Comment Sarkozy peut (encore) l’emporter en 2012

Selon un sondage BVA pour RTL paru ce mardi, en cas de duel au second tour entre Martine Aubry et Nicolas Sarkozy, le maire de Lille l’emporterait avec 59% des suffrages contre 41% pour le président de la République sortant. Dans le cas d’un duel entre François Hollande et Nicolas Sarkozy, le président du conseil général de Corrèze vaincrait encore plus facilement l’ancien maire de Neuilly-sur-Seine avec 62% des suffrages (contre 38%) ! La démobilisation d’un électorat de droite bel et bien berné se confirme enquêtes d’opinion après enquêtes d’opinion…

Oui, Nicolas Sarkozy “[a] eu le pressentiment en 2007 » de “cette vague droitière » (Alexis Brézet, dans Le Figaro Magazine du 1er avril) qui touche aujourd’hui l’Europe. “Mais il a cru, à tort, que le verbe suffirait à l’endiguer”. En 2012, Nicolas Sarkozy n’a qu’un moyen pour être réélu dans un fauteuil. Un moyen pour siphonner plus encore qu’en 2007 l’électorat de la droite nationale et les patriotes. Une arme ultime. La seule pouvant garantir à la droite de rester aux affaires. Ou plutôt de les partager. Pas avec la gauche au nom de l’ouverture mais avec les Français, au nom du respect des promesses.

Alors que les Français se prononcent massivement pour plus de démocratie directe et que l’immigration est une question qui les préoccupe plus que jamais, pourquoi Nicolas Sarkozy ne s’engagerait-il pas à organiser un référendum sur la question de l’immigration dès le début de son second mandat ?

Le président de la République n’aurait plus à mentir. Il ne serait plus obligé de faire croire à son électorat – ou à ce qu’il en reste ! – qu’il est de droite. Il n’aurait qu’à promettre aux électeurs de mettre en place les conditions permettant l’organisation de quelques grands référendums, de préciser les thèmes de ces votations, les intitulés et de fixer un agenda. Sur la question de l’immigration, il pourrait s’inspirer des exigences du collectif Stop-immigration : 1) faut-il revenir au droit du sang ? 2) faut-il réserver les aides sociales aux Français ? 3) faut-il supprimer le regroupement familial en France ? 

A chacune de ces trois questions posées, je suis convaincu que les Français sauront apporter LA bonne réponse. La pression, les menaces, les tentatives de diabolisation des médias bien-pensants n’y feront rien : les Français nous ont montré en 2004 qu’ils ne supportaient pas (plus!) l’ordre moral gauchiste.

Ces référendums sont la seule possibilité pour la droite de l’emporter en 2012. Non pas qu’il faille forcément que la droite dite parlementaire ou républicaine l’emporte face au Front national rénové de Marine Le Pen. Si Marine Le Pen avait des chances de l’emporter au second tour, il y aurait même matière à débat. Mais comme l’observait Nicolas Dupont-Aignan il y a quelques semaines, “Marine Le Pen, malgré son talent et toute son énergie, ne peut pas rassembler tout le monde” au second tour. On peut le regretter mais c’est ainsi. Pour le moment. Et une victoire de la gauche en 2012, c’est la dernière chose dont la France a besoin. Négation des valeurs (“mariage” homosexuel et euthanasie passeraient au Parlement comme une lettre à la poste), négation de la valeur (hausse des impôts pour financer le refus de continuer le semblant de réformes de Nicolas Sarkozy) et surtout plus d’immigration donc plus d’islam. Tout ce que la France profonde dont je crois être ne veut pas !

Pour que la gauche soit battue, il nous faut un candidat de droite qui ne nous raconte pas des bobards mais qui s’engage à nous permettre de choisir. De voter pour ou contre la préservation de notre identité, l’euro, la fin des privilèges des fonctionnaires, le financement public des syndicats, le droit de ne pas financer par ses impôts le remboursement de l’avortement, etc…

On ne le croirait plus s’il prenait les positions qui sont les nôtres le temps de la campagne. Par contre, s’il nous offrait la possibilité de gagner (mais aussi de perdre!) sur ces thèmes confisqués par la bien-pensance, il ferait un triomphe et siphonnerait les électeurs FN mais aussi MPF, CNIP, DLR, PCD… Et même Nouveau centre puisque cessant enfin de mentir à l’aile droite de l’UMP, le président assurerait l’aile gauche de l’UMP, le Nouveau centre, le MoDem qu’il ne prendrait pas parti dans aucune des campagnes précédant les référendums. Il cesserait de passer pour un président facho, très important pour lui et pour ses amis. En face, la gauche serait totalement désarmée : comment taper sur un candidat qui propose de donner la parole au peuple français ? Et Dieu sait qu’il a des choses à dire, lui que l’on n’a par exemple jamais consulté sur le regroupement familial et qui doit aujourd’hui payer pour “l’immigration sociale” (Gilles Bourdouleix). La gauche montrerait alors son vrai visage. Car comme l’écrit Eric Zemmour, “le problème du PS, ce n’est ni la droite, ni Sarkozy ni même le Front national, c’est encore et toujours le peuple”.

