La gauche ne reconnaît pas son enfant : le nouvel antisémitisme

La bonne conscience de gauche, habituellement sûre d’elle-même et dominatrice, regarde avec effarement cet objet idéologique imprévu, le nouvel antisémitisme. On comprend son émoi. Après avoir vainement tenté pendant des années d’associer la haine des Juifs et l’extrême droite, également coupable de détester les Arabes, elle découvre que les attentats, les violences, les paroles assassines et les assassinats eux-mêmes dont les Juifs sont victimes proviennent essentiellement de musulmans soutenus par l’extrême-gauche. Déboussolée, la gauche ne déchiffre plus la géographe politique. Sa lecture westernienne de l’histoire situait les mauvais à droite, plus ou moins héritiers de l’Ancien Régime, catholique et qui traitait les Israëlites en sujets de seconde zone, anti-dreyfusards, collabos, racistes également à l’encontre des immigrés musulmans. La minorité juive libérée par la Révolution, majoritairement ancrée dans la gauche progressiste, attachée à l’Etat d’Israël, dont le fer de lance politique avait été pendant longtemps le Parti Travailliste, était chez les bons, à côté des autres opprimés des heures sombres de notre histoire, esclaves, colonisés, immigrés. Et voilà que des immigrés musulmans s’en prennent à des synagogues comme les nazis en d’autres temps !

L’homme est un animal social, comme le disait Aristote. Mais cet « instinct » ne va pas chez lui sans des catégories qui mêlent la sensibilité et l’intelligence, la distinction du même et de l’autre. Qui se ressemble s’assemble, comme dit la sagesse populaire, sauf pour les sexes, ce qui poserait un problème de conservation de l’espèce. La gauche nie ces évidences. Il serait plus intelligent de les reconnaître et d’en maîtriser les effets pervers, c’est-à-dire l’hostilité entre les groupes pour en tirer l’avantage de l’échange. Lorsqu’on nie l’identité d’un peuple et de son histoire, on n’a plus qu’une masse d’individus superficiels juste capables de commenter ce qu’ils ne comprennent plus par des banalités et qui reçoivent sans plus rien à donner. C’est le cas des « convertis » qui vont se faire massacrer au nom d’une religion qui a occupé le vide dans lequel on les a abandonnés. La France est un pays qui comme son nom l’indique est issu du Royaume Franc, bien avant 1789, dont la réussite a été liée au choix du catholicisme. Que cette identité, passée sous silence alors que le 27 Juillet on célébrera le huitième centenaire de Bouvines, ait parfois conduit à des excès ne peut être nié. Les Juifs, réfugiés dans quatre villes du Vaucluse actuel et protégés par le Pape, les Protestants chassés par Louis XIV pour aller en Prusse ou ailleurs ne sont pas les épisodes les plus reluisants de notre histoire. Mais ce n’est pas en ne retenant que l’ombre et en oubliant la lumière qu’on favorise le patriotisme d’un peuple, ni celui des nouveaux arrivants. Contrairement aux Etats-Unis, la France n’est pas structurellement un pays d’immigration. Elle n’a pas la force d’attraction de la première puissance mondiale où tout semble possible pour celui qui veut y faire sa vie. Encore le remplacement des WASP aux USA n’a-t-il pas fini de produire ses effets…

C’est pourquoi il faut en finir avec le discours qui surévalue les minorités au détriment de la majorité et présente notre pays comme une collection de communautés. On comprend le lien entre cette vision des choses et les intérêts électoraux du PS, mais les minorités qui ont perçu leur poids à la marge électorale peuvent jouer un rôle disproportionné et sans rapport avec l’intérêt national. C’est le cas lorsqu’elles sont mêlées à des conflits étrangers. La surprise de la gauche face au nouvel antisémitisme n’a d’autre raison que la fausseté de son manichéisme et le choc de ses contradictions. Les Juifs ne sont pas une race, mais les fidèles d’une religion. La permanence de cette communauté est un phénomène rare. Les Français qui sont, paraît-il, des Gaulois parlent une langue issue de leurs colonisateurs romains et portent le nom de leurs envahisseurs germains… Encore faut-il s’interroger sur la permanence du judaïsme, peu enclin au prosélytisme, et constant dans sa transmission. Alfred Koestler, dans la 13éme Tribu avait formulé l’hypothèse selon laquelle les Juifs d’Europe Centrale étaient des convertis et non des victimes de la Diaspora. De même, l’antisémitisme du XIXe siècle était plutôt de gauche à son origine et fondé sur la dénonciation de la richesse mal acquise. Son évolution actuelle n’a rien de surprenant. Mais il n’a aucun sens dans notre pays d’abord parce que la communauté juive est très minoritaire et ne menace en rien l’identité nationale. Ensuite, parce qu’elle a joué un rôle positif. Qui pourrait se dire antisémite après avoir visité le Musée Nissim de Camondo ? Il porte le nom d’un aviateur français mort héroïquement durant la Grande Guerre. Son père en a fait don à la France avec sa prestigieuse collection d’art décoratif du XVIIIe siècle, l’apogée française dans ce domaine comme dans d’autres. Il avait demandé que le Musée portât le nom de son fils. Sa fille, Béatrice, son ex-mari, Léon Reinach, leurs deux enfants sont morts à Auschwitz. Cette histoire doublement tragique justifie que rien ne soit commis contre la communauté en France et qu’un pays capable de les protéger puisse accueillir les Juifs du monde, même si tous les arrivants n’ont pas pour ancêtres des Juifs de Palestine. Sous prétexte que la cause palestinienne est aujourd’hui celle des damnés de la terre, en lien avec celle des populations immigrées des quartiers sensibles, l’extrême-gauche cultive un antisionisme difficile à distinguer de l’antisémitisme. La gauche est écartelée entre ses préférences pour les minorités. Elle en ignore évidemment une troisième, celle ces Chrétiens d’Orient, ces « arabes » chrétiens massacrés ou chassés de chez eux par les cousins du Hamas.

