Heureusement, en France, le port d’arme est toujours interdit.

Les jours, en France, se suivent et se ressemblent. Ça magouille à tire-larigot. Ça tripote un peu de l’économie par-ci par là. Ça bidouille du social ici ou là. Ça chipote du politique en veux-tu, en voilà. Mais en moyenne, hier est à peu près comme aujourd’hui, et globalement comme demain. Et ce n’est pas forcément bon signe.

Jeudi 18 juin, une fusillade éclate dans le quartier du square Abbé-Maillet à Meudon. Les tireurs ont pris la fuite sans faire de blessé, ni être inquiétés, mais la situation est tout de même un peu tendue puisque cela fait plusieurs jours que de telles rixes se déroulent entre Clamart et Meudon. Ces petites entorses au vivre-ensemble encouragent les élus des deux communes à se rencontrer pour en discuter. C’est important, le dialogue.

Vendredi 19 juin, au sud de Toulouse, une fusillade éclate au niveau du péage de Palays, là où les policiers du service régional de la police judiciaire de Montpellier et Toulouse (SRPJ) attendaient un go-fast. Deux hommes ont été interpellés et 90 kilos de pâte à modeler ah non de résine de cannabis ont été saisis. Il n’y a heureusement pas eu de blessés dans la fusillade. Saluons la maréchaussée qui, pour une fois, était sur place avantles échanges de coups de feu et qui aura effectivement interpellé des individus. Manifestement, les excès de vitesse, ça motive plus que les deals en quartiers chauds.

Dans la nuit du vendredi 19 au samedi 20 juin, un homme de 28 ans a succombé à trois blessures par balles d’un tireur isolé aux Bleuets, une cité bucolique des quartiers nord de Marseille, ces quartiers qu’on dit émotifs sensibles. Écartant l’hypothèse hardie d’un différent scientifique pour déterminer qui, de Leibniz ou de Newton, avait inventé le calcul infinitésimal le premier, la police se risque plutôt à imaginer un bête règlement de comptes sur fond de drogue, en attendant d’avoir quelques précisions suite à l’enquête qui a pris un ticket comme les fois précédentes et attend avec les 50 autres en salle de pause en fumant une clope (légale).

Samedi 20 juin au soir, un jeune homme de 19 ans a été abattu àGrenoble. Deux jours plus tôt, deux autres fusillades avaient éclaté dans le centre de la ville, heureusement sans faire de victime. Là encore, des soupçons tendraient à faire penser que tout ceci serait probablement lié à des histoires de substances qui font rire (les substances, pas les histoires), que les fusillades en question auraient comme qui dirait un rapport avec des règlements de comptes (et toujours aucun lien avec des équivoques philosophiques, c’en est presque dommage).

Notons tout de même que les habitants des quartiers concernés sont un chouilla remontés contre l’équipe municipale dont tout indique qu’il s’agit d’une fière brochette d’élus compétents et impliqués comme en témoigne l’intéressante vidéo suivante :



 

… Intéressante vidéo où l’on découvre donc que tout le monde, à Grenoble, connaît assez bien la situation, les principaux fautifs, et les différentes planques d’armes et de drogue. Où l’on découvre aussi que des pétitions et des lettres ont été envoyées, à plusieurs reprises aux équipes municipales, qui n’ont jusqu’à présent pas démontré ni s’intéresser au problème, ni avoir tenté de résoudre au moins ce qui était directement et explicitement pointé du doigt. L’existence de ces pétitions et de ces courriers papiers tendrait à faire croire hardiment que la situation dure depuis un certain moment, surtout en factorisant la vitesse légendaire des service postaux français.

Et dans ce contexte, à force, l’immobilisme et l’incompétence ont cette fâcheuse tendance à rendre les victimes particulièrement agressives lorsqu’elles tiennent un responsable de leur situation sous la main. La réaction du maire à la suite de la violente apostrophe lancée à son encontre, toute en paroles ouatées loin de la réalité et de l’action, en parfait décalage avec ce qui lui est demandé, laisse malheureusement supposer que cette douloureuse situation va perdurer un petit moment encore…

Décidément, cela ressemble tant à cette autre semaine que je décrivais il y a tout juste deux mois.

Et il y a deux mois, je me refusais d’être bêtement taquin et de remarquer qu’en quelques jours, on recensait tout de même pas mal de fusillades, de morts et de blessés. Tout comme, il y a deux mois, je n’allais pas non plus jusqu’à relever les poignants articles de la presse fustigeant l’inaction américaine face à son « problème avec les armes », presse qui oublie dans le même temps ces petits débordements français maintenant quasi-quotidiens. Franchement, la taquinerie, ce n’est pas mon genre.

Je ne terminerais donc pas ce billet en notant, exactement comme il y a deux mois, que la guerre contre la drogue, en France, n’a jamais marché et que l’interdiction de port d’arme ne sert, concrètement, à rien puisqu’elle n’a en rien dissuadé ces innocentes fusillades d’apaisement (ni celles du 7 janvier, au passage).

