La réalité du New Age

Le monde politique et économique est un monde en mouvement. À l’image de l’impulsion qui entraîne l’ensemble de la société, cette dynamique politique et économique s’est emballée depuis une trentaine d’années. Entre mondialisation, globalisation, progrès divers et démissions en tous genres, il est bien difficile de cerner la trajectoire actuelle du navire ‘monde’. Pour comprendre cependant le bateau ivre, penchons-nous un instant sur la mer qui le porte. Car, même si les apparences semblent dire le contraire, il y a bien une certaine logique qui préside depuis plusieurs décennies aux destinées du monde. Cette logique est discrète et insidieuse. Elle n’en est que plus redoutable. Certes, ses aspects les plus visibles sont économiques ou matériels, mais sa réalité est avant tout idéologique et son fonctionnement cyclonique. C’est une lame de fond qui s’est formée loin en amont et qui aspire en son cœur toutes les autres idéologies qui lui permettent ainsi d’augmenter son œil et sa puissance, n’hésitant pas à détruire ensuite ces idéologies instrumentalisées. Tout est à son service. La franc-maçonnerie, le libéralisme exacerbé, le socialisme – qu’il soit trotskiste ou de marché – sont récupérés par le cyclone au même titre que la mondialisation, les mouvements sectaires ou les élans de générosité. Par un lent et méticuleux travail, ce typhon a uni ensemble toutes les forces de déstabilisation et de destruction, quelles qu’elles soient, si opposées entre elles qu’elles soient. Il fait feu de tout bois pour atteindre son but et faire de ces instruments secondaires un rouleau compresseur à sa solde. Unissant, orientant, finançant, il influe sur l’économie, les mentalités, les institutions en plaçant de façon népotique ses instruments aux postes clefs. Aujourd’hui, il se sent suffisamment fort pour s’affirmer comme tel au grand jour et attirer à lui les derniers instruments qui lui échappaient. Dans l’ouvrage de référence par lequel il se définit lui-même, ce cyclone, qui n’est autre que le New Age, révèle ouvertement et impunément  son but, ses moyens et ses alliés.

“Sur ces ruines, un monde nouveau se dressera. Pour le New Age, peu importe ce que sera ce monde qu’il ne cherche pas à définir ni à construire puisque c’est des ruines elles-mêmes qu’un monde émergera.”

« Un puissant réseau, pourtant dépourvu de dirigeants est en train de produire un changement radical aux Etats-Unis. Ses membres se sont débarrassés de certains éléments clefs de la pensée occidentale ; ils pourraient même avoir rompu la continuité de l’histoire. Ce réseau, c’est la Conspiration du Verseau. Il s’agit d’une conspiration sans doctrine politique, sans manifeste […]. Plus étendue qu’une réforme, plus profonde qu’une révolution, cette douce conspiration pour un nouveau programme de l’homme a déclenché le réalignement culturel le plus rapide de l’histoire [1]. […] Amplifié par les communications électroniques, libéré des vieilles contraintes de la famille et de la culture, le réseau est l’antidote de l’aliénation. Il engendre suffisamment de pouvoir pour refaire la société. Il offre à l’individu un soutien affectif, intellectuel, spirituel et économique. C’est un lieu d’accueil invisible, un moyen puissant de modifier le cours des institutions, en particulier le gouvernement [2]. […] Un réseau est une source de pouvoir encore jamais exploité dans l’histoire : de multiples mouvements sociaux autosuffisants reliés entre eux en vue d’un ensemble de buts et dont la réalisation devrait transformer tous les aspects de la vie contemporaine […]. Les réseaux adoptent souvent la même action sans se concerter, simplement parce qu’ils partagent les mêmes hypothèses. En fait, c’est ce fond commun qui est la collusion. En effet, la Conspiration du Verseau est un réseau de nombreux réseaux dont la vocation est la transformation sociale […]. Son centre est partout [3]. […] Il existe une coalition informelle de conspirateurs dans les agences et les équipes du Congrès [américain]. A l’intérieur du ministère de la Santé, de l’Education et du Bien-Être, des innovateurs ont créé des groupes d’action informels afin de partager leur stratégie d’inoculation des nouvelles idées dans un système résistant et de se soutenir moralement les uns les autres. Des projets qui autrement apparaîtraient irréalisables peuvent, par le seul fait d’un programme de subventions fédérales accéder à la reconnaissance officielle. L’appareil gouvernemental qui accorde les crédits détermine ce qui est à la mode dans les champs de recherche. Cette aura d’officialité, des ‘conspirateurs-bureaucrates’ tentent de l’obtenir pour tel ou tel projet. [4] »

C’est ainsi que, très ouvertement, le New Age se définit lui-même. Son but est effectivement dénué de tout fondement idéologique puisqu’il considère que le monde passe de cycles en cycles et que l’ère chrétienne du poisson est terminée. Il convient donc d’éradiquer tous les restes de cette ère révolue par une destruction massive et systématique de ses fondements. Sur ces ruines, un monde nouveau se dressera. Pour le New Age, peu importe ce que sera ce monde qu’il ne cherche pas à définir ni à construire puisque c’est des ruines elles-mêmes qu’un monde émergera.

“Avec un tel bateau, si endommagé, dont une partie de l’équipage s’est mutiné, une autre est blessée ou malade, il ne faut pas espérer pouvoir reprendre tout de suite le bon cap, ni avancer plein vent toutes voiles dehors.”

À cette lumière, on comprend mieux que le monde soit un navire à la dérive, une épave qui prend l’eau de toute part. Alors face à cela que devons-nous faire ? Écoper ? Colmater ? Nous réfugier en haut du mât ? Accepter d’être enfermés dans la cale ? Ou alors réparer le gouvernail, reprendre la barre, retrouver une carte et des amers ? Et bien voyez-vous, l’Évangile, ce sont les amers qui guident le bateau le long de la côte ; l’éthique chrétienne