Gay pride : la question du nombre de participants

Vincent Loiseau, porte-parole de l’Interassociative lesbienne, gay, bi et transsexuelle (Inter LGBT) qui organise chaque année la gay pride parisienne, espérait “800 000, 900 000 et pourquoi pas un million” de participants en 2010. Ils furent 34 000 sans compter 65 000 badauds, selon la Préfecture de police de Paris. Un nombre de participants « scandaleusement minoré » selon l’Inter LGBT qui les estimait, elle, à 800 000 ! En 2009 et en 2008, elle comptabilisait déjà 700 000 manifestants.

Persuadée que l’histoire a un sens (alors qu’elle n’a qu’une signification), ces tenants du cliquet sociétal font monter chaque année leurs stats de fréquentation, les éloignant de plus en plus des réalités (cf des témoignages de “badauds”, ici et là qui parlent de 35 000 participants depuis plusieurs années).

Cette année, le mot d’ordre de la gay pride parisienne est : “Pour l’égalité, en 2011 je marche, en 2012 je vote”. Les lobbies gays admettent donc publiquement souhaiter peser aux prochaines élections. Pour convaincre les hommes politiques, notamment ceux étiquetés de droite (à tord ou à raison, là n’est pas la question), les organisateurs de la gay pride ont tout intérêt à, plus que jamais, surestimer le nombre de participants cette année. 1 million de manifestants peuvent sans doute faire “évoluer” quelques politiciens de droite en mal de médiatisation et rassurer Villepin, Borloo du bien-fondé de leurs récents revirements. 35 000 personnes risqueraient de les convaincre définitivement que ces revendications sont le fait d’une minorité agissante… La police continuera-t-elle – sur sa lancée de 2010 – à communiquer des estimations réalistes ? La dépêche de l’AFP que ne manqueront pas de reprendre “texto” tous les médias en ligne alignés mentionnera-t-elle ces estimations ou seulement celles, farfelues mais impressionnantes pour ne pas dire convaincantes, des organisateurs ? Une partie du débat sur le “mariage” homo se joue à Paris, aujourd’hui samedi 25 juin…

Autres articles

5 Commentaires

  • Philippe Régniez , 25 juin 2011 @ 16 h 10 min

    Le 28 juin 2009.

    Le carnaval des invertis :
    Comme tous les ans après la tenue de cette ignominie qu’est le défilé des invertis à visages et à corps découverts dans notre capitale, se pose une grande question.
    Il est triste de constater que les régimes démocratiques qui vont toujours dans le sens du poil du peuple, du plus grand nombre, et donc de la bassesse et de l’animalité, laissent faire, voire encouragent, ce type de démonstration de force des exhibitionnistes, qui est une honte pour le pays, et un cauchemar pour qui veut donner une bonne éducation à ses enfants, car comme le disait le regretté Serge de Beketch avec l’humour et la fortitude qui le caractérisaient : « pour vouloir se sodomiser, il faut vraiment être tordu ! ». D’ailleurs, certains pays, tel la Russie, pensent différemment, ce qui tendrait à prouver au moins que nous ne sommes pas seuls à trouver la chose inacceptable.
    Quel remède, le mal étant si profond, apporter quand on nous dit que deux cent mille ou plus de ces pervers purent s’approprier nos rues et nos boulevards en toute impunité, alors que l’on n’a dénombré que dix mille fidèles pour la sainte messe qui clôtura le récent pèlerinage de Chartres place Vauban.
    Le nombre appelle des moyens modernes. Ainsi on peut penser à emplir des avions canadairs d’eau bénite, et de leur faire survoler en enfilade les avenues afin de déverser leur saint contenu sur les abjects de sorte qu’ils se tordent et se roulent de douleur à son contact, et peut-être aussi, qui sait, d’obtenir quelques conversions.
    Nous évoquions le projet à l’un de nos amis féru de théologie, qui nous répondit que l’idée était bonne mais qu’il serait préférable d’emplir les réservoirs des avions avec du napalm. En effet, poursuivit-il, si l’on considère que l’on meurt comme on vit, et que la manière de sa mort représente la vie prochaine dans l’au-delà, les flammes de l’enfer correspondent parfaitement pour ce type d’individus – par ailleurs, ajouta-t-il, il ne faut pas négliger l’aspect purificateur du feu, et donc un lavement plus profond des souillures laissées que pourrait accomplir une eau, même lustrale.
    Alors, la grande question, pour les avions eau bénite ou napalm ?

  • SAURAT jean-paul , 26 juin 2011 @ 16 h 54 min

    iIl n’y a rien a ajouter ni aretrancher a ce commentaire BRAVO

  • bodol , 26 juin 2011 @ 19 h 30 min

    Cette manifestation”autorisée” est une véritable honte pour notre pays et pour les lavettes qui nous gouvernent….je préférerais qu’on déversat ce que nos paysans appellent dans l’ouest et en Bretagne du”lisier”….il n’y aurait plus de”LGBT” dans les rues,tant l’odeur est comme eux,nauséabonde!

  • Budelberger , 26 juin 2011 @ 19 h 44 min

    Mon p’tit plaisir, outre les nichons des Ukrainiennes de Femen, c’est de voir les vidéos des invertis de Moscou – et leurs parrains étrangers, en général, nul ne s’en étonnera, adjoints de la mairie pédérastique de Paris,– en prendre plein la gueule de la part de quelques costauds encouragés par leurs beautés blondes – jeunes femmes qui savent d’instinct ce qu’est la perpétuation de l’espèce –, et sous les cris et insultes des babas en fichus, la police locale faisant régner paisiblement l’ordre pépère en intervenant mollement, et toujours à contre-temps… (« Kaï¨kaï ! », pleurniche l’adjoint à la Mairesse de Paris, le visage ensanglanté ; lui qui icitte vit – boys compris – comme un nabab, un satrape, sur le dos des Parisiens – qui en fait, l’ont bien voulu : finalement, bien fait pour leurs gueules ; d’un autre côté, quand vous avez le choix entre la petite amie à Bernard Lavilliers – grand amateur d’archéologie romaine et carthaginoise certainement, au point de posséder une maison à Bizerte et passer la moitié de son temps en Tunisie, dans les réseaux de Ben Ali – avec une antenne à Marrakech, probablement – et la Pintade à roulettes, Panafieu… et bientôt l’allogène Dati…

Les commentaires sont fermés.