Le sécuritarisme ou la victoire du terrorisme et l’impasse faite sur le problème de l’immigration

Tribune libre

En attendant un recentrage opportun, Nicolas Sarkozy joue au “brutal”, rapporte Libération du 26 mars. Samedi à Rueil-Malmaison, le candidat de l’UMP a “[accordé] une place de choix à la sécurité, à l’immigration et à la dénonciation de cette Europe ‘passoire’ tombée dans les mains ‘des bureaucrates’ » qu’il semble découvrir, avec 20 ans de retard sur les souverainistes et malgré son expérience du pouvoir. Nicolas Sarkozy a également fait huer l’enseignante de Rouen qui avait demandé à ses élèves de respecter une minute de silence après la mort de Mohamed Merah et rappelé devant une “salle ivre de bonheur” que François Hollande “[n’avait] voté aucune des lois antiterroristes derrière lesquels il s’abrite aujourd’hui”. Lundi sur France Info, le président-candidat s’en est pris à Internet et a promis que, lui réélu, “toute consultation régulière de sites faisant l’apologie du terrorisme ou du Jihad sera considérée comme un délit” ! Comme le note le chercheur libertarien Philippe Simonnot, “cette inquiétante régression des libertés des citoyens annoncée, c’est déjà une victoire du terrorisme”

À gauche, le laxisme, à droite, le sécuritarisme. Nulle part, sauf au FN (lui aussi rongé par le sécuritarisme), la volonté affichée de freiner l’immigration arabo-musulmane, racine du problème posé par le terrorisme islamique…

Articles liés