« Il voulait me tuer »

Tribune libre de Robert Ménard*

Si la peine plancher avait été appliquée à celui qui devait les tuer quatre jours plus tard, les deux jeunes femmes gendarmes abattues à Collobrières, dans le Var, auraient été sauvées. Et oui, Abdallah Boumezaar, jugé le 13 mai en comparution immédiate pour des violences sur sa mère, n’a été sanctionné que de… six mois de prison avec sursis et trois ans de mise à l’épreuve. Au lieu des deux années qu’une peine plancher appliquée avec rigueur lui aurait values ! Aujourd’hui, si les magistrats n’avaient pas fait preuve d’une telle mansuétude, Alicia Champlon et Audrey Berthaut seraient en vie. Et deux enfants ne pleureraient pas leur mère.

Six mois de prison avec sursis pour un homme déjà condamné pour trafic de drogue, vol, violence. Six mois de prison avec sursis pour un voyou déjà détenu pendant six années derrière les barreaux. Six mois de prison avec sursis pour un multirécidiviste qui venait de s’en prendre à sa propre mère : « Il est malade, mon fils » a-t-elle raconté, « il m’a frappée, fracassé la tête contre une porte. J’ai porté plainte. Il voulait me tuer. »

Je ne dirai rien ici des magistrats de Toulon qui ont prononcé cette « condamnation ». Je rappellerai simplement que la gauche veut supprimer les peines planchers, toutes les peines planchers pour les délinquants déjà condamnés. Cette même gauche qui s’apprête à rayer d’un trait de plume la « rétention de sécurité », c’est-à-dire la possibilité de maintenir en prison de grands criminels – sexuels notamment – à la fin de leur peine, s’ils s’avèrent toujours dangereux… Les mêmes toujours qui veulent se débarrasser des tribunaux correctionnels pour les mineurs de 16 à 18 ans, récidivistes, susceptibles de se voir condamner à plus de 3 ans de prison… Cette gauche enfin qui veut imposer aux policiers et aux gendarmes d’établir une attestation chaque fois qu’ils procèdent à un contrôle d’identité, les soupçonnant de pratiquer des « contrôles aux faciès », bref d’être d’horribles racistes…

Que Christiane Taubira, la garde des Sceaux, applaudisse des projets mettant en cause, ni plus ni moins, notre sécurité, je n’en suis pas étonné tant elle incarne le laxisme, la politique de l’excuse, la mauvaise conscience propre à toute une partie de la gauche. Mais Manuel Valls ? Maire d’une ville de banlieue, il a fait entendre, dans le passé, un son de cloche bien différent. Installé Place Beauvau, il se tait. Inquiétant.

L’historien Martin Malia expliquait à propos de l’Union soviétique :

Le socialisme intégral n’est pas une attaque contre des abus spécifiques du capitalisme mais contre la réalité. C’est une tentative pour abroger le réel…

Nous n’en sommes pas là, bien sûr. Mais nous en empruntons le chemin.

*Robert Ménard est journaliste et fondateur de l’association Reporters sans frontières. Il anime trois rendez-vous quotidiens du lundi au vendredi, à 7h33 et à 8h03 sur Sud Radio et à 17h45 sur I-télé.

> Son blog : robertmenard.fr

Autres articles

3 Commentaires

  • gérard , 25 Juin 2012 à 14:06 @ 14 h 06 min

    OUI Monsieur Ménard ! J’ajouterai que l’on va tout droit vers la guerre civile … !

  • Frederique , 25 Juin 2012 à 15:32 @ 15 h 32 min

    A moins qu’une guerre mondiale éclate avant la civile, vu l’acharnement que met l’occident à vouloir détruire le processus de paix en Syrie voulu par l’ONU, la Chine et la Russie.

  • Yohann , 26 Juin 2012 à 8:21 @ 8 h 21 min

    Ce qui est stupide, ce sont nos lois votées par les représentants du peuple qui sont laxistes et inadaptées. Hélas la démocratie porte en germe sa propre destruction, c’est pourquoi les autres, ceux qui refusent la démocratie en profitent pour nous harceler et utilisent nos propres lois pour nous détruire. J’en suis sûr qu’un jour la France et certainement l’Europe deviendront des dictatures

Les commentaires sont fermés.

Memoires Jean-Marie Le Pen