Pour l’électeur du FN, le choix serait vite fait : entre une candidate brillante et forte en gueule qui n’a aucune chance de l’emporter au second tour et un président détesté qui offre la possibilité à la droite de conviction d’imposer son agenda – à condition que les campagnes soient menées professionnellement par une société civile à développer de toute urgence (moyens, formation, communication, etc) sur le modèle des Etats-Unis, il fera ce que le bon sens lui commande parce qu’il aime la France.

Il y a donc un moyen pour la droite de conserver le pouvoir : le partager avec le peuple et, dans la foulée, clouer le bec à la gauche. Tout en neutralisant Marine. Tant que les promesses de consultations populaires seront tenues. Parce qu’elle menace la droite de ne pas se qualifier au second tour et la contraint à enfin écouter le peuple, Marine Le Pen aura d’une certaine manière sauvé la France. Sans jamais gouverner.

Autres articles

21 Commentaires

  • Roman Bernard , 24 mai 2011 @ 12 h 09 min

    faut-il réserver les aides sociales aux Français ?

    Ce ne sont pas des aides, et elles ne sont pas sociales. Elles sont financées par les cotisations des salariés pour que l’État saupoudre ces allocations sur ceux qui les ont payées, après s’être servi au passage pour payer des fonctionnaires inutiles.Ces soi-disant « aides » sont intrinsèquement mauvaises, et il ne faut donc pas les réserver aux Français. Quand quelque chose est mauvais, vous le réservez à votre famille ?

  • trismus37 , 24 mai 2011 @ 14 h 52 min

    Ce qui me plaît dans les sondages :
    C’est que depuis l’affaire DSK qui a révélé la connivence de caste, la turpide de ces donneurs de leçons, Marine Le Pen semble avoir disparu des sondeurs.
    Elle se serait discréditée par l’arrestation d’un notable !
    Parce que les français vont sanctionner la personne moralement irresponsable ???
    Nous prendrait-on pour des imbéciles ? (Et là, je suis poli !)
    La droite, la gauche et les politiques aux ordres de la bienpensance sont discrédités et les électeurs ne sont pas dupes !

  • petitjean , 24 mai 2011 @ 18 h 04 min

    La classe politique qui se partage le pouvoir depuis plus de trente ans est en charge d’un projet :
    favoriser la mondialisation et donc la destruction des nations et des identités nationales. L’immigration est une des armes utilisée.L’omnipotence de l’Etat qui veut contrôler le citoyen en est une autre.
    Il n’y a aucune différence idéologique entre le ps et l’ump (umps ! ). Ce sont les deux faces d’une même médaille SOCIALISTE IMMIGRATIONISTE MONDIALISTE.
    Il y a un PROJET MONDIAL est , en fonction des fausses alternances, la gôche ou la fausse droite applique le programme, son programme, qui évidemment n’est pas le nôtre !
    Relire madame Bat Ye’OR, madame Oriana Fallaci et l’ouvrage remarquable de ENYO “Anatomie d’un Désastre”. A lire également la réedition du livre de Jean Raspail” Le Camp Des Saints”

  • bodol , 25 mai 2011 @ 6 h 29 min

    Bravo,Monsieur Martin, mais je crains que ce soit trop beau pour être possible! Il faudrait convaincre Sarkozy et court-cicuiter ses conseillers parasites et l’UMP trouillarde…vaste programme!!!!!

  • pascalou , 25 mai 2011 @ 6 h 44 min

    Marine Lepen une grande gueule???? je trouve le terme un peu fort de café!!!! Je vous assure que je l’écoute depuis plus ou moins 5 mois quasiment chaque émission radio ou télé et toutes ses conférences de presse…………… Aujourd’hui mis a part Dupont Aignan PERSONNE absolument PERSONNE ne dit autant de vérités Que Marine Lepen!!!!! sur tout les sujets et en plus elle y apporte des réponses concrétes !!!!! et pour revenir a Sarkozy son gros problème c’est qu’il ment encore mieux que Chirac et surtout , surtout il ne faut pas oublier le référendum de 2005 et çà je ne peut lui pardonné , VRAIMENT je l’ai en travers de la gorge et je lui ferais payé dans les urnes

  • Meot Yan , 25 mai 2011 @ 7 h 45 min

    Cocu une première fois, vous êtes prêt à remettre ça une seconde fois? Y en a qui aiment
    Yan Meot

  • Eric Martin , 25 mai 2011 @ 9 h 00 min

    “Forte en gueule” pour être précis. Sous ma plume, c’est tout sauf péjoratif. J’ajoute aussi “brillante”. Vouloir faire payer à Nicolas Sarkozy le non respect des résultats du référendum de 2005, c’est bien mais donner les clefs du pouvoir à une gauche qui n’a rien fait contre ne me paraît pas faire avancer la situation. Car Marine Le Pen n’a aucune chance de l’emporter si elle se qualifiait pour le second tour. On peut s’en réjouir ou le regretter mais c’est ainsi.

Les commentaires sont fermés.