Montée fulgurante du FN, ce choc du réel qui laisse sans voix

Marine Le Pen est perçue par 50 % des Français comme la personnalité politique « la plus capable de réformer en profondeur le pays ». Voici le résultat d’une enquête de l’institut CSA pour le site d’informations Atlantico, conduite en octobre 2013. La question était même plus précise, évoquant la capacité des politiques à « surmonter les blocages au sein de la société française ». Autrement dit, à faire preuve de courage face aux coteries défendant leurs privilèges ou aux communautarismes souhaitant désormais imposer leur loi. Un tel chiffre n’est pas anodin, d’autant plus qu’il contraste avec les 21 % du président en exercice, et avec les 26 % du patron de l’UMP, Jean-François Copé.

Les chiens aboient, de plus en plus seuls …

Ce dernier sondage succède à de nombreux autres qui ont commencé à poindre au début de l’été. Les citer tous serait aussi laborieux qu’inutile. La fissure du mur médiatique est autrement plus intéressante. Ne pouvant plus nier la triple évidence de l’impopularité croissante de François Hollande et de sa majorité, de l’absence de crédibilité de l’UMP en tant qu’opposition et de la montée des idées populistes, les médias se sont enfin saisis de la montée de Marine Le Pen et de son parti. Pour en dire quoi ? C’est là que les choses deviennent intéressantes. La très grande majorité du personnel médiatique, formaté par des décennies de conformisme idéologique et de rigoureuse autocensure, reprend les grands chants de la lutte contre les extrémismes, de la nécessité de préserver le « pacte républicain » voire de sauver la liberté, la démocratie et leur package habituel. Mais parmi le troupeau, nous pouvons trouver quelques voix, rares encore, qui ne peuvent cacher leur malaise et qui se contentent de « rendre compte » de cette incroyable mais bien réelle poussée populiste. Il faut bien le reconnaître, chaque jour de nouvelles personnalités que l’on n’attendait pas, rejoignent avec sourire et conviction, le mur des cons.

La perplexité du camp dissident

Pour ceux qui bataillent depuis plusieurs années voire décennies, dans le camp de la dissidence patriote et identitaire, ces sondages sont tout aussi troublants. Car être troupier dans ce camp, c’est très souvent lutter à la Don Quichotte, pour la beauté du geste plus que pour le confort du siège, c’est apprendre à avancer face aux vents contraires, à prendre les coups en serrant les dents. Or, il apparait de plus en plus que la silencieuse et héroïque résistance de quelques-uns porte peu à peu du fruit. La belle sentence de Saint-Exupéry : « Nos fidélités sont des citadelles » trouverait-elle enfin l’occasion de prendre corps ? N’allons pas trop vite. Gardons notre sûr pessimisme qui nous distingue du progressisme fou des foules de gauche. Mais sachons également reconnaître que nous avons réellement quitté nos positions défensives et que la contre-attaque donne d’excellents résultats. La défense de notre identité est loin d’être acquise, mais nous avons fait de belles prises et conquis de solides positions.

Le village de Saint Restitut

Après la surprise, poursuivre l’offensive

Face au rouleau compresseur du système, qui s’appuie sur l’efficacité idéologique des médias et de l’Education nationale, rien n’est acquis. Il convient donc, chaque jour, de consolider nos positions. Comment ? Le texte de Jean-Yves Le Gallou « Municipales 2014, pour quoi faire ? » résume parfaitement les principaux axes de travail, y compris les plus concrets : poursuivre et soutenir l’effort de ré-information, se réapproprier notre identité culturelle et notre plus longue mémoire, lutter sur le terrain contre la dégradation ou la privatisation communautariste de nos quartiers et de nos villages, soutenir les écoles hors-contrat et l’enseignement traditionnel avec sa beauté et son exigence, faire de nos familles et de nos communautés amicales des bastions, et au final cultiver l’esprit de résistance et de reconquête, inlassablement.

Articles liés

163Commentaires

Avarage Rating:
  • 0 / 10
  • mariedefrance , 25 octobre 2013 @ 14 h 39 min

    La quenelle, vulgaire, est inutile.

    “Peur de voter FN” = de moins en moins.
    En tous les cas, c’est ce que disent ceux que je rencontre.
    Que feront-ils dans l’isoloir ?

    Je ne sais pas si le Français est un faux-cul grande gueule ou un couard.
    Faudra-t-il qu’il goute à la dhimmitude pour comprendre ?

    MLP doit absolument finasser son programme économique et mieux le disséquer devant les caméras.
    En effet sur un autre point (les frontières), elle n’a jamais dit qu’il fallait les fermer, ce que répètent, à qui veut l’entendre, ses opposants.

    L’immigration çà passe puisque çà se voit, çà se vit.
    L’économie, c’est tout autre chose.

    Que risque-t-on avec 2000 milliards de dette ?
    Nous ne risquons plus rien.

  • mariedefrance , 25 octobre 2013 @ 14 h 43 min

    Arrêtez, cela me rappelle les minarets et les baïonnettes de Erdogan !

    Un autre, ennemi de la France, parlait des “ventres de ses femmes”..

  • Charles , 25 octobre 2013 @ 14 h 57 min

    Chère MdF
    Quand il y a le feu,on enlève les gants.
    En général je reste courtois.
    Cependant,ils vont trop loin.

  • christiane , 25 octobre 2013 @ 15 h 16 min

    Oui, en effet, il faut s’attendre à tout de la part de ces salopards qui ne
    reculeront devant aucune manipulation même meurtrière ~~ sur le modèle de leurs maîtres ( on ne peut, dans ce cas employer le mot : ami ) américains, pour s’assurer la pérennité de leur position au mépris de la liberté des Français. Je pense qu’il faudrait en avertir les Français et que
    l’ UMPS sache que rien de ce qu’ils pourront entreprendre en ce sens ne détournera les Français du seul vote de plus en plus nécessaire à leur
    survie : le FN.

