Le lobby gay est aux homos ce que le Parti communiste fut aux travailleurs

Lorsque je déclare (notamment sur mon blog Homo pas gay) que je suis homosexuel mais que je refuse l’idéologie « gay », j’excite toujours l’étonnement, souvent l’incompréhension.

Après un moment de silence, j’entends :

— Houla ! T’as des problèmes dans ta tête, toi !

— Être gay, c’est être homo, non ?

— Où est-ce que tu vois une idéologie gay ?

Et là, c’est moi qui me demande par où commencer…

Peut-être par le 20e siècle, avant la chute du mur de Berlin.

À l’époque, en France, le Parti communiste avait réussi à faire gober à toute une frange de la population qu’il était le seul représentant légitime des « travailleurs ». Tu osais le critiquer ? Tu étais un oppresseur du peuple, un ennemi de la classe ouvrière. Même si tu étais toi-même ouvrier (en ce cas, tu étais, en plus, un traître.) — Même ambiance aujourd’hui. Seuls les acteurs et les costumes ont changé. Les prolos sont devenus les homos, l’internationale rouge a été remplacée par l’internationale arc-en-ciel. Pour le reste, c’est kif-kif. Scénario identique. Si j’ose critiquer l’idéologie gay, je suis homophobe. Si je suis moi-même homo, cela prouve seulement que, en plus, je suis un traître. Le lobby « gay » s’est approprié les homosexuels. Il parle en leur nom, pleure en leur nom, dénonce en leur nom, lutte en leur nom, et, last but non least, touche du fric en leur nom (car ne pas subventionner largement les associations gay, c’est être homophobe ; et comme l’homophobie n’est pas une opinion mais un crime, toutes les collectivités locales, toutes les grosses entreprises, toutes les régies publicitaires sont priées de mettre la main à la caisse. Et plus vite que ça, en cadence, et avec le sourire, s’il vous plaît…)

“Les prolos sont devenus les homos, l’internationale rouge a été remplacée par l’internationale arc-en-ciel.”

Ajoutons que Karl Marx n’était pas saint Vincent de Paul. Pour lui, le prolétariat n’était pas intéressant en tant que faible, mais en tant que fort. Ce qui le faisait vibrer, ce n’était pas la charité, la miséricorde, le souci des faibles ou des petits. Mais seulement lutte des classes. Son but n’était pas de secourir les misérables, mais d’utiliser leur force politique. Pas de servir les malheureux, mais de se servir d’eux pour faire la Révolution. Bref : récupérer, manipuler, instrumentaliser pour le triomphe de l’idéologie. Dans la logique communiste, le syndicaliste doit être révolutionnaire et surtout pas réformiste. Le communisme n’a pas de pire ennemi que les syndicats réformistes, qui, sans références idéologiques, veulent seulement améliorer la situation des travailleurs. Ces traîtres à la cause ouvrière ne sont-ils pas prêts, sous ce vain prétexte, à s’entendre même avec les patrons ? Quelle inconscience ! Les ouvriers seront peut-être mieux traités, mieux payés, mieux protégés, mais ils perdront leur ardeur révolutionnaire ! Ils s’embourgeoiseront ! Or si tous s’enrichissent, c’est la fin du prolétariat ! Qui, alors, fera la Révolution ?

Même logique dans le lobby gay. S’agit-il vraiment de secourir la détresse des pauvres mecs comme moi, qui découvrent progressivement, avec l’adolescence, qu’ils ne sont attirés que par d’autres mecs ? Le lobby le dit (comme le communisme prétendait secourir les ouvriers), mais ce n’est pas vrai. Tu veux la preuve ? Tu n’as que quelques mots à dire. Puis tu guettes sa réaction. Tu seras édifié. Quels mots ? Simplement les noms de quelques anciens homos qui ont réussi à retrouver une sexualité normale. Cite-lui quelques cas (il y en a, réels et bien attestés, même s’ils ne sont pas très nombreux). Tu n’auras pas à attendre longtemps. Mais attention, car la réaction sera violente. Le lobby gay ne peut envisager sereinement l’idée qu’un homo ait trouvé la paix, la joie, l’équilibre et le bonheur en abandonnant ses pratiques homosexuelles. Cette seule idée le met en rage ! Il crie à l’escroquerie, au scandale, à l’intolérance, au blasphème. — Oui : blasphème. Car l’idéologie gay, comme toutes les idéologies modernes – et le communisme – est une véritable religion séculière, avec ses dogmes, ses rites et ses interdits moraux. J’y reviendrai.

En attendant, si un militant gay me lit, il est déjà au bord de l’apoplexie. Pour lui, le pire des crimes, la plus scandaleuse des perversions, la plus révoltante des infamies, c’est de vouloir ramener un homosexuel à une sexualité… j’ose à peine dire « normale », pour ne pas l’achever… disons « courante », si ça lui chante (je refuse de toute manière d’employer le terme « hétérosexuel » qui est piégé).

“Ramener un homo à la sexualité courante ? Pour le lobby, c’est impossible. Un homo est un homo.”

Ramener un homo à la sexualité courante ? Pour le lobby, c’est impossible. Un homo est un homo. Vouloir le changer, c’est vouloir qu’il se renie lui-même, qu’il s’automutile, qu’il bafoue son identité. Et attention, car là, tu touches à la fois à un dogme et à un tabou. Tu atteins le cœur même de l’idéologie gay : il existe une identité homosexuelle. Si tu le nies, tu es un hérétique. Pire qu’un hérétique : un tortionnaire en puissance. Un génocideur.

