Ce qui devait arriver arriva…

Tribune libre de Guillaume d’Offenbourg

Après avoir appelé ses troupes, il y a à peine une semaine, à occuper les Champs-Élysées jusqu’au retrait de la loi Taubira, Virginie Télène alias Frigide Barjot, a cédé face à l’ultimatum de la préfecture interdisant l’accès aux Champs-Élysées.

Cette interdiction a provoqué la colère légitime des opposants au projet de dénaturation du mariage.

Les recours en justice, perdus d’avance, n’ont fait qu’accroître l’incertitude sur le lieu de la manifestation. Cette annonce irréfléchie suivie d’une reculade ont exaspéré et provoqué la frustration des manifestants déjà légitimement scandalisés par les chiffres mensongers de la Préfecture de police sur le nombre de manifestants le 13 janvier et le refus du CESE de donner son avis. Ceci sans compter l’arrogance d’un gouvernement manifestement autiste et qui, incapable de régler les problèmes de chômage et de pouvoir d’achat, cherche un dérivatif facile.

J’étais sur la place de l’Étoile ainsi que sur les Champs-Élysées avec des milliers de citoyens. Élus comme Hervé Mariton ou Christine Boutin, mères de famille, personnes âges, religieuses, quelques musulmans, jeunes filles entonnant des chants de Taizé et même des avocats dont un confrère adverse que je crois régulièrement aux prud’hommes.

C’est dire si l’on était loin de violences émanant d’extrémistes.

Cette exaspération ainsi que l’effet de masse monstrueux a  contraint les barrages a céder en haut de l’avenue de l’avenue de la Grande Armée.

Or pendant que la Barjot cultivait son narcissisme désordonné sur scène, des milliers de citoyens pacifique se retrouvaient sur les Champs-Élysées, violemment pris à partie par les forces de l’ordre n’hésitant pas à disperser des gaz lacrymogènes sur des femmes, des enfants et des personnes âgées avec une violence inouïe. Tout comme cette mère de famille renversée par une voiture de police devant sa petite fille. Pendant ce temps-là, les responsables de la Manif empêchaient son service d’ordre de faire de faire la jonction avec l’immense foule qui ignorait le drame qui se déroulait. Frigide Barjot a cru dénoncer ce soir les débordements de quelques éléments radicaux.

Les personnes que j’ai vues, je le rappelle, n’étaient pas des extrémistes.

Les seuls responsables de ces dérapages sont la préfecture de police aux ordres d’un pouvoir enfermé dans sa tour d’ivoire ainsi que l’inconséquence de Frigide Barjot. Il est temps d’en tirer les conséquences afin qu’émerge un printemps français.

Photo : PB

Articles liés

91Commentaires

Avarage Rating:
  • 0 / 10
  • xanpur , 25 mars 2013 @ 8 h 29 min

    Je suis pas sur que les tenants d’une doctrine qui recommande de tendre la joue gauche lorsqu on vous frappe la droite soient dune grande aide.
    Perso je préférerais un MP5 et quelques chargeurs

  • Enoch , 25 mars 2013 @ 9 h 12 min

    Seule l’union fait la force! Si certain veut un mouvement qui fasse renverser ce gouvernement, il me semble que pour le moment se focalise sur le combat du mariage est suffisant.
    Vouloir frapper dans toutes les directions c est le meilleur moyen de se disperser.

    Regarder ce qui se passe a Chypre, le systeme vacille, il faudra des groupes d hommes, integrent, intelligent pour remplacer le pouvoir defaillant!

    Vos ennemis sont les puissants mais le peuple de France qui maintient ce pays est derriere vous. L ideologie bobo qui soutient ce gourvernement et les medias est mort-ne car tout simplement cree sur des fantasmes et des denis. La realite revient toujours et plus on l evite et plus elle s invite en force.

  • Placide , 25 mars 2013 @ 9 h 17 min

    C’est vraiment dommage de s’en prendre à Frigide Barjot, qui n’a pas du tout cultivé son narcissisme sur scène, on ne l’a presque pas vue ! Et la décision d’aller sur les champs Elysées devait être prise collectivement et non par quelques personnes de leur propre chef. Je comprends le Collectif qui n’a pas voulu prendre cette décision et a choisi de respecter envers et contre tout la décision de la Préfecture.

  • Payne , 25 mars 2013 @ 9 h 22 min

    L’ennemi n’est pas dans la police ni la gendarmerie, soumises à leur propre hiérarchie souvent courtisane et carriériste, dont le maître mot est “devançons la pensée du Prince”. C’est comme çà qu’on progresse dans la haute fonction publique. L’adversaire de ce genre de manifestation, c’est le journaliste. Militant professionnel, aguerri dans l’art de déformer la réalité, de la rhétorique politicarde , c’est un menteur professionnel.Surtout en France.Ou il est au service d’une pensée. Et de ses propres intérêts, fiscaux notamment.

  • philalethe , 25 mars 2013 @ 9 h 25 min

    la paix française ne suffit pas au p.s. !!!!!…..ils auront la furia française !!!. honte aux force de l’ordre, a touts les carrièristes.

  • amazoniak , 25 mars 2013 @ 9 h 27 min

    sauver le monde,c est se sauver soi même des autres qui ne regardent que leur petit confort personnel,campé dans leur job ,trop enclin à s occuper de leur bien être sous les palmiers de Marrakech et d ailleurs,trop malin pour n avoir aucune responsabilité et aucune charge à supporter , tout ce palabre tandis que le bien nanti se pavane dans ses produits de luxe …la décroissance de nos vies est en marche ,mais s il s agit d’économiser , s il s agit de retrouver des valeurs familiales et mêmes morales,il reste que nos lois sont bien mises à mal lorsque nous n avons plus aucun repère dans cette société gangrénée par les impunités de tout ordre ! Force est de constater qu il y a eu la une bévue d un ordre sociétal qui ne peut être une priorité pour l’instant,puisque la France se meurt …et les Français vont devoir faire comme moi même acte de contrition .

  • Marthe , 25 mars 2013 @ 9 h 32 min

    Il me paraît un peu trop facile de critiquer Frigide Barjot comme vous le faites, et c’est très dommageable pour l’unité du mouvement. Au contraire, remercions la pour son courage et sa ténacité !
    Je vous rappelle qu’à l’origine de tout cela, il n’y avait que 5 ou 6 personne (en novembre), et hier nous étions 1,5 million !
    Auriez-vous été capable de donner autant de votre personne, de sacrifier votre vie de famille, comme elle l’a fait (et cela depuis des mois) et de tenir avec toute son équipe ?
    Ne critiquons pas, nous faisons plus de mal que de bien.
    Regardez tout ce qui est positif, et ne faites pas le jeu du gouvernement. Merci !

Les commentaires sont clôturés.