L’islam en France (4) Les Religions ne sont pas semblables !

L’islam en France (4) Les Religions ne sont pas semblables !

religions-1024x456

L’aveuglement ou le mensonge délibéré des princes qui veulent gouverner nos corps et nos esprits donnent le vertige. Alors que des crises se développent, des discours anesthésiants, soporifiques tentent d’en noyer les contours. Le Titanic, c’est connu, est insubmersible. Parmi ces questions qui fâcheraient les passagers au point qu’ils soient capables de jeter les officiers par-dessus bord après les avoir sortis de leurs cabines confortables, si la vérité était connue, il y a la question de l’islam et de sa place dans les migrations vers l’Europe. Plus la parole sur la religion musulmane se veut rassurante, plus cet effort pour manipuler l’opinion devrait inquiéter.

Toutes les religions ne sont pas semblables. Même avec une source apparemment commune, la Bible, pour les trois grandes religions monothéistes, elles ont une identité forte qui les oppose plutôt qu’elle ne les rapproche. Les laïcistes, les libéraux qui prétendent les traiter de manière identique se trompent grossièrement. La naissance, l’histoire et le présent différencient « les religions du Livre ».

La religion juive est celle d’un peuple qui dit jouir d’une relation privilégiée avec Dieu pour son bonheur comme pour son malheur. Il n’a jamais prétendu imposer sa foi à l’humanité par la force ou la séduction. Il a sauvegardé une identité sans cesse en butte à des tribulations, des exodes, des déportations jusqu’à une tentative d’extermination qui n’ont pas découragé, bien au contraire, le désir de la Terre Promise.

Le Christianisme est issu de la parole, la « Bonne Nouvelle », annoncée par un Juif qui parlait sans doute araméen, considéré par ses disciples comme Fils de Dieu. Ce message se veut universel et intemporel. Au travers des Apôtres et singulièrement d’un Juif converti, parlant grec et citoyen romain, Saint-Paul, il se répand, rencontre la philosophie grecque, et finit par devenir la religion de l’Empire dont il va perpétuer l’existence politiquement à Byzance et spirituellement, mais pas seulement, en Occident. Le Nouveau Testament est novateur. Il prêche l’amour et la paix, l’égalité, le respect des faibles, le rachat des fautes. Comme l’a montré René Girard, il inverse la fatalité du Bouc émissaire, puisque loin d’exiger le sacrifice d’Isaac, Dieu s’offre aux hommes en son Fils, en rémission de leurs péchés. C’est une religion de l’Esprit, peu encline au formalisme rituel. L’esprit l’emporte sur la lettre. Ce sont les coeurs qui doivent être circoncis. ( Saint Paul Romains 2/29)

Que le message de Mahomet soit présenté comme une suite innovante par rapport à celui du Christ est sidérant. Formulés dans une tribu animiste installée autour d’un lieu sacré préislamique, la fameuse Kaaba, les textes qui le fondent mêlent des considérations étroitement liées à la vie des caravaniers des confins du désert, pillards parfois, à des éléments religieux juifs et chrétiens glanés au cours des échanges. Le Dieu de l’islam n’est pas débordant d’amour comme le Dieu-Père des chrétiens. S’il est proclamé miséricordieux, ses vengeances et ses punitions dont on souligne à plaisir la cruauté, en font un Dieu de l’Ancien Testament, en plus vindicatif.

