Le jour se lève… La libération des peuples est avancée

Le jour se lève… La libération des peuples est avancée

BREXITA la fin de la deuxième guerre mondiale, les pays d’Europe, ravagés par l’offensive allemande puis par celle des alliés, se sont réunis sous l’aile américaine comme les poussins sous leur poule. Puis, ils se sont regroupés sous l’impulsion des « européistes » Jean Monnet et Robert Schuman.

Cette quiète convalescence fut appréciée des peuples épuisés, chassés par surcroît de leurs territoires d’outre-mer, et occupés à rassasiés âme et corps, sevrés qu’ils étaient par dix ans de saccages. Quand on a faim, on ne s’occupe guère des intentions du distributeur de la manne, et aussi accepte-t-on sans rechigner les dons.

Puis vint la mise en place de structures à vocation soi-disant économique comme la communauté du charbon et de l’acier (CECA) et de la Communauté des Etats Européens (CEE). Comme rien ne changeait dans leur environnement immédiat, que les gouvernants continuaient à feindre de maintenir la souveraineté de leurs états respectifs, on mena ainsi, dans le contexte contraignant de la guerre froide, les peuples jusqu’au traité de Maastricht.

Entre temps, même l’Angleterre s’approcha du piège doré, avec crainte et réticence s’y installa, puis récrimina quant aux conditions qu’on voulait lui imposer. Mais elle demeura, secrétant ainsi quelques chiens heureux que les loups qui venaient leur faire une causette fuyaient aussitôt, mais de moins en moins nombreux.

Le référendum français de 1992 fut perdu de très peu par les partisans de la souveraineté – c’est à dire de la liberté – par la faute de Philippe Seguin qui se montra tétanisé par un François Mitterand malin et déjà malade.

Nul ne perçut cette même année que les peuples se réveillaient dans l’ancienne Yougoslavie et que la guerre de libération débutait.

La fuite en avant pour accroître le nombre des pays membres alla jusqu’à l’ambition d’intégrer la Turquie dont l’entrée signifierait la désintégration de la civilisation européenne, qui, elle, existe.

La ruine des pays limitrophes à cause de l’euro et des endettements nécessaire pour qu’ils pussent tenir leur rang ne fit point réfléchir la « nomenklatura » en place à Bruxelles et Strasbourg. On mit des gauchistes à la tête de la commission (Barroso ou Solana) et lentement apparurent les contours de projet dément qui soutendait l’Union Européenne : le changement des peuples et leur soumission au joug d’une organisation mondiale à venir qu’on baptiserait « gouvernement » le jour venu. Cette semaine d’ailleurs, l’ONU vient de lancer l’idée de la mise en place d’une « police mondiale » qui est une pierre de plus dans cette direction.

Les portes de l’Europe – et celle des Etats-Unis – furent grande ouvertes et les hordes se mirent en marche « des bouts de l’univers » comme s’écrit Camille dans Horace.

Les vigies des « villages gaulois » qui, dés 1992, avaient alerté l’opinion sans être entendues, puis en étant montrées du doigt, furent rejointes en 2005 par des pans d’opinion qui donnèrent, en France, aux Pays-Bas et en Irlande, des réponses négatives aux référendums sur la Constitution européenne et autres sujets intégrateurs.

Les dirigeants politiques professionnels, qui forment désormais la classe gouvernementale, ignorèrent les « non » massifs exprimés, contournèrent cette opposition et perdurèrent dans ce qu’on peut appeler désormais une trahison des clercs. Et les catastrophes s’accumulèrent que la crise financière de 2008 favorisa.

La Grèce surtout, mais le Portugal, l’Espagne, l’Italie et d’autres contrés à l’est ne pouvaient survivre sous la monnaie unique qu’on aurait pu nommer le « mark » tant elle en avait la couleur. Mais rien n’y fit. L’Allemagne de Merkel imposa de poursuivre « par le fer et par le sang » comme l’aurait dit Bismarck (Durch Eisen und Blut).

