Marine Le Pen pourra-t-elle sauver la France ? (2/2)

Marine Le Pen pourra-t-elle sauver la France ? (1/2)

3. L’occasion manquée des MPT

C’est grâce aux Manifs pour Tous que Marine Le Pen aurait pu donner le coup de grâce au « cordon sanitaire ». Si elle était venue aux manifestations, elle aurait pu séduire les adhérents de la droite classique et bourgeoise. Elle aurait même pu obtenir peut-être la parole, en ne cessant de crier, les larmes aux yeux devant les caméras, à la censure de l’organisation qui l’empêche d’exprimer son expérience de mère. Et si elle avait gagné son discours, elle aurait eu l’opportunité de révolutionner toute la scène politique française.

En effet, imaginons-la, sur l’estrade, dominant la foule, personnifiant une stature présidentiable, la voix grave tonnant des airs gaulliens, qui, après avoir expliqué comme tous les autres intervenants la nécessité pour un enfant d’avoir son père et sa mère et de nous sortir deux petites anecdotes drolatiques de mère de famille réjouissant les foules (et endormant l’attention de Barjot ou de La Rochère ne tolérant « aucun dérapage ») ; elle aurait pu conclure au nez et à la barbe de l’organisation, brève mais concise, calme mais acerbe, polie mais vindicative : « Voyez-vous, peuple de France, ceux qui ne cessent de m’insulter de fasciste, de national-socialiste, d’Adolf Hitler, sont prêts à accomplir légalement, à travers la GPA et la PMA, un monstrueux plan eugéniste qui n’a rien à envier à celui du IIIe Reich, de choisir à cause des manipulations génétiques comme Hitler le désirait, des enfants physiquement parfaits, jusqu’à la couleur de leur cheveux et de leur yeux ! Ceux-là même qui se revendiquent d’un Jules Ferry ayant déclaré autrefois ‘Les races supérieures ont un droit sur les races inférieures’ pour justifier la colonisation. Ceux-là même qui se revendiquent d’une famille politique qui a accordé lors de son suffrage parlementaire, tel un seul homme, les pleins pouvoirs à Pétain ! Ceux-là même qui se revendiquent d’une famille politique qui a vulgairement collaboré avec l’occupant national-socialiste à travers le gouvernement de gauche de Pierre Laval comme le rappelle l’historien israélien Simon Epstein, alors que la majorité des résistants ayant suivis de Gaulle étaient de droite ! »

Cette conclusion aussi dure que véridique aurait pu transférer devant la bourgeoisie ébahie le cordon sanitaire à la gauche de l’UMP en la diabolisant massivement et en tuant par la même occasion le soi-disant pétainisme antisémite du père fantasmé par les masses qui, après son lapsus sur les fournées, aurait dû être définitivement exclu du Front pour rassurer la droite classique ! (2)

Elle aurait pu ainsi crever l’abcès de l’UMP par une hémorragie d’un grand nombre de votants qui aurait obligé la clique politicarde à se positionner en fonction de cette potentielle mutation des voix ; les « faux durs » des motions de l’UMP des droites populaire et forte ainsi que quelques éventuels barons tels que Xavier Bertrand, Éric Ciotti et Philippe de Villiers s’associant à la Marine et les vrais mous (Fillon, Juppé, etc.) se braquant sur un centre où se trouvent autant de candidats qu’il y a peu d’électeurs.

4. Le tragique chassé-croisé entre le FN et la France

En 2012 ce n’est pas Hollande qui a gagné (malgré son plébiscite musulman) mais Sarkozy qui a perdu, sanctionné pour son comportement clinquant et plus encore pour ses promesses non tenues, ayant permis le retour au bercail des électeurs FN qui scindent clairement depuis la droite en deux. Car si on comptabilise tous les votants de droite, ils sont plus nombreux que ceux de gauche d’autant plus, comme l’a remarquablement prouvé Jérôme Fourquet, que les électeurs de centre droit n’étaient absolument pas gênés par la droitisation de Sarkozy entre les deux tours via la ligne Buisson puisqu’ils ont de nouveau votés pour lui.

Plus encore, comme le rappelait brillamment Claude Picard, le chroniqueur à Nouvelles de France, dans son article intitulé “Renaissance d’une nation”, jamais la France n’a été aussi à droite.

