Éric Zemmour sur l’autorisation de la PMA par la Cour de cassation : “Au bal du cynisme et de la dissimulation, Christiane Taubira ne fait pas tapisserie”

On n’est pas forcément d’accord. “‘Les promesses n’engagent que ceux qui les reçoivent.’ La célèbre formule de Charles Pasqua a fait des émules. Christiane Taubira s’avère une de ses meilleures élèves : au bal du cynisme et de la dissimulation, elle ne fait pas tapisserie. En pleine bataille du mariage pour tous, elle avait assuré la main sur le coeur que sa loi ne permettrait jamais à un couple de femmes d’adopter un enfant né par la procréation médicalement assistée et encore moins à un couple d’hommes d’acquérir un bébé par une gestation pour autrui, les fameuses mères porteuses. La première, la PMA, était réservée à des couples stériles pour des raisons de santé, et l’homosexualité féminine n’est pas une maladie. La seconde est carrément interdite en France. Quelques mois seulement après l’adoption de la loi Taubira, ces tabous sont déjà tombés comme les premières feuilles d’automne. Avant l’été, la Cour européenne des droits de l’homme obligeait la France à inscrire à l’état-civil les enfants nés par GPA pratiquée à l’étranger. Il y a quelques jours, la Cour de cassation remettait le couvert en autorisant l’adoption par un couple de femmes d’un enfant né dans le cadre d’une procréation médicalement assistée. Dans les deux cas, le gouvernement n’a pas bougé ni protesté ni tempêté ni fait appel. Qui ne dit mot consent…

Le ministre de la Justice jubile en silence : ses conseillers avaient conseillé à Christiane Taubira que la jurisprudence européenne imposerait la PMA et la GPA à partir du moment où les couples du même sexe seraient légalement mariés. Il suffisait donc de se taire et d’attendre. L’alliance tacite entre Taubira et les juges a parfaitement fonctionné, par-dessus la tête des parlementaires français et du peuple, ça fait beaucoup de cocus. Cocus et ridicules, les représentants de la droite et du centre, telle NKM ou Yves Jégo, qui acceptent le mariage homosexuel mais rejettent avec hauteur la PMA et la GPA. Cocus, les intellectuels de gauche qui rejettent la GPA au nom d’une certaine dignité de la femme et de (la lutte contre) la marchandisation des corps. Cocus, les spécialistes de l’enfance qui alertent sur la douleur des adolescents, de plus en plus privés de leur père…”

Autres articles

15 Commentaires

  • Fvern , 26 septembre 2014 @ 9 h 25 min

    On peut retourner le problème dans tous les sens, et rien n’y fera…depuis qu’on a ouvert la boîte de Pandore avec le mariage pour tous, les enfants venus de l’étranger ( par PMA ou GPA) devront et auront une identité d’enfant adopté légale…. Le débat est clos depuis longtemps!

  • Franchouillard , 26 septembre 2014 @ 10 h 25 min

    Le Grand ZEM a une fois de plus parlé JUSTE !!!

  • Cap2006 , 26 septembre 2014 @ 19 h 46 min

    Ce qui me paraît invraisemblable, c’est votre idée d’une logique très éloignée du droit des enfants.

    Je comprendrais que vous puissiez espérer une loi permettant d’interdire la pma aux homosexuelles.
    Pour information, ce n’est pas toubira qui a écrit la loi, qui n’interdit pas la pma, et la réserve aux couples hétérosexuels.

  • Nif , 27 septembre 2014 @ 12 h 04 min

    Parce que vous croyez que la boîte n’a été ouverte qu’en 2013?
    les GPA se font majoritairement par des hétérosexuels

  • paul63 , 27 septembre 2014 @ 12 h 35 min

    Les socialauds sont pour le droit du sol. Donc un enfant né à l’étranger ne peut pas être français, ou alors il a déja la double nationalité ? je n’y comprends rien !

  • vic , 27 septembre 2014 @ 22 h 11 min

    Mais si, avec la circulaire Taubira il devient francais ! C’est le grand b…..l’ socialaud qui permet cela. La famille bricolee c’est leur vision du progres… Tous dans la rue le 5 octobre !

  • pas dupe , 28 septembre 2014 @ 11 h 39 min

    Il faut arrêter de jouer aux naïfs, c’était inévitable puisque la France n’a pas exigé sa prédominance sur la CEDH ! Or, cette même CEDH a autorisé une lesbienne autrichienne a adopté l’enfant de sa compagne, privant ainsi le père de ses droits. Je dis privant puisque le père payait la pension alimentaire et voyait son enfant régulièrement. Il n’était donc pas abandonné.

    Cet arrêt a été rendu en février 2013, quelques jours après que l’AN ait voté l’article 1 de la loi Taubira.
    Alors pourquoi les socialos-udi-umpistes auraient-ils utilisé le temps leur restant pour détruire notre pays à palabrer sur une loi qu’ils savaient imposée par la CEDH !
    Ensuite ce n’était que du vent !

Les commentaires sont fermés.