Des élites incompétentes et arrogantes

Le sociologue Michel Crozier dans son livre La crise de l’intelligence donne une explication de l’incapacité de la France à se réformer : « Nous sommes un pays paradoxal. Nous avons complètement perdu confiance dans nos élites, que nous jugeons inaptes à nous diriger dans un monde nouveau, différent et dangereux, mais nous restons en même temps obnubilés par leur brillant et par les prouesses intellectuelles qu’elles sont capables d’accomplir. Elles ont beau avoir accumulé les échecs, nous sommes fiers de leur lucidité intellectuelle et de leur arrogance ».

Michel Crozier met en exergue l’incapacité des élites à s’adapter au monde qui vient. Elles sont formées dans les grandes écoles pour appliquer des solutions technocratiques aux grands problèmes. Mais elles sont incapables d’écouter les gens du terrain et de leur laisser prendre des initiatives. Les élites croient détenir les solutions mais cette prétention empêche les réformes émanant de la base. Pourtant dans un monde complexe, les problèmes sont réglés plus efficacement par des hommes du terrain plutôt que par des intellectuels au sommet d’une pyramide technocratique.

“Les politiciens et les hauts fonctionnaires sont persuadés que la solution à tous les problèmes passe par une intervention renforcée de l’Etat. Ils ne peuvent pas comprendre que l’Etat n’est pas la solution mais le problème de la France.”

Je partage l’analyse de Michel Crozier concernant l’arrogance des élites ainsi que leur incapacité à se réformer. Cependant on peut contester leur supposée lucidité intellectuelle. En effet, l’intelligentsia de gauche a prétendu détenir la vérité et incarner le progrès en faisant l’apologie du communisme. Toutefois ces intellectuels ont été déboussolés et désenchantés lors de l’effondrement de l’Union soviétique. Il est alors apparu clairement que les intellectuels pouvaient être inintelligents. Ils se sont couverts de ridicule avec leurs prises de position prétentieuses sur le sens de l’Histoire. Après la faillite de l’utopie communiste, les intellectuels de gauche devraient se taire et avoir honte de leur bêtise. Mais pour sauver la face, ils préfèrent surenchérir dans l’idéalisme. Les élites journalistiques et universitaires, majoritairement politiquement correctes, prétendent que la société multiculturelle représente l’avenir paradisiaque. Mais cette nouvelle utopie n’est-elle pas aussi désastreuse que la précédente ? Nos élites préfèrent asséner leur « vérité » sans se demander si elle n’est pas aussi débile que la précédente.

Les politiciens et les hauts fonctionnaires sont persuadés que la solution à tous les problèmes passe par une intervention renforcée de l’Etat. Ils ne peuvent pas comprendre que l’Etat n’est pas la solution mais le problème de la France. De même, ils ne peuvent pas concevoir que l’élite politique actuelle est la cause du blocage de la société française. Une énarchie prétentieuse et incompétente se complaît dans des poncifs politiquement corrects sur les bienfaits de l’ouverture aux autres. La France subit une double peine : d’une part des transferts de souveraineté au profit d’une technocratie supranationale et d’autre part une immigration de peuplement. Ainsi l’Etat français devient un exécutant de la Commission de Bruxelles tandis qu’une colonisation rampante de la France est à l’œuvre. Les élites devraient éclairer le peuple et lui indiquer le chemin à suivre mais on a l’impression d’être dirigé par des collabos au service d’intérêts étrangers.

Si les élites actuelles sont la cause du déclin de la France alors la conclusion logique est qu’il convient de les remplacer comme cela s’est déjà produit à certaines périodes de l’histoire de France.

Articles liés

19Commentaires

Avarage Rating:
  • 0 / 10
  • clovis , 25 avril 2014 @ 9 h 46 min

    Ces soi-disant “élites” ont pourtant bien été élues par le peuple, à l’exception notable des dirigeants de l’europe de Bruxelles. Les électeurs subissent en permanence le lavage de cerveau des médias officiels, en France et ailleurs. Ces médias sont au service d’une oligarchie dont le dieu est le veau d’or. C’est au niveau de l’information qu’il convient d’agir en priorité afin que les électeurs soient ré-informés. Merci à NdF de contribuer à le faire.

