Quand Alain Duhamel évoque le génocide vendéen…

Mardi matin sur RTL, l’éditorialiste Alain Duhamel a dit et argumenté son opposition à la loi pénalisant la négation du génocide arménien. Sa conclusion est pour le moins inattendue :

“La France, vous savez bien, a cette manie de s’ériger en permanence en justicier universel. Vous savez, cette année, c’est le 50e anniversaire de l’indépendance de l’Algérie. S’il y a un pays qui votait une loi sur un génocide français pendant la guerre d’Algérie, je doute que ça nous fasse un énorme plaisir ! Et puis après tout, si on cherche absolument un génocide, on n’a qu’à travailler sur le génocide français en Vendée pendant la Révolution, parce qu’il a existé !”

 

Articles liés

5Commentaires

Avarage Rating:
  • 0 / 10
  • RH , 25 janvier 2012 @ 12 h 52 min

    Je confirme, entendu en live ce matin…! Formaté comme il est, ça m’a fait un choc d’entendre ça de sa part. Et sur l’autoroute, par temps de pluie, encore dans le noir, c’est dangereux ! Monsieur Duhamel, prévenez avant !

  • diego , 25 janvier 2012 @ 20 h 51 min

    Alors là BRAVO !!!!! j’ai failli m’étouffer en écoutant Duhamel… Lui qui est toujours partisan d’un centrisme mou, et va dans le sens du politiquement correct, lui en aurait on greffé durant son sommeil????

  • Gomez Aguilar , 29 janvier 2012 @ 1 h 56 min

    Je suis désolé pour les bonnes âmes, mais il n’y a pas eu de “génocide vendéen”.
    Aujourd’hui tout le monde veut son génocide, les catholiques français comme les autres se sont trouvé le leur, et ça tourne en boucle, “génocide vendéen”…
    Mais il se trouve que la définition de génocide est très précise, et les horreurs commises par les bleus en Vendée n’en remplissent pas les conditions… Ce qui ne les rend ni plus ni moins atroces pour les victimes, et ni moins graves, ni moins inexcusables, mais les mots on un sens…

  • Thémistoclès , 30 janvier 2012 @ 12 h 10 min

    Excusez mon ami “Gomez Aguilar” qui ne sait pas très bien ce qui se cache derrière le concept de génocide. Il y a tout un monde entre d’une part des dommages collatéraux à un conflit militaire ou tribal, et d’autre part une action politique préméditée, exécutée sur une longue période sur une grande étendue géographique, et concernant des non combattants (femmes, enfants, personnes âgées …).
    Qui n’a qu’une cloche n’a qu’un son et il serait profitable pour tous de pouvoir -même simplement survoler- des ouvrages de référence comme celui de Reynald Secher “Vendée, du génocide au mémoricide”.
    De mon coté, je suis intéressé de connaitre quels sont selon “Gomez Aguilar” les seuls génocides dignes de ce nom.

    Thémistoclès

  • Maxime Roffay , 18 mars 2012 @ 20 h 14 min

    Nous vous invitions également à lire l’excellent article publié cette semaine sur le site Itinerarium, consacré à la négation du génocide vendéen :

    http://www.itinerarium.fr/2012/03/18/le-genocide-vendeen-et-son-memoricide/

    Cordialement,

Les commentaires sont clôturés.