Un discours vraiment national doit d’abord rappeler l’identité française, exiger une maîtrise de l’immigration telle que cette identité soit préservée, agir sur la scène internationale pour qu’un Etat Palestinien soit instauré sur la base de la reconnaissance de l’Etat d’Israël, afin que les Palestiniens, musulmans ou chrétiens, puissent vivre dignement, ce qui n’est pas le cas actuellement. En ayant nié le premier point, contredit le second et laissé filer le troisième dans la confuse politique américaine, la gauche a du mal à reconnaître le monstre qu’elle a engendré : le nouvel antisémitisme.

Autres articles

29 Commentaires

  • domeni , 24 juillet 2014 @ 18 h 00 min

    Intéressante analyse, et impartiale; cela ne démontre-t-il pas que les termes de gauche et droite n’ont aucune vraie et profonde signification ?

  • V_Parlier , 24 juillet 2014 @ 18 h 59 min

    Il est vrai que la gauche (et plus généralement l’UMPS) découvre aujourd’hui le résultat de son travail. Ca part dans tous les sens et elle ne maîtrise plus rien. Plus rien ne rentre dans les cases du politiquement correct! Mais leur travail d’idiots utiles n’est pas terminé. Le pire arrive car les socialismes européens ainsi que les “social-démocraties”, représentent aujourd’hui un réel danger pour la paix dans le monde entier. Elles se retrouveront aussi bientôt non seulement avec des djihadistes à gérer mais aussi d’authentiques fascistes (des vrais cette fois, et pas de chez nous), avec les USA à satisfaire sans discussion. Elles feront tout pour se justifier face aux “populistes” montrés du doigt depuis des décennies. Les populistes, eux aussi, dans quelques années, seront condamnés pour terrorisme: le séparatisme face à l’UE.

  • Psyché , 24 juillet 2014 @ 21 h 48 min

    La gauche a volontairement cassé le moule d’intégration et d’assimilation “républicain” et pour dire mieux, français.
    Pire, elle souhaite aller encore plus loin dans la promotion du relativisme généralisé et dans la doxa du ‘tout se vaut” en demandant aux français de longue date de s’adapter aux us et coutumes des nouvellements importés.
    Tout se vaut, alors pourquoi ne pas exciser les jeunes filles ? pourquoi ne pas accepter les drapeaux algériens, pourquoi pas la charia, pourquoi pas légaliser la langue arabe dans les administrations, pourquoi pas le mariage gay, la pédophilie, les mères porteuses …car “tout se vaut veux dire aussi “tout se vend” .
    La religion du “tout se vaut” et du “pourquoi pas”, nous mène alors vers une une société sans valeur, totalement dissoute car sans ciment et sans identité.
    Ne reste plus alors comme seul moyen de se forger une identité.que le repli vers les “communautés” porteuses de valeurs intangibles mais souvent lourdement incompatibles entre-elles.
    Le relativisme nous mêne alors vers les luttes intestines incessantes, les conflits et des oppositions ; c’est la destruction de la société organisée occidentale pour la remplacer par un Orient compliqué et autodestructeur.

  • René , 24 juillet 2014 @ 22 h 15 min

    Le judaïsme appartient à l’histoire de France. L’islam lui est totalement étranger et est incompatible avec la culture européenne. Ceci explique peut être l’amour d’une partie de la gauche pour l’islam.

  • Charles , 25 juillet 2014 @ 7 h 53 min

    La “goooche” est un concept archaïque ,Mr Vanneste, vous le savez autant que nous.
    Le seul concept pertinent étant celui de l’Union Maronnique Poly-Sexuelle (UMPS).
    Le fait de parler encore de “droaate” et de “gooche”,c’est tourner en rond.

    L’adhésion maronnique et l’adhésion poly-sexuelle étant les 2 prérequis obligés
    pour pouvoir grimper les différents degrés de cette fourmilière pyramidale
    qui vous a quand même nourri pendant plus de 20 ans.

    Vous avez le droit de vous repentir,à la condition de tout dire.

    Cette UMPS ne subsiste que en s’appuyant sur une base d’abstentionnistes.
    Celle ci étant administrée par les gardiens vigilants de la mafia des médias.
    Tout est lié.

  • lajoie , 25 juillet 2014 @ 8 h 07 min

    de l’antisémitisme en france ? meuh non voyons ! l’antisémitisme , c’est comme l’augmentation de la délinquance dans ce pays , ça n’existe pas……n’est ce pas méssieurs les zélus ?

  • sergeG , 25 juillet 2014 @ 9 h 10 min

    Ma conviction est que cette destruction de l’identité et de la cohésion nationale n’est pas une erreur, mais le résultat d’une volonté organisée par les “élites” qui peuvent ainsi diriger le monde, qui sans cohésion, n’est plus à même de se rebeller : diviser pour régner.

Les commentaires sont fermés.