L’histoire a opposé encore davantage ces religions. Discriminations des Juifs, guerres saintes des musulmans, croisades, « reconquista », conversions forcées lors des colonisations pour les chrétiens, ne doivent toutefois pas entretenir la confusion. La violence et la conquête sont intrinsèquement liées à l’islam. Il suffit pour s’en convaincre de lire le Coran et les hadiths, notamment ceux qui évoquent « le combat dans la voie de Dieu », le djihad, qui n’est pas un effort spirituel, mais une guerre contre les infidèles en vue de les soumettre et de conquérir leur territoire. Les batailles, les exécutions, les sévices corporels, le butin, l’humiliation des ennemis vaincus, l’esclavage, sont présents dans ces textes alors que les Evangiles les ignorent ou les rejettent. Imagine-t-on Jésus qui demande de rentrer son glaive à celui qui veut le défendre lorsqu’on vient l’arrêter (Matthieu 26/52) dire comme Mahomet à la bataille de Badr contre les Qurayshites : « lorsqu’ils seront à portée, lancez-leur des flèches » ( hadith 1253 Abrégé d’Al-Bukhârî) ? Chez les musulmans, la guerre s’est toujours faite au nom d’Allah et elle n’a pratiquement jamais cessé à l’encontre des voisins qu’il faut soumettre entre 622 et le XIX e siècle, au travers de califats successifs et parfois concurrents. Les luttes fratricides n’ont pas manqué non plus. Les Chrétiens ont eu plus de mal à justifier la violence par la foi et dans bien des cas, les ordres religieux catholiques, l’Eglise elle-même, ont tempéré une soif de domination qui était plus politique et économique que religieuse, en Amérique, par exemple.

Depuis la décolonisation, avec le recul de l’Europe chrétienne culpabilisée par le nazisme, la création d’Israël sur le territoire de la Palestine, l’enrichissement prodigieux de la péninsule arabique grâce à l’énergie fossile, l’islam affaibli, endormi, dépassé par le nationalisme arabe, s’est réveillé en renouant avec ses origines. D’une part, le poids du salafisme, du retour à l’intégrisme et à la lecture littérale de textes vieux de 14 siècles, s’est accru, porté par la puissance financière de l’Arabie wahhabite et du Qatar. Le mouvement des Frères Musulmans a d’autre part ouvert à l’islam une voie politique ambivalente. En s’appuyant sur le fondamentalisme religieux, l’application de la charia, pour faire la révolution politique, cette organisation a développé une stratégie très moderne associant une communication habile à des réseaux d’aide sociale efficaces. Certains dirigeants occidentaux particulièrement incompétents ont cru voir se dessiner une sorte d’équivalent musulman à la démocratie chrétienne. Dans les deux cas, l’objectif est celui de l’islam : s’imposer au monde entier. Peu de nos responsables semblent conscients du fait que le Christ sépare le pouvoir temporel du pouvoir spirituel ( « Mon royaume n’est pas de ce monde » Jean 18/36) et rend donc démocratie et laïcité possibles alors que cette distinction est ignorée de l’islam. Le califat universel est politique et religieux. Les nations doivent se fondre dans la communauté islamique, l’umma dont les membres sont des fidèles chez qui l’homme privé ne se sépare pas du « citoyen ». Cette conception est totalitaire et rend impossible une démocratie libérale. Soit la mentalité musulmane évolue et abandonne ses références originelles, soit les démocraties doivent tenir cette religion à l’écart.

Autres articles

17 Commentaires

  • openbrief , 25 Août 2016 à 17:44 @ 17 h 44 min

    les religions ne sont peut être pas toutes pareilles…mais l’islam n’est pas une religion. C’est une secte politico mafieuse.

  • Tonio , 25 Août 2016 à 18:26 @ 18 h 26 min

    “Il n’a jamais prétendu imposer sa foi à l’humanité..” ?

    Il fut un temps pourtant où le judaïsme était fortement prosélyte; les conversions, quoique plus difficiles à cause des Haredim, se poursuivent aujourd’hui.

  • sarra , 25 Août 2016 à 23:46 @ 23 h 46 min

    enfin un texte qui devrait éclairer nos hommes politique quant à la place de l’islam en démocratie.

    les tentatives actuelles des musulmans sont une volonté d’anéantir notre liberté et par le biais de la religion soumettre la planète à leur croyance car le pouvoir du pétrole et des énergies fossiles ont accru leur soif de domination

    en fait nous devons avoir en tête NON VOUS NE POURREZ PAS ANEANTIR MA LIBERTE DE PENSER……..

