des enfants par les tenants de ce genre d’union ; sans oublier le projet de scolarisation obligatoire des enfants dès l’âge de 3 ans, manifestant implicitement la volonté de réduire et faire disparaître peu à peu la responsabilité essentielle des parents vis-à-vis de leurs enfants. Dans la même ligne, les parents seront impuissants pour contrer « l’éducation sexuelle » imposée à leurs petits.

• Quant à l’école, seront tués dans l’œuf tous les efforts consentis ces dernières années pour proposer aux familles des écoles dignes de ce nom : les écoles hors contrat peuvent légitimement s’inquiéter de leur avenir. Elles seront sinon interdites, du moins asphyxiées financièrement par le retrait des avantages fiscaux pour leurs bienfaiteurs.

Ces points essentiels ne peuvent être soumis à un quelconque marchandage, car ils sont l’expression même de la Loi Naturelle dont dépend le Bien Commun de la société.

A travers le vote, chacun doit exprimer dans la liberté sa responsabilité. Mais cette liberté n’est véritable que dans le respect des points soulignés ci-dessus, car ils engagent l’avenir de notre patrie comme de chacun de nous.

Abbé Denis Coiffet
Abbé Vincent Ribeton
Abbé Guillaume de Tanoüarn

deuxiemetour [at] orange.fr

Autres articles

6 Commentaires

  • Komdab , 24 avril 2012 @ 14 h 04 min

    Aucune vision stratégique de long terme dans ces propos. C’est dommage. On ne peut plus se contenter d’une droite molle qui se gauchise chaque jour un peu plus. Elle doit s’effondrer et renaître, c’est hélas la seule solution.

  • GB , 24 avril 2012 @ 14 h 31 min

    Merci Messieurs les Abbés de donner des consignes de vote plus claires (et plus courageuses par le sacrifice de notre orgueil individuel qu’elles supposent) que celles de la CEF qui ne se mouille jamais vraiment.

    Je l’ai aussi écrit çà et là : Sarkozy n’est pas l’ennemi mais le chiffon que -notamment- les socialistes n’ont de cesse d’agiter sous notre museau rendu écumant par les résultats de dimanche dernier. La colère est courte folie.

    La vision à long terme ne saurait être d’installer le candidat de l’anti-France au pouvoir et en rupture avec le droit naturel à l’Elysée, alors qu’il dispose déjà du Sénat et obtiendrait l’Assemblée dans la foulée.

    Je les imagine déjà ces réactionnaires à la petite semaine multipliant les marches pour la vie drapés dans leur chèche blanc frappé du Sacré-Coeur, injuriant Hollande et appelant de leurs voeux quoi au juste ? Une droite nationale parlementaire, qui aura sacrifié l’Elysée par calcul politique ?

    Si Marine Le Pen n’appelle pas à faire barrage à Hollande, elle n’aura plus jamais ma voix ni celle de pas mal d’autres, ayant montré qu’elle n’est qu’une politichienne. Marine, surprenez-nous, soyez grande ! Nous sommes heureux de vos 20%, nous espérons que vous puissiez faire mieux demain. Mais aujourd’hui, ne soyez pas plus sectaire que le Front de Gauche, en face, ce serait un comble.

    Créer une cohabitation ne semble guère réaliste, alors que l’on peu s’attendre au mieux à 80 députés UMP et 20 FN. Nous aurons une opposition plurielle qui aura le droit de voir ses amendements rejetés sur les prochains projets de loi (relatifs au mariage homosexuel, à l’adoption par les “couples de même sexe”, au “droit à mourir dans la dignité”, peut-être même la constitutionalisation du droit à l’avortement, pour faire plaisir aux Joly, Autain, et autres Mélanchonades).

    Non, la sagesse est de bloquer le candidat socialiste. Antéchrist serait peut-être trop fort mais vous avez bien rappelés combien son programme est contre les valeurs chrétiennes.

  • GB , 24 avril 2012 @ 14 h 35 min
  • Komdab , 24 avril 2012 @ 15 h 16 min

    MLP devrait appeler à voter pour le candidat d’un parti qui n’a tenu aucune promesse de 2007, ne fait que cracher au visage des électeurs FN, mener une politique de gauche avec des ministres et conseillers d’état de gauche et même appelle à voter pour le PS aux législatives en cas de duel PS/FN ? Vous plaisantez j’espère ! D’ailleurs c’est en appelant à voter Sarkozy qu’elle serait une “politichienne”, jamais l’UMP ne laisserai 20% du FN entrer à l’Assemblée c’est moche mais c’est ainsi.

  • egni , 30 avril 2012 @ 11 h 34 min

    j’adhère à fond avec ce que dit Komdab! enfin un qui y voit clair et qui ne se laisse pas mené en bateau!

  • horripilant , 1 mai 2012 @ 14 h 50 min

    L’extrême droite qui porte les valeurs de la France (Jeanne d’arc et compagnie)?
    L’extrême droite n’est-il pas un parti “d’intégristes” prônant la violence par le retour à l’armement, la haine raciale par l’enfermement du pays et les valeurs du nazisme, et l’individualisme par le self made man ?
    Il me semble que les valeurs de la religion catholique sont justement la non-violence (Mathieu 5, 38-39), la fraternité (Jean 15, 12), la solidarité (Matthieu 25, 31-46) et j’en passe. Contradiction avec l’extrême droite ?
    Entre riche catholiques on s’entraide, et on aide les pauvres lorsque cela est bénéfique pour l’image.
    C’est beau une telle religion qui parle de Bien Commun, mais faut-il se rappeler que Sarkozy a tenté de faire passer un loi pour détecter les futurs délinquants à l’age de 3 ans ?
    C’est donc ça le “Bien Commun” pour qui il faut voter ?

    Devrait-t-on parler également de l’histoire sordide qu’a vécu Laurent de Villiers, fils de Philippe de
    Villiers, famille très “catho” pourtant ? On peut citer les noms suivants également Gérard Croissant, Pierre-Etienne Albert, Pierre Pican, Antoine Videau…

    Quel intérêt quand on a des boulets pareil accroché à ses pieds, de donner des consignes de vote aux catholiques ?

    Les catholiques modérés sont assez grand pour réfléchir par eux même, ils n’ont pas besoin qu’on leur disent pour qui voter.

Les commentaires sont fermés.