Ce qui devait arriver arriva…

Tribune libre de Guillaume d’Offenbourg

Après avoir appelé ses troupes, il y a à peine une semaine, à occuper les Champs-Élysées jusqu’au retrait de la loi Taubira, Virginie Télène alias Frigide Barjot, a cédé face à l’ultimatum de la préfecture interdisant l’accès aux Champs-Élysées.

Cette interdiction a provoqué la colère légitime des opposants au projet de dénaturation du mariage.

Les recours en justice, perdus d’avance, n’ont fait qu’accroître l’incertitude sur le lieu de la manifestation. Cette annonce irréfléchie suivie d’une reculade ont exaspéré et provoqué la frustration des manifestants déjà légitimement scandalisés par les chiffres mensongers de la Préfecture de police sur le nombre de manifestants le 13 janvier et le refus du CESE de donner son avis. Ceci sans compter l’arrogance d’un gouvernement manifestement autiste et qui, incapable de régler les problèmes de chômage et de pouvoir d’achat, cherche un dérivatif facile.

J’étais sur la place de l’Étoile ainsi que sur les Champs-Élysées avec des milliers de citoyens. Élus comme Hervé Mariton ou Christine Boutin, mères de famille, personnes âges, religieuses, quelques musulmans, jeunes filles entonnant des chants de Taizé et même des avocats dont un confrère adverse que je crois régulièrement aux prud’hommes.

C’est dire si l’on était loin de violences émanant d’extrémistes.

Cette exaspération ainsi que l’effet de masse monstrueux a  contraint les barrages a céder en haut de l’avenue de l’avenue de la Grande Armée.

Or pendant que la Barjot cultivait son narcissisme désordonné sur scène, des milliers de citoyens pacifique se retrouvaient sur les Champs-Élysées, violemment pris à partie par les forces de l’ordre n’hésitant pas à disperser des gaz lacrymogènes sur des femmes, des enfants et des personnes âgées avec une violence inouïe. Tout comme cette mère de famille renversée par une voiture de police devant sa petite fille. Pendant ce temps-là, les responsables de la Manif empêchaient son service d’ordre de faire de faire la jonction avec l’immense foule qui ignorait le drame qui se déroulait. Frigide Barjot a cru dénoncer ce soir les débordements de quelques éléments radicaux.

Les personnes que j’ai vues, je le rappelle, n’étaient pas des extrémistes.

Les seuls responsables de ces dérapages sont la préfecture de police aux ordres d’un pouvoir enfermé dans sa tour d’ivoire ainsi que l’inconséquence de Frigide Barjot. Il est temps d’en tirer les conséquences afin qu’émerge un printemps français.

Photo : PB

Articles liés

91Commentaires

Avarage Rating:
  • 0 / 10
  • MarcS , 25 mars 2013 @ 7 h 33 min

    C’est vrai mais les idéologues doctrinaires pour l’instant sont plutôt du côté du pouvoir !!!

  • Monique Neveu , 25 mars 2013 @ 7 h 35 min

    Un peu tard, je trouve que “manifestation” n’etait pas le bon mot. Qui dit “manifestation” sous-entend “manifestants” ce qui sous-entend “violences.” Alors le prefet pense pouvoir interdire et la police pense pouvoir s’attaquer aux “manifestants.” En fait ce n’etait pas des manifestants qui se sont rassembles, seulement des gens qui voulaient montrer par leur presence seule qu’ils etaient contre ce que prepare le gouvernment. S’il y a une prochaine fois, ce qui est a esperer, il faudrait changer l’etiquette “manifestation” en RASSEMBLEMENT ou bien en DEFILE. Qu’en pensez vous?

  • MarcS , 25 mars 2013 @ 7 h 37 min

    Bien d’accord avec vous Laurent, votre commentaire est empreint du plus strict bon sens

  • baronne , 25 mars 2013 @ 7 h 53 min

    Bonjour – Une page vient de se tourner.
    Et je pense, de ma province, que les médias ne vont parler QUE des manifestants ayant voulu avoir ACCES AUX CHAMPS !

    Ici, nous sommes à 100% avec le combat -: plus de 200 pers. proches, ami(e)s, etc.)
    Nous aurions préféré voir les manifestants organiser un Rassemblement Assis sur le lieu autorisé avec conférences – chants, etc. jusqu’à tard dans la nuit.

    Les médias auraient dû reprendre les paroles, les politiciens et apparatchiks des ministères, prendre notes de ce peuple de France, soudés comme des combattants déterminés.
    Certaines images ont rappelé les “Jeunes” lors de manifs étudiantines qui voulent en découdre avec la police.
    Notre prochaine décision, ici, de notre Province, c’est de NE PAS ECOUTER le Président de la République Française et aux ordres de l’Europe et du Monde qui veut nous parler.

    Non !! Jeudi SOIR, on N’ALLUMERA pas la TV. BOYCOT. On va le dire autour de nous.
    Et on verra le score de l’audience le lendemain.
    aux ordres de ces politiciens européens irresponsables !

    Peut-on preproduire cette décision à grande échelle ? C’est pacifique, aucun risques.
    Ils ne viendront pas nous gazer chez nous pour faute d’audiance !!

    On ne croit pas en vous, Monsieur Hollande, si vous lisez ce message.
    Car les R.G. doivent bien avoir la possibilité de lire nos messages…

    Courage à tous. Restons forts et plus intelligents qu’eux.

  • Hela Pernollet , 25 mars 2013 @ 7 h 59 min

    eljojo
    vous êtes encore trop assis sur vos croyances : c’est pas trop grave! Cependant nous ne vivons pas dans une vrai démocratie, regardez le dictât de tout ce qui se décide au gouvernement, sans
    consulter le peuple comme promis…hihi et le fonctionnement de tout : école pas libre d y entrer sans vaccin( poison), ni dans l armée, ni dans le service hospitalier. Sur les routes on est pris en otage! dans aucun pays en Europe, il y a tous ces contrôles, ces gendarmes couchés, qui abîment nos suspensions de voitures, et j en passe pour la liberté de la pensée … ! Bref regardez de près . Il n est pas question de devenir violent, mais seulement de ne plus se laisser faire. Boycotter les taxes, les impôts, les PV si les citoyens étaient moins bouchés, il y aurait vraiment à faire.

  • isaie , 25 mars 2013 @ 8 h 17 min

    Après les manifestations paisibles, qu’arriverait-il sil y avait des manifestations qui veulent du “flic”, qui veulent agresser les politiques? Que fera donc Monsieur Hollande dans ce cas? Il s entête de manière dangereuse pour lui et pour le pays. Il sait que les français trouvent, dans leur grande majorité qu il y a déjà trop d étrangers dans le pays. Que se passerait-il si une crise de xénophobie envahirait le pays? Que pourrait-il faire puisqu il devient le sujet de haine dune majorité du peuple?

  • xanpur , 25 mars 2013 @ 8 h 20 min

    Vous devriez sortir de votre quartier de temps en temps.
    Il est des dictatures qui se dissimulent sous les oripeaux de la démocratie. C’est le cas en France ou depuis 40 ans nous sommes gouverné par une ploutocratie auto elue.

Les commentaires sont clôturés.