  • monhugo , 25 avril 2014 @ 12 h 50 min

    Définition du mot “élite” pour le Larousse : “groupe minoritaire de personnes ayant, dans une société, une place éminente due à certaines qualités valorisées socialement”.
    Que peut-on comprendre du “certaines qualités valorisées socialement”? Notion évolutive, assurément.
    L’inversion sexuelle, par exemple, est une “certaine qualité valorisée socialement”, depuis que le mariage a été déconstruit juridiquement pour en assurer la promotion.sociale…
    L’important serait donc le “groupe minoritaire”…. Il est vrai que nos “zélites” politiques ont le culte des minorités (invertis et autres paraphiles, immigrés et allochtones de tout poil, “peuple élu”…).
    Pourrait-on risquer que les “élites” actuelles en France sont des minorités, qui vivent du culte d’autres minorités, distinguées par elles comme fonds de commerce “intellectuel” ?

  • passim , 25 avril 2014 @ 14 h 53 min

    André Gide : “Quand les gens intelligents se piquent de ne rien comprendre, ils le font mieux que les sots”

  • Dubitatif , 25 avril 2014 @ 15 h 45 min

    Oui Catholique & Français
    En fait d’ “élite” c’est une anti-élite d’oppresseurs
    Michel Crozier se trompe lorsqu’il dit :
    “Nous avons complètement perdu confiance dans nos élites, que nous jugeons inaptes à nous diriger dans un monde nouveau, différent et dangereux, mais nous restons en même temps obnubilés par leur brillant et par les prouesses intellectuelles qu’elles sont capables d’accomplir. Elles ont beau avoir accumulé les échecs, nous sommes fiers de leur lucidité intellectuelle et de leur arrogance “.
    Comment pourrait-on être fiers de leur [absence] de lucidité intellectuelle et de leur arrogance.
    Crozier fait-il parti de cette anti-élite d’oppresseurs ?

  • monhugo , 25 avril 2014 @ 17 h 15 min

    Asinus asinum fricat.

  • monhugo , 25 avril 2014 @ 17 h 26 min

    Les “élites”, c’est fini ! On en est aux “zélites”, pour zozos zélés et zélateurs de “zomos” (“nos zamis les zomos”..) et de zonards divers.

  • François2 , 25 avril 2014 @ 17 h 57 min

    Nos élites sont effectivement incompétentes depuis 50 ans (pour rester sur cette courte période) car “gouverner c’est prévoir” et nos élites n’ont pas prévu le changement de population. Dans quelques dizaines d’années les Français ne seront plus majoritaires en France. Pour que la France reste Française, il faut à partir de maintenant voter exclusivement pour le parti (ou les partis) qui proposera les deux premières (capitales) mesures préconisées par Jean Schmitt IL Y A 28 ANS : 1) arrêt des francisations volontaires ou automatiques (donc suppression du droit du sol) ; 2) limitation des travailleurs immigrés en nombre et en durée (c’est le fameux REMPLACER LES IMMIGRES PAR DES EXPATRIES).
    Jean Schmitt (du Point : excusez du peu d’extrémisme !) avait parfaitement cerné le problème en écrivant en 1986 : « C’est un génocide… C’est de la démence, du suicide. Et c’est d’autant plus impardonnable qu’il suffirait de quelques mesures pour tout sauver. ».
    Et puisqu’on parle d’Europe, il faut promouvoir ces mesures à l’échelon européen. En parallèle, nous défendrons : l’Afrique aux Africains. Le bon sens doit régner partout et pour tous.
    Pourtant il y a 40 ans un socialiste avait donné la solution : “Les étrangers viendraient seuls et pour une durée limitée”.
    Et depuis plus de 50 ans les pays africains, par exemple, n’acceptent pas les immigrés, mais seulement les expatriés (donc sous contrat avec les contraintes voulues).

Les commentaires sont clôturés.