Moi, qui suis à la fois myope et homosexuel, j’ai le droit de regretter d’être myope. J’ai le droit d’aspirer à une opération chirurgicale qui me rendrait la pleine vue. Mais je n’ai pas le droit de regretter d’être homo. Je n’ai pas le droit d’aspirer à une sorte d’opération psychologique qui me  rendrait normal (oui, allons-y : normal !). Note bien que la question essentielle n’est pas de savoir si cette conversion psychologique est possible. Le dogme gay prétend qu’elle est impossible, mais il est inutile d’en discuter, et il est même interdit d’en discuter, parce que avant, déjà, la morale gay proclame qu’il est interdit de seulement souhaiter un tel changement. Un homo n’a pas le droit de désirer devenir normal, tout simplement parce qu’il doit absolument croire qu’il est normal. Penser autrement, c’est blasphémer. Et c’est se rendre complice de cette abominable société homophobe qui pousse chaque année des milliers d’homos à se suicider. Na !

Pour s’imposer, le communisme jouait d’un argument très simple, la dialectique du progrès : Je suis le progrès, tu es la réaction.  En tant que progrès, j’ai toujours le droit d’avancer. Puisque tu es passéiste, tu n’as, toi, jamais le droit d’avancer. Tu peux, si tu veux, essayer de retarder ma marche, mais pas plus. Si tu prétends inverser la marche, tu deviens illégitime, et j’ai le droit de te supprimer, par tous les moyens.

Simpliste, mais efficace. Surtout dans les médias. Grâce à cette technique d’intimidation psychologique, le communisme n’a jamais besoin de justifier rationnellement ses thèses et ses propositions. Elles échappent aux catégories ordinaires du vrai et du faux, du rationnel et du mythique. Elles sont justes d’avance, puisqu’elles vont, par définition, dans le sens du « progrès ».

Débat truqué d’avance. Débat, car il faut bien donner l’impression de la démocratie. Mais la question n’est jamais de savoir dans quel sens avancer, mais seulement à quelle vitesse avancer.

Dans leur magnanimité démocratique, les forces de progrès reconnaissent aux « conservateurs » le droit de retarder la marche du progrès. Mais pas plus. Si jamais ils prétendent inverser la tendance, ils deviennent de dangereux extrémistes qu’on doit mettre hors d’état de nuire. Contre ces dangereux terroristes, tout est permis. On commence par le lynchage médiatique, et l’on va, si c’est nécessaire, jusqu’aux camps de concentration.

Là encore, tout le monde peut voir combien le lobby gay reprend parfaitement la technique communiste.

Jusqu’au goulag ?

Autres articles

54 Commentaires

  • jejomau , 24 mai 2013 @ 11 h 27 min

    Entendu sur les radios et télés : “le 26 mai, c’est la dernière manif”

    Ah bon ? Ils sont drôlement bien renseignés ces journaleux !

    Partant pour d’autres manifs avec des amis en tout cas ! Par exemple pour la rentrée de septembre !?

    De même partant pour des manifs sur Bruxelles …

    ENFIN, il parait qu’il y a une super TEUF qui s’appelle “Gaypride” bientôt…. Et si on s’invitait tous pour rendre tout ceci plus “festif” ??
    Ainsi, en Géorgie, la foule s’est rendue à la Gaypride pour fêter comme il se doit : les LGBT étaient – parait-il – super contents : même qu’ils ont fait une super partie de cache-cache dans la ville avec les popes et plus de 20 000 Georgiens !!!

    On veut des Teuf ! On veut des Teuf ! On veut des Teuf !

  • Gérard Couvert , 24 mai 2013 @ 11 h 29 min

    Pitoyable, vous n’avez pas du beaucoup fréquenter le monde ouvrier, et particulièrement communiste.

  • A. , 24 mai 2013 @ 11 h 39 min

    Témoignage intéressant.
    A.

  • alain , 24 mai 2013 @ 11 h 39 min

    gérard couvert

    cela n’a rien de pitoyable. c’est exactement comme cela que fonctionnent les intellectuels “communistes” – c’est à dire marxistes et les intellectuels de gauche au sens large.

    Lisez les ouvrages de Jules Monnerot

    Sociologie de la Révolution
    Sociologie du Communisme

  • Canard , 24 mai 2013 @ 11 h 56 min

    Je me sens beaucoup plus représenté par vos pseudo “lobbys gays” que par des gens qui sortent dans la rue pour hurler que je suis “différent”, que je suis “une menace pour les enfants”. L’utilisation de cette photographie est ignoble, et vous ne voyez l’homosexualité qu’à travers ce prisme déformé, ce qui ne me fait penser qu’au vaste bidonnage de ce pseudo “témoignage”. Il existe de milliers de couples, avec ou sans enfant, qui ne sont pas plus différents que les autres, et qui n’aspirent qu’à ce qu’on les considère comme les autres. Vous comparez la myopie et l’homosexualité, et enchaînez que celle-ci est une maladie, une déformation, “anormale”, ça se passe de commentaires…. si vous vous croyez malade, ou anormal, allez vous faire “soigner”. Mais ne généralisez pas votre ego complexé et non-assumé.
    Je ne parle même pas de vos interprétations délirantes. Le Mensonge, la récupération et la victimisation auront été, jusqu’au baroud d’honneur, les trois mamelles de ce mouvement qui ne voit en l’homosexualité au pire, des délires de “contre-nature” de civitas, au mieux des marginaux qui ne sont là que pour divertir pour “Frigide Barjot”.

  • marie , 24 mai 2013 @ 12 h 01 min

    meme pierre berger etait arrive a amener un homo à etre un hetero
    son premier amant Bernard BUFFET le grand peintre est un jour devenu fou amoureux d annabelle qu’il a épousée et dont il a eu des enfants!!!
    donc ideologie

  • Paule C , 24 mai 2013 @ 12 h 03 min

    Remarquable de lucidité.

Les commentaires sont fermés.