Au mur, les salauds !

Tribune libre de Pierre-François Ghisoni*

Il y a donc un « mur des cons » mis en place, parrainé, encouragé par le syndicat de la magistrature.

Pour défendre les maçons de ce « mur des cons » nous entendrons toutes les défenses puériles : c’est privé, c’est potache, c’est anodin, c’est un « clin d’œil humoristique » comme l’affirme Bartolone, ou comme le clame la douce Taubira, « une action malheureuse [pour laquelle…] les personnes mises en cause peuvent saisir la justice […] ».

Pour l’attaquer, ce mur, il y aura d’autres gars du bâtiment à l’indignation mesurée et aux outils en caoutchouc. Faisons confiance aux petits arrangements de chantier.

Alors, une fois de plus : que se passe-t-il vraiment ? Pourquoi afficher des photos ? Et quelles photos ?

On n’imagine pas que ce soit par but artistique, ou par pratique d’adolescent.

La réalité est celle d’un repérage et d’une imprégnation à visée destructrice, comme le maréchal Montgomery regardait la figure du maréchal Rommel.

Mais aussi un mur de silhouettes pour repérer les réseaux ennemis. Ou plus communément, tous les commissariats du monde qui affichent ouvertement les photos des personnes disparues, et « en privé » celles des malfaiteurs recherchés.

“Il y a eu un « mur des cons ». Il devait y avoir un mur pour les salauds… en toute bonne justice.”

Comme le disent les avocats de ces juges « un local privé ». Privé de quoi ? Sinon de la simple pensée de la justice.

Mais il faut aller plus loin. Quels personnages ont-ils été mis au mur ? On en retrouvera « de droite » (ce qui annonce la couleur), un ministre du gaz (quel compagnonnage interne a-t-il tourné en eau de boudin?), et… entre autres parents de victimes, le père de la petite Anne-Lorraine Schmitt, fillette martyre, atrocement torturée par un récidiviste, à qui j’ai dédié l’une de mes nouvelles (L’Avocat, aux éditions Lettropolis).

Cela, c’est pire que tout. Cela dépasse la vengeance déjà illégitime de ces prétendus défenseurs de la justice, cela jette le discrédit sur toute cette corporation – le mot qu’ils honnissent – cela devrait, en toute bonne justice, faire réviser tous les procès où ces salopards ont siégé.

Mais il y a encore un degré à oser dévoiler dans le pire : à quels sentiments aussi bas qu’inavouables ont-ils obéi pour afficher, à travers la photo du père d’Anne-Lorraine, le symbole de l’innocence bafouée, de l’innocence violée ?

Quels sentiments putrides cachés sous leurs robes de noirceur avouent-ils ainsi ? Peut-on encore utiliser le mot « pédophilie » ? Ou déjà celui de « pédophobie », avec complicité… passive ? Ou déjà active ?

Non, ce n’était pas le papa, M. Schmitt – dont je partage le « profond dégoût » – qui était visé.

Il y a eu un « mur des cons ». Il devait y avoir un mur pour les salauds… en toute bonne justice.

*Pierre-François Ghisoni (blog) est écrivain et éditeur.

Autres articles

70 Commentaires

  • alain , 27 Avr 2013 à 20:09 @ 20 h 09 min

    Tarantik

    bien sûr Tarantik ce sont des pros ils font leur boulot. Rien à dire.

    On ne peut pas reprocher à l’ennemi d’être son ennemi. C’est inutile.

    Par contre on peut le combattre.

    Créons un collectif JUSTICE POUR TOUS et pistons ces coupeurs de tête et ces proscripteurs sur tous leurs écrits, jugements et déclarations.

    Mettons en lumière l’activité de ces cafards.

    Si vous etes appelés à vous présenter face à un magistrat, sachez mettre toutes les chances de votre coté :

    Bureau du Syndicat de la Magistrature:

    ___________________________________________
    Présidente Françoise MARTRES, conseillère à la CA d’AGEN
    Secrétaire général Éric BOCCIARELLI, vice-président chargé des fonctions de juge des enfants au TGI de Nancy
    Secrétaire nationale trésorière Sophie COMBES, juge d’instruction au TGI de NANTERRE
    Secrétaire national Pascal MONTFORT, juge au TGI de Bobigny
    Secrétaire national Xavier GADRAT, vice-président au TGI de BORDEAUX
    Secrétaire national Laurence MENGIN, vice-présidente au TI du 4e arrondissement de Paris

    Conseil Syndical

    Clarisse TARON, 1ère vice-présidente à Nancy (élue en 2011)
    Matthieu BONDUELLE, juge d’instruction Bobigny (élu en 2011)
    Marie-Blanche REGNIER, vice-procureure à Marseille
    Patrick HENRIOT, substitut général Paris
    Isabelle SALIOU, détachement ENM
    Anaïs VRAIN, juge placée Nancy (élue en 2011)
    Xavier GADRAT, vice-président Bordeaux (élu en 2011)
    Eric BOCCIARELLI, vice-président enfants Nancy (élu en 2011)
    Sophie COMBES, juge d’instruction Nanterre (élue en 2011)
    Laurence Blisson, juge d’application des peines à Meaux
    Katia Dubreuil, vice-présidente instruction à Melun
    Muriel Eglin, vice-présidente instance à Paris
    Gilles Sainati, conseiller à Lyon
    Pascal Montfort, juge à Bobigny
    Laurence Mengin, vice-présidente instance à Paris