Alors commença, enfin, la révolte des peuples. Et le référendum britannique eut lieu. 52% des électeurs demandèrent que la Grande Bretagne se retirât de l’Union Européenne.

Il est au fond normal que ce soit les Anglais qui tirent les premiers. C’est dans leur nature et on les y enragea au moins une fois. Nigel Farage, ce talentueux tribun qui mit si souvent la face des européistes à nue dans le grand cirque de Strasbourg, a mené campagne et ses compatriotes l’ont suivi.

« Il vaut mieux être le premier dans son village que le second à Rome » dixit César. La formule reste vraie et les Britanniques ont choisi de sortir de l’Union Européenne pour redevenir eux-mêmes. A présent, nul ne peut nier que Bruxelles ou Strasbourg n’ont plus de légitimité et que leurs prétentions doivent être soumises au feu des urnes dans chaque pays membre.

Surtout si on s’avise de ce qui se passe aux Etats-Unis sous l’impulsion de Donald Trump. Là encore, le peuple se soulève et semble décidé à recouvrer sa souveraineté avant qu’il ne soit trop tard.

Si juin est le début de la débâcle (au sens propre du terme) en Europe, novembre peut-être celle du monde, avec le retour d’une Terre de nations libres de faire la loi chez elles, libres d’avoir les amis qu’elles souhaitent et libres de pratiquer les mœurs qu’elles chérissent.

« Vérité en deçà des Pyrénées, erreur au delà. »

Georges Clément
Comité de Lépante
Ancien président du Comité francilien de défense du franc
Ancien membre du Conseil national souverainiste

Autres articles

15 Commentaires

  • Victor , 24 Juin 2016 à 13:59 @ 13 h 59 min
  • Charles , 24 Juin 2016 à 14:28 @ 14 h 28 min

    Ce qui est assez amusant , c’est l’incompétence des journalistes de l’empire.
    a cette heure aucun d’entre eux n’a fait l’analyse de l’effet domino inéluctable:
    1.Le nouveau gouvernement britannique va entamer les négociations de sa libération.
    2.Très vite, les souverainistes hollandais vont lancer leur pétition pour un référendum.
    3.Vu le climat, ils sont assurés de recueillir le nombre de signatures pour un “Nexit”.
    4. Ils sont aussi assurés de remporter ce référendum de sortie de l’utopie européiste.
    5. Pour rester dans le vent,les danois vont aussi lancer leur propre référendum Daxit.
    6. Ces 2 pays sont proches du Royaume Uni et vont s’épauler dans leurs démarches à 3.
    7. Londres a la finance pour l’Europe et Rotterdam tiens le poumon portuaire des allemands.
    8. Donc dans les négociations Brexit, la feldmarshall Merkel sera coincée par les 2 autres.
    9. Les Pays latins voudront aussi avoir leurs référendums avec effet château de cartes
    10.Un compromis dynamique consistera à remplacer le délire fédéral par une confédération.
    11. Le faux parlement européiste pourra être remplacé par une assemblée de délégués.
    12. la monnaie unique inique et rigide pourra être remplacée par une monnaie partagée.
    13. Chaque pays retrouvera sa monnaie (indexée au centre) & son droit d’émission monétaire.
    14. L’UE deviendra l’AE (ou AENL), acronyme pour “Alliance Européenne des Nations libres”.
    15. La feldmarshal Merkelle partira refaire sa vie en Amérique du sud.

  • André , 24 Juin 2016 à 16:56 @ 16 h 56 min

    Dans l’application pour la véritable sortie de l ‘Angleterre de l’ UE, c’est deux années à venir, donc grenouillages +++++++++++
    Comme le dit Boris, si les pays nordiques et slaves s’y mettent, un beau boxon est à l’horizon.
    @lain.