Non, tout ça, je ne le dirais pas puisque ça ne sert à rien. Je me contenterais de noter seulement que tout ceci confirme décidément ce petit sentiment d’insécurité qui s’empare des Français, notamment les honnêtes, qui payent taxes et impôts locaux.

> H16 anime un blog.

Articles liés

15Commentaires

Avarage Rating:
  • 0 / 10
  • Le talentd'Achille , 25 juin 2015 @ 18 h 07 min

    Au nom de la préservation de l’ordre et de la tranquillité publique, les pouvoirs ont laissé perdurer ces trafics de banlieues qui, à leur naissance s’appelaient ” du bizness ou de la démerde ” et qui prenaient de l’ampleur et se structuraient, de halls d’immeuble en cages d’escaliers, puis débordaient sur la cité, sur le quartier ect…
    A l’époque, un individu pris avec des marchandises illicites et des sommes en numéraires dont-il ne pouvait pas justifier la légalité, était entendu, puis souvent déférer au Parquet du lieu avec un signalement à la section financière des renseignements généraux.
    Puis, devant la multiplicité des affaires de ce genre, les policiers se trouvant devant une situation de plus en plus fréquentes, ne voulant pas écrire pour rien, ont commencé à individualiser l’importance du délit, tout comme les Parquets saturés et submergés d’affaires de ce genre.
    La dédiabolisation du trafic de stupéfiants avait commencé, seul les services spécialisés prenaient encore pour des quantités plus importantes, avec dans l’idée de prendre les gros poissons et pas le menu fretin.
    L’économie souterraine est une économie que les pays compte maintenant dans le PIB, c’est peu dire.
    Seule, une véritable brigade financière investit de pouvoirs spéciaux, pourrait mette fin ou inquiéter seulement fournisseurs et dealers, mais, est-ce que ces quartiers dits par euphémisme ” sensibles ” resteraient-ils tranquilles et pour combien de temps.

  • Vautrin , 25 juin 2015 @ 23 h 03 min

    Le calcul infinitésimal, cependant, concerne directement nos chers et coûteux invités : leur cerveau est réduit à la concentration homéopathique. Car, ainsi que le notait Pascal, il y a deux infinis, l’un de grandeur, l’autre de petitesse.

  • bygp , 26 juin 2015 @ 4 h 16 min

    Interdiction de port d’armes pour le citoyen qui sait s’en servir, autorisation pour le policier qui fait du 60/90 à 25m (ah zut, ils n’ont pas de PA à 9 balles, pourtant il leur en faudrait bien 20 pour neutraliser un homme armé) ou qui se fait prendre l’arme des mains… les assassins qui se fournissent au marché noir ne risquent pas grand-chose. Je faisais du 89/90 au PA, mais si j’ai envie d’en avoir un chez moi, c’est forcément que j’ai un problème psy… no comments.

  • bygp , 26 juin 2015 @ 4 h 43 min

    L’homéopathie étant à mes yeux le résultat d’une grosse arnaque résultant d’association de malfaiteurs (médecins ripoux et laboratoires), remboursée par la sécu alors que l’oligothérapie qui n’est pas remboursée est réellement utile et efficace. Donc je dirais que les cerveaux en question ne sont plus que des crânes remplis d’eau sucrée qu’ils peuvent recracher sur notre sol à loisir, c’est encore ce qu’ils font de mieux avec le lancer de pierres.

  • touamo , 26 juin 2015 @ 5 h 14 min

    Nos élus, élus par une frange minimale de la population, tant nous connaissons leur nuisance, sont d’une connerie abyssale.

    Comment peut on élire des brêles pareilles.

    Cette vidéo est consternante de leur colossale médiocrité.

    Ces élus me font honte.

    Gros, gras, prospères, fats, suffisants et totalement incapables, pérorants comme des poules autour d’un ver de terre.

    C’est normal que notre pays soit en plongée pauci relationnelle avec une classe politique aussi malfaisante au sens vrai du terme.

    Incapables, minables, toxiques.

  • Maurice , 26 juin 2015 @ 7 h 52 min

    Heureusement ?
    Plutôt hélas !
    Je souhaite que le droit de défendre sa famille, ses amis, ses biens, etc. soit la norme, attendre que les forces de l’ordre fassent leur travail c’est demander son chemin à une taupe !
    Par le passé, il m’est arrivé d’avoir des vols dans notre jardin et cour, j’ai lancé des alertes autour de chez moi, j’ai eu des informations, je suis allé rechercher les objets « empruntés » sans mon consentement, et ce n’était pas chez monsieur et madame tout le monde.
    Faites de même, faites bien comprendre que ce qui est à vous n’est pas à prendre sans qu’il y ait des conséquences à redouter.
    @ bygp : 9 balles dans un chargeur ? C’est un jouet pour enfant ?
    Port d’un Uzi autorisé. (ou similaire, je n’ai pas d’action chez eux)

  • Maurice , 26 juin 2015 @ 7 h 53 min

    Un Glock me conviendra aussi !

Les commentaires sont clôturés.