  • Catholique & Français , 26 Août 2016 à 7:55 @ 7 h 55 min

    “…Depuis la décolonisation, avec le recul de l’Europe chrétienne culpabilisée par le nazisme, la création d’Israël sur le territoire de la Palestine, l’enrichissement prodigieux de la péninsule arabique grâce à l’énergie fossile, l’islam affaibli, endormi, dépassé par le nationalisme arabe, s’est réveillé en renouant avec ses origines…” : vous oubliez un point majeur, CAPITAL, monsieur Vanneste; l’histoire dira peut-être un jour qu’il fut déterminant : le Concile Vatican II qui, par le vide abyssal qu’il a créé dans le Monde Catholique, a provoqué un formidable appel d’air (voir, par exemple, les documents “Nostra Aetate” et “Dignitatis Humanae”)…
    Par ailleurs, il faut le redire sans cesse car c’est la stricte vérité, le Christ n’a jamais “séparé” pouvoirs temporel et spirituel ! Il les a “distingué”, ce qui est très différent (“Tout pouvoir vient de Dieu” Saint Paul, “Tu n’aurais aucun pouvoir sur Moi s’il ne t’avais été donné d’En-Haut” Jésus à Pilate” etc… etc…). Par ailleurs également, malignement ou par ignorance, la Parole du Christ “Mon Royaume n’est pas de ce Monde” est quasiment toujours interprétée faussement de nos jours (traduction fausse) : “DE” ce monde ne signifie en aucune façon : “Mon Royaume n’est pas et ne doit pas être EN ce monde” mais, très exactement, en toute Vérité : “Mon Royaume ne PROVIENT pas ou ne tire pas son ORIGINE DE (“ex” en latin) ce monde”. Avec les conséquences gravissimes qui découlent de ce contresens contemporain… Enfin, si la Démocratie consiste en la désignation des gouvernants par le peuple, elle est effectivement compatible avec le Catholicisme (nombreux exemples dans le passé de la chrétienté). Mais la Démocratie moderne, de type “maçonnique”, c’est bien autre chose, totalement OPPOSEE et INCOMPATIBLE avec l’Enseignement du Christ, des Ecritures et de l’Eglise (du moins de la Pentecôte jusqu’en 1962) : tout pouvoir, quel qu’il soit, y provient du “peuple” (dénomination bien commode…) qui le détient et le délègue à ses gouvernants (Article de la “Déclaration des Droits de l’Homme”); c’est très exactement le “Règne de l’Homme qui se fait Dieu” dont il est question dans les récits eschatologiques et apocalyptiques du Nouveau Testament, le “Culte de l’Homme, véritable Religion” dont parlait le Pape Paul VI dans son discours du 7 décembre 1965 en clôture du Concile.