    Justement je viens de commenter. –un beau boxon est à l’horizon– L’Europe va se disloquer et doit se retrouver seulement en dix pays quand la troisième guerre mondiale va se déclarer ( Voir apocalypse Europa 10 cornes “ou dix têtes couronnées par satan”) . Entre temps les guerres civiles vont gagner les pays européens ce qui provoquera le délitement. Les pour et les anti qui vont s’étriper. Les fous d’allah, vont trouver l’aubaine pour venir mettre tout le monde d’accord par des égorgements. Dans leur cervelle de tueur, cela leur apparaîtra comme un signe d’allah pour commencer la grande boucherie……… Tous les hauts politiques sont au corant de cela et c’est précisément le but recherché et la population va tomber le piège, tout comme en 1968, ils ont tous plongé

    https://youtu.be/mOLb77sONw8

  • André , 24 Juin 2016 à 18:15 @ 18 h 15 min

    Je viens de mettre en ligne, car les événements vont s’accélérer. Tout est lié, l’Europe, l’économie, l’immigration massive…..Et comme je l’avais soupçonné déjà en 2008 et que maintenant tout se confirme, des millions et des millions de français vont se laisser prendre par surprise et cela est inévitable car De Gaulle l’avait bien prophétisé: Des veaux avec une cervelle de colibri.
    Extrait de mon billet du lundi 08 septembre 2014:
    Maintenant, J’en viens aux secrets de Fatima parce qu’ils n’ont pas été révélés par Mon Église. Ils les ont plutôt dissimulés et obscurcis. Je me dois donc alors de parler clairement et ouvertement.Les événements sont commencés et ils conduiront à une annihilation des nations. Ils ont été planifiés par le Malin et ont été mis en marche. Le calendrier n’est donc pas caché. Ces événements sont comme les premières contractions de naissance de cette destruction.Ils se déroulent chaque jour, et pas dans un lieu secret et obscur, mais au cœur même du Moyen-Orient. Ils sont vraiment devant vos yeux et je vais les expliquer soigneusement.La guerre en Syrie a allumé la mèche. Elle brûle tellement fortement parce que la Russie continue d’armer le régime. Les deux côtés du conflit ont été renforcés. Ceci assure que la mèche continuera à brûler. Une mèche conduit à une explosion.La Syrie n’est pas la cible de l’explosion. Elle n’agit uniquement comme mèche qui allumera d’autres feux. L’explosion se produira ailleurs.

    https://youtu.be/NJSDMl10fMc

  • hermeneias , 25 Juin 2016 à 0:03 @ 0 h 03 min

    Achetons ANGLAIS

    Vais de ce pas acheter vêtements , scones , bacon , marmelade , double cream du Devonshire… Avant prochaine virée à York , en Cornouailles , à Winchester …sur l’ile de Wight

  • Sirius , 25 Juin 2016 à 1:53 @ 1 h 53 min

    Pas un seul journaliste Français pro-Brexit ou alors j’ai loupé quelque chose.Et près de 52% des britanniques pris pour des neuneus parfois taxés de fascisme.Quand à cette manière de parler constamment au conditionnel et à prédire les pires calamités au Royaume Uni:à fuir.Comme dirait les anglais:”Wait and see”,c’est ça l’info.
    Un exemple de l’amateurisme de nos professionnels du journalisme.Quand l’équipe de France de Platini rencontrait dans les années 70 celle de République d’Irlande de Liam Brady,ça donnait France-Eire.Pour cet Euro 2016 et jusqu’aux 16è de finale aucun distinguo de la part de nos médias pour les deux Irlande présentes.Régression!Qui peut encore faire confiance à ces médias qui ne marchent qu’à l’émotion,l’idéologie et la polémique?

  • Sirius , 25 Juin 2016 à 2:00 @ 2 h 00 min

    Tiens moi aussi j’informe mal.Je voulais parler de 8è de finale évidemment où France et République d’Irlande (ou Eire) s’affronteront…de nouveau.

Les commentaires sont fermés.

Memoires Jean-Marie Le Pen