  • Bernard , 25 octobre 2013 @ 15 h 28 min

    NON l’ennemi occupe la France et parle plus exactement des « ventres de NOS femmes ».
    OUI, en Tunisie on m’a dit très précisément cela il y a env. 5 ans !

    Mais lire ceci = Montée fulgurante du FN, ce choc du réel qui laisse sans voix
    Vous semblez étonné, mais ne vivez donc pas dans NOTRE France, ne subissez pas depuis 40 ans le dédain de nos politiques ? Ils pensent à nous, lors d’élections où leur avenir est en jeu, mais ensuite se foutent de nous royalement !

    Le peuple, excédé, s’est révolté en 1789 pour toutes les raisons possibles,
    il en sera de même bientôt, pour toutes les raisons que vous connaissez ou pas !
    Mais ne demandez au peuple de retrouver sa raison lorsque vous aurez la tête sous la lame qui va vous la couper ! Il fallait penser à lui lorsque vous futes élus pour le défendre
    Qu’avez vous fait alors… orgueilleux et hautain ?
    Le peuple a ses raisons que la raison ignore ……, comme un amour blessé ou ignoré !

    COMMENT peut on être surpris qu’un peuple se révolte !
    Révoltante stupidité…. après 40 ans où vous nous avez cocufié !!

  • Diex Aïe ! , 25 octobre 2013 @ 15 h 36 min

    ??? y dit qu’il voit pas l’rapport…?

  • Trucker , 25 octobre 2013 @ 16 h 13 min

    Le mouvement sur fond culturel qu’appelle Charles de ses voeux existe déjà, cela s’appelle le patriotisme, à savoir l’attachement aux valeurs spirituelles, à l’héritage culturel dans toutes ses expressions, au mode de vie et de pensée.

    Le problème est que lorsqu’il faut mobiliser dans la rue, les tribus gauloises n’en font qu’à leur tête.
    Chacun y va de sa complainte particulière, les républicains ne voulant pas se mélanger avec les croyants, ceux de gauche ne voulant pas d’amalgame avec ceux de droite,les cathos de LMPT ne voulant pas se montrer avec ceux de Civitas, ceux de Civitas fustigeant à tord la République qu’ils assimilent à la Franc-maçonnerie socialisante, ( fait historique il est vrai en France )……. en faisant l’amalgame entre un régime institutionnel ( la République ) et le contenu idéologique de ceux qui s’en réclame, tout comme les gens de gauche font l’amalgame entre la France ( un territoire, un pays ) avec la République.

    On passera sur les pleurnicheries de ceux qui dernièrement se sont vu refuser le droit de manifester, mais ne se déplacent pas pour venir grossir les rangs de ceux qui obtiennent l’autorisation de le faire…… ( c’est curieux n’est-ce pas, mais quand Civitas déclare son intention de manifester, il ne se voit pas refuser de le faire sous prétexte que cela pourrait déplaire à l’extrême gauche, l’inciter à contre manifester et susciter des troubles à l’ordre public ) ……..alors qu’a écouter les dirigeants de tous ces mouvements, groupuscules et particules élémentaires qui de tout temps on fait la France…….ils sont tous pour le rassemblement des forces de “résistances patriotiques” au delà des clivages, politiques ou religieux, affirmant en coeur que ce qui nous rassemble et plus important que ce qui nous divise.

    Croire que seules les élections et l’engagement politique sont les seules voies qui permettront de renverser la vapeur est pour moi une erreur stratégique majeur.

    Si MLP, ou tout autre “réformateur” était en passe de remporter les élections ou d’acquérir un poids électoral suffisant pour amorcer un réel changement, la réaction de ceux d’en face ne se ferait pas attendre.
    Et faut-il rappeler qu’ils ont acquis depuis longtemps un savoir faire, ont des moyens ( système de détournement de fonds publics entre autre parfaitement rôdé ) leur permettant de mobiliser largement ( on l’a vu une fois de plus dans l’affaire Léonarda ).

    Il fallait maintenir une pression équivalente à ce qui a été fait durant ces mois d’opposition à la loi Taubira.
    Profiter de ce temps pour élargir les réseaux et les passerelles entre organisations , pour avoir l’assurance de mobilisations ayant un poids médiatique certains et une visibilité importante dans l’espace public pour affirmer que le gouvernement “rénovateur”, s’il arrivait au pouvoir pourrait s’appuyer sur une large mobilisation de soutient.

    Il faut castrer l’opposition au redressement du pays en multipliant les démonstrations de masse et prouver leur persistance, laquelle enverrai le message que “on ne lâche rien” n’est pas un slogan en l’air ou de circonstance.

    La gauche à l’époque a bien procédé de la sorte, l’entrisme + l’agitation à large échelle.
    le contexte politico-économique est favorable.
    Encore faut-il qu’une population “embourgeoisée” est envie de s’encanailler et de faire de la rue son terrain d’expression.

    Sur Paris, une manif patriotique, à connotation religieuse ou non ne rassemblant qu’un milliers de personnes un dimanche alors que du 15 au 21 avril,avec LMPT, c’était plusieurs milliers tous les soirs……………………….cela pose un problème non ?

    Comme le disait la fédération anarchiste sur ces affichent lors de la campagne présidentielle de 2007 : alors on croit toujours à la démocratie ? on a encore envie de jouer aux élections ? le vrai pouvoir est dans les rues, pas dans les urnes.

Les commentaires sont clôturés.