  • André , 26 Août 2016 à 8:50 @ 8 h 50 min

    Nouveau sur ma chaîne:
    https://youtu.be/Xcx8uFFvw-E

    Je ne suis pas pied noir, mais puisque vers 5 minutes le gars parle de l’Algérie, l’Algérie est un pays dont je connais mieux l’histoire que celle de la France. Cette histoire de fausse guerre me volera 24 mois de ma jeunesse. Je passerai d’innombrables années à étudier ce pays peu de temps après l’indépendance. Je ne serai jamais raciste, parce que j’aimerai toujours mes arabes que j’ai formés, mais lorsque je quitterai ce pays à cause de la petite ordure de Boutéflika, qui m’a et nous a traité(s) de néo-colonialiste(s), je dirai ce pays n’émergera jamais et tombera en ruines, l’islam le détruira. Ma prophétie s’est réalisée. De nos jours, 16 millions d’algériens cherchent leur nourriture dans les décharges publiques. Ce pays ne produit que des haragas et nous avons en France plus de 15 millions de maghrébins qui ne sont que des parasites;
    Revoir ma vidéo dans laquelle je résume toute la situation:
    *****************
    Ayant une parfaite connaissance du monde arabo-musulman, en 2008 après avoir découvert tout le pot aux roses je suis parti immédiatement en campagne en hurlant par des dizaines de milliers de fois de verrouiller les frontières et surtout d’interdire la prolifération des mosquées. Malheureusement, c’est maintenant trop tard. Je suis désolé de vous dire cela mais je n’ai pas le droit de mentir et j’ai reçu le pouvoir de plonger mon regard vers l’avenir. La France va énormément souffrir très prochainement dans une boucherie islamique halal et ensuite elle sera détruite par le feu. Partout où passent les musulmans ils ne sèment derrière eux que des meurtres, du terrorisme et réduisent un pays en désert. Ils ont 57 pays islamiques, mais dans aucun n’y règne la paix, ils sont tous à feu et à sang…….
    La France va subir la catastrophe que je n’ai cessée d’expliquer depuis 2008, parce que les français et partant les occidentaux sont coupables. Oui les français sont coupables, parce que les musulmans n’ont jamais été capables d’inventer quoi que ce soit, même pas le patin à roulettes et ils ont des armes les plus sophistiqués qui soient que l’armée française ne possède même plus. Qui fournit des armes aux musulmans, sinon les occidentaux ? Pour sauver la France, il faudrait expulser 20 millions de musulmans vers leurs pays islamiques et raser les mosquées, ces écoles qui ne fabriquent que des terroristes. Malheureusement ma parole ne sera jamais mise en pratique. La France sera détruite comme prédit.
    Suivez également le discours de: Catholique & Français 26 Août 2016 à 7:55 at 7 h 55 min, ci-dessus. Le Vatican va péricliter en annonçant la Religion Universelle, un mariage forcé entre Jésus et Satan, c’est à dire Christianisme et Islam…. Les cieux seront ébranlés et ce sera le cataclysme général. Non seulement comme je n’ai cessé de l’annoncer et de le redire dans des courriels privés que des prêtres et des chrétiens seront égorgés dans les églises, mais des prêtres réfractaires vont devoir se cacher avec de vrais chrétiens exactement tout comme dans les débuts du christianisme….. N’abandonnez-pas votre bouée ou vos bouées de secours qui sont Jésus et La Vierge Marie. J’ai toujours respecté ma devise, il vaut mieux obéir à DIEU plutôt qu’aux hommes. J’ai eu une longue discussion sur ce point avec un ecclésiastique et je pose la question: Cet actuel pape demande aux chrétiens de se jeter à la mer, les chrétiens doivent-ils lui obéir ?

  • Marguerite , 26 Août 2016 à 9:18 @ 9 h 18 min

    Bonjour André, j’aimerais échanger avec vous. Pas le temps ce matin
    Vous avez sûrement raison car il y a de nombreuses prophéties qui commencent à se réaliser et la France va sombrer.
    A bientôt. MA

  • abramovitch , 26 Août 2016 à 10:49 @ 10 h 49 min

    Les explications que nous accorde l’auteur,suffisent à une compréhension pour tous ceux qui ne peuvent consacrer le temps nécessaire pour une meilleure où plus ample interprétation.
    Ceux qui suivaient jadis Jesus et ses disciples n’avaient pas non plus la culture leur permettant de tout comprendre,voire d’interpréter l’ensemble de ses discours où oraisons. J’apprécie donc l’interprétation succinte que nous offre Christian Vanneste ainsi que le texte “Catholique&Français”.
    Depuis peu certains exégètes s’affrontent sur les plateaux et ce sont ces débats religieux, courageux par les temps qui courent qui offriront aux uns et aux autres les clés d’un mieux vivre ensemble dans une planète qui se détériore de jour en jour.
    Les musulmans ont de tout temps étaient attachés à leur territoire qu’ils appellent Dar El Islam,par opposition à Dar el Harb qui sont les autres territoires.Chacun devrait donc rester chez lui s’il se sent mal ailleurs.

Les commentaires sont fermés.