« Les Français considèrent qu’il y a trop d’immigrés en France (74 % en 2014. Ils étaient 47 % en 2009, 56 % en 2010, 59 % en 2011, 69 % en 2012). « On fait plus pour les immigrés que pour les Français » (67 % en 2014 contre 40% en 2006). (…) L’islam progresse trop en France » (76 %, et 42 % pensent que c’est une menace et 55 % pensent que la visibilité de l’Islam est trop importante). Ils ne sont plus que 18 % favorables à la construction de mosquées contre 33 % en 1989. « Les musulmans refusent de s’intégrer » (61 %). « L’augmentation des naturalisations est une mauvaise chose pour la France » (63 % contre 23 % qui pensent que c’est bon). 69 % pensent que la démocratie ne fonctionne pas bien en France, 87 % des Français ne font plus confiance aux politiciens… », résumait-il des sondages actuels.

Si le FN progresse, ce n’est donc pas à cause de la « dédiabolisation » de Marine Le Pen qui n’est en réalité qu’une gauchisation (pouvant à même à terme saper sa base électorale tout en renforçant le cordon sanitaire avec la droite classique) mais grâce à un peuple qui se sent menacé dans son identité, c’est-à-dire dans son être.

Le petit peuple « souchien » du péri-urbain et du rural choisit de plus en plus massivement FN pas tant contre un diffus gouvernement mondial, ni même contre une Union européenne délétère ou pour se protéger de la concurrence économique internationale mais d’abord pour barrer la route d’une immigration vécue comme une invasion. Ce que confirme le sondage OpinionWay de 2011 demandant aux électeurs FN de citer leurs trois principales motivations de vote et qui donne l’immigration à 78 %, la sécurité à 57 %, l’islam à 54 %, l’emploi à 12 %, l’Europe à 7 % (3).

Conclusion : du FN à l’union des droites !

Alors que faire ? Qu’est-ce que le pauvre bougre de lecteur comme vous et de chroniqueur comme moi, 1 000 fois violés par des élites pleutres, pouvons faire ? Et bien je conseille malgré tout de voter FN et ce pour deux raisons.

La première est que face aux merdias et aux allogènes, l’étiquette est maintenue à vie : la marquise de Montretout continuera probablement de se hasarder vainement en révérence devant le politiquement correct mais sera toujours qualifiée de fasciste par le Système et par conséquent son élection probable permettra de secouer le cocotier et de précipiter les choses. Eventuellement, les secousses de sa nomination la réveillera et la recentrera sur sa base électorale.
La deuxième raison est que, victorieuse ou non, si elle ne se recadre pas, peut-être que le courant identitaire incarné par Chauprade, Vardon, Martel, etc. très majoritaire au FN, s’estimant déçu, la débordera sur sa droite et osera la neutraliser en lui arrachant son parti et en nommant un charismatique droit dans ses bottes, un peu à l’image de Sarkozy qui a décapité Chirac de l’UMP. Et là tout deviendra possible.

Mais une victoire totale ne se fera que si ce nouveau candidat siphonne les urnes de l’électorat de la droite classique. Suite à la présidentielle de 2012, Polémia expliquait que l’union des droites doit se faire rapidement, car la montée constante de l’immigration continuera de gonfler les suffrages de la gauche qui pourraient devenir définitivement majoritaires. Néanmoins, ne nous alarmons pas de trop. La coalition entre gaucho-bobo urbanisés et allogènes islamisés est complètement contre-nature et risque de s’effondrer.

D’une part car l’électorat gaucho-bobo, composé majoritairement de célibataires hédonistes, est la frange de souche qui se reproduit le moins, pour ne pas dire qu’il se génocide carrément. En comparaison l’électorat de souche de la droite bourgeoise est le plus prolifique et celui de la droite populaire du péri-urbain et du rural arrive à renouveler sa masse démographique puisque comme le rappelle le géographe Christophe Guilly, la gestation de ses femmes est de 2,2. La droitisation a aussi des raisons démographiques…

De plus il est possible que dans les années qui viennent, la population afro-maghrébine fraîchement naturalisée lâche la gauche en rase campagne pour créer ses propres partis islamo-identitaires, comme nous pouvons déjà le voir dans certaines banlieues (c’est pour cette raison majeur que la gauche tergiverse tant à donner le droit de vote aux étrangers aux élections locales qui seraient tentés avec les nouveaux naturalisés de constitués leurs propres partis), ce qui aurait pour résultat de rompre la coalition et la droite unie, face à ses ennemis fragmentés, bénéficierait pendant quelques années d’un boulevard.