    Representants au CSM ( !!!! )

    Formation siège : Emmanuelle Perreux, vice-présidente au TGI de Bordeaux (élue par le collège des cours et tribunaux) et Daniel Ludet, conseiller à la Cour de cassation (élu par le collège de la Cour de cassation)
    Formation parquet : Anne Coquet, vice-procureure près le TGI de Paris (élue par le collège des cours et tribunaux)

    Représentants à la commission avancement

    Aïda Chouk, vice-présidente instance Créteil
    Fabienne Nicolas, vice-présidente instruction Nancy
    Delphine Chauchis, auditrice Cour de cassation
    François Sottet, conseiller Paris
    Vincent Lemonier, juge d’instruction Metz
    Valérie Lauret, juge placé Poitiers

  • alain , 27 Avr 2013 à 20:25 @ 20 h 25 min

    Scaletrans

    oui j’y pensais

    moi ce qui m’a frappé c’est l’utilisation de” mots valise”dans lequel on peut mettre ce que l’on veut, éventuellement par manipulation lexicale.

    Ensuite Upinsky explique très bien que sur les 2 plateaux de la balance de la justice, il suffit au juge d’appuyer sur la balance désirée.

    Exemple a) suite à une manip je fais voter un délit ‘d’homophobie”
    b) par manipulation lexicale je dis que tous ceux qui s’opposent au “mariage pour tous” sont des homophobes” et donc des déliquants
    c) je condamne les plus actifs dans ce combat pour dissuader les autres

  • MCT. , 27 Avr 2013 à 20:31 @ 20 h 31 min

    Voici la réponse du père d’Anne – Lorraine, à diffuser :

    Parent de victime, c’est avec stupeur et un profond dégout que j’ai constaté la présence de ma photo sur le « mur des cons » du Syndicat de la Magistrature, proche du pouvoir.

    Même si j’ai – et je ne le regrette pas – critiqué les libérations irresponsables de violeurs récidivistes, le laxisme de certains juges d’application des peines, j’estime totalement indécent d’être traité ainsi par ces « magistrats, eu égard à notre histoire familiale.

    Mon seul tort, je l’avoue, est de ne pas me résigner à ce que d’autres enfants subissent le martyre d’Anne – Lorraine !

    A travers cet acte, c’est la mémoire de notre fille qu’on insulte, ce sont aussi toutes les familles de victimes qui peuvent ainsi constater le mépris et la haine que ce syndicat de magistrats éprouve à leur égard.

    Sur ce mur, il n’y a pas de photos de criminels, de violeurs ou de pervers mais il y a les photos de plusieurs pères de victimes. Quelle attitude indigne !

    Dès ce soir, j’ai chargé notre avocat, maître DRYE du barreau de Senlis, d’étudier les suites judiciaires à donner à cette lamentable affaire.

    Quand on sait que les membres de ce syndicat « peuplent » le cabinet du Garde des Sceaux, il y a de quoi s’inquiéter !

    Philippe SCHMITT
    Père d’Anne – Lorraine
    Assassinée le 25 novembre 2007 par un récidiviste

    Vous pouvez diffuser sans vergogne

  • Koopa Troopa , 28 Avr 2013 à 11:21 @ 11 h 21 min

    Messieurs les tueurs d’enfants (et mesdames, pas de sexisme, remember Rosemary West et Mina Hindsley), que votre prochaine victime soit la gosse d’un membre du SM… On verra s’ils rigoleront autant.

    Note : attention, des morceaux d’humour noir se sont glissés dans ce commentaire.

  • Tarantik , 28 Avr 2013 à 12:22 @ 12 h 22 min

    Il ne faut pas trop en vouloir à Bartolone : Il a toujours vécu avec un demi cerveau.
    C’est pour ça qu’il s’est inscrit au PS, il n’y a que là qu’il pouvait espérer faire carrière avec ce lourd handicap !

  • xanpur , 29 Avr 2013 à 8:04 @ 8 h 04 min

    De même, il faut de temps en temps couper la tête de nos dirigeants pour rappeler ce qu’est la démocratie

  • Tarantik Yves , 2 Juin 2013 à 10:19 @ 10 h 19 min

    La seule réponse possible à cette forfaiture devrait être la dissolution du syndicat de la magistrature par décret gouvernemental.
    Sur proposition du “Premier magistrat” et/ou du ministre de la Justice.
    Qu’on-t-il fait l’un comme l’autre à ce jour ?
    Faire en sorte qu’il ne se passe rien ?

Les commentaires sont fermés.