Mais notre mentalité à tous doit aussi changer et prendre en compte que désormais nous avons, grâce à internet et à la ré-infosphère, un impact considérable sur les dirigeants politiques. Que nous ne sommes plus cantonner à attendre mais que nous pouvons agir. Je prendrai deux exemples. Les négations de Marine Le Pen et de son sbire Gaëtan Dussausaye au sujet du Grand Remplacement, de leur gesticulation envers l’islam à travers l’affaire Maxime Buttey ou la piteuse interdiction de manifestation par Steve Briois contre les minarets de Quimper ont créé un tel émoi dans la « faschosphère » qu’un grand nombre de cadres du FN ont dû clarifier leur point de vue. Ainsi sur Novopress, Louis Aliot a accepté le concept de Remigration et Gilbert Collard s’est dissocié de la présidente en déclarant que le Grand Remplacement n’était pas un fantasme.

Il en est de même au sein de la jeunesse de la droite bourgeoise qui avec la création de Sens Commun a réussi à obliger trois ténors lorgnant sur la présidence de l’UMP (Mariton, Sarkozy et Le Maire) à se positionner par rapport à sa volonté intransigeante d’abroger la loi Taubira.

Donc, pour paraphraser Jésus, que chacun continue d’œuvrer à sa mesure, un tel en prononçant de brillantes chroniques sur Radio Courtoisie à l’instar de Léopold Gauthier, un autre en écrivant des articles, un autre en gueulant dans d’éternels commentaires, un autre en soutenant financièrement un blog de droite, un autre en militant (car comme l’expliqua Gramsci : à toute conquête politique précède une conquête culturelle), et le Grand Homme (de la carrure d’un De Gaulle ou plus présentement d’un Ariel Sharon) nous sera, peut-être, donné en surplus !

Notes :

2. Ce n’est pas très honorant pour le Président d’honneur mais nous ne sommes pas dans les sentiments mais dans la lutte pour le pouvoir. Cet acte spectaculaire de la « mise à mort du Père » aurait créé un véritable « bing bang » politique en envoyant un message très fort à la société entière en montrant que dorénavant que c’est elle qui gouverne et en brisant « le mur émotionnel » qui empêche encore beaucoup de gens de rejoindre le mouvement. L’option inverse, moins théâtrale mais aussi crédible, aurait consisté à protéger totalement le Père contre les merdias en leur vociférant que le mot « fournée» est une expression française classique que tout le monde emploie à tour de bras ! Comme toujours Marine Le Pen a fait dans la demi-mesure engendrant un grand flou communicationnel. D’une part en tançant mollement les merdias puis en critiquant son père tout aussi faiblement, puis en excluant son journal de bord qui sera remis une semaine plutard sur le site après que Jean-Marie Le Pen ai vidé publiquement sa rancœur. Mais quel désordre stratégique ! Jésus dit : « que votre oui soit oui et votre non soit non » ; en politique la véracité de cette phrase décuple !

3. Evidemment que l’UE et la mondialisation ont une responsabilité très importante concernant l’invasion migratoire mais il aurait fallu fonder la communication d’abord sur l’immigration qui est largement plus porteur à droite. Dans une petite missive intitulée Front national : un 1er mai aux allures de meeting électoral, la journaliste Charlotte d’Ornellas explique que le rassemblement du 1er mai 2014 devant la statut de Jeanne d’Arc n’ a fait exploser l’applaudimètre que lorsque madame Le Pen a évoqué (vaguement) la thématique migratoire, trop souvent mise sous le boisseau selon l’ancien conseillé du FN Laurent Ozon.

Autres articles

66 Commentaires

  • jejomau , 24 Nov 2014 à 15:23 @ 15 h 23 min

    M’en moque qu’elle ait loupée une occasion. La France est protégée par Notre-Dame et Saint-Michel : personne n’aura sa peau !

    Si le Ciel VEUT Marine, on aura Marine !

    Un SEUL MOT D’ORDRE : abrogation de la Loi Taubira et Sus aux LGBT, racaille gauchiste à la botte des Maçons !

    Saint Micheeeeeeeeeeeeeel ! Montjoiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiie,!

    http://www.youtube.com/watch?v=zVhpT9tZa9A

  • Jean Dutrueil , 24 Nov 2014 à 16:34 @ 16 h 34 min

    *Sous l’Allemagne nazie, Hitler avait décrété un palan eugéniste intitulé Lebensborn qui avait pour but de maximiser les naissances saines en choisissant des femmes porteuses en exceptionnellement bonne santé afin de transmettre des gênes de grandes qualités.

    Évidemment la GPA n’a pas le même but mais aux États-Unis des entreprises de gestation pour autrui proposent aux clients de choisir (souvent sur catalogue photo) la mère porteuse qui leur convient le mieux.

    Subconsciemment les hommes optent pour les femmes physiquement les plus belles, au traits réguliers, grandes et à la mensuration harmonieuse symbolisant pour le cerveau masculin une capacité optimale de transmission génétique.

    Plus encore le progrès des manipulations biologiques permettra peut-être bientôt de décider du sexe et de la couleur des cheveux et des yeux de l’embryon.

  • pascal , 24 Nov 2014 à 16:49 @ 16 h 49 min

    Votre article, mise a part d’etre une sorte d’ode a la marine n’a strictement aucun intérêt.

    Avec des si,vous connaissez la suite.

    Qd aux références historiques que vous soutenez vrai et non débattables, je vous les laissent.

    Ce n’est pas celui qui manipule la réalité historique qui a raison.

    Qd Ce passage “En effet, imaginons-la, sur l’estrade, dominant la foule, personnifiant une stature présidentiable, la voix grave tonnant des airs gaulliens, qui, après avoir expliqué comme tous les autres intervenants la nécessité pour un enfant d’avoir son père et sa mère et de nous sortir deux petites anecdotes drolatiques de mère de famille réjouissant les foules (et endormant l’attention de Barjot ou de La Rochère ne tolérant « aucun dérapage ») ; ….3 ”

    est tout simplement ridicule et ou consternant.

    Cordialement,

    Pour finir, le front national a toute sa place ds le débat démocratique et se passe très bien de soutien comme le votre.

  • mateo , 24 Nov 2014 à 16:55 @ 16 h 55 min

    je ne crois pas que qui que ce soit puisse “sauver la France”, croire en l’existence d’un sauveur est illusoire…

  • Charles , 24 Nov 2014 à 17:12 @ 17 h 12 min

    Concernant la soit disante faute de ne pas avoir participé a la manif LMPT:

    Marine avait parfaitement raison de ne pas tomber dans le piège.

    La participation du FN à cette manif aurait permis aux forces de l’empire
    de “nazifier” aussitôt la dite manifestation, ce qui aurait fait fuir
    une partie importante des nouveaux segments de manifestants,
    des gens “sages” qui n’étaient jamais descendus dans la rue.

    Si elle était venu sur place, des provocateurs se seraient fait un plaisir de taper.

    Elle a donc permis la mise en place d’un nouveau front contre l’empire UMPSS.
    Ce front de Résistance sociétale fonctionne maintenant en autoallumage
    ce qui le rend incontrôlable et imprévisible par la police politique.
    Le mandat de Ollandouille est pourri de pourri jusque 2017.
    Vous n’avez pas fini d’entendre parler des veilleurs,dans 150 villes de Fronce.

    Certes,cette résistance n’a pas encore trouvé son expression “élective”, mais je crois
    que cela finira par venir. Un tel mouvement “aspirera” des électeurs de toutes origines.

    Ceci en appliquant une stratégie en 2 temps (T1 & T2):

    En T1 capter le maximum de voix et en T2 apporter ces voix au FN
    contre des éléments de résistance face à la théologie “genriste” de l’empire UMPSS.

    Exemple:On note que Ludovine commence à prendre ses distances de l’UMP
    ceci par des appréciations mettant sérieusement en doute la sincérité des dirigeants.

  • jsg , 24 Nov 2014 à 17:33 @ 17 h 33 min

    “…Le petit peuple « souchien »….”
    Il n’y a pas de petit peuple, il y a des gens, des électeurs, des Français.
    Le petit peuple sonne comme le populisme dans la bouche haineuse et allusive de nos fontionnaires des médias.
    Dans le bouche de ces serviles prêcheurs du faux, du non-dit, on entend le terme de “populisme” servi à souhait pour faire “petit peuple” ceux qui se tournent vers le FN.
    Il n’y a pas de petit peuple, et ceux qui s’en délectent ne sont que des misérabilistes, de ceux qui fournirent les voix de la radio d’occupation.

  • Gwalchavad , 24 Nov 2014 à 18:31 @ 18 h 31 min

    Il faut agir à tous les niveaux.
    Exemple : au collège le Vieux Chêne de Chessy dans le 77, il n’y a plus jamais de poisson le vendredi à la cantine. Sûrement parce que c’est dans la tradition chrétienne. Pourtant rien n’est servi pour rempacer la viande pour les pratiquants
    Par contre il y a bien des aliments de remplacement pour les musulmans lorsque c’est du porc qui est servi. Donc on fait pour tout le monde, ou on ne fait pour personne.
    Je serais même tenté de dire que la France étant un pays façonné par le christiannisme, on se fiche de ce que veulent ou pensent les autres.

Les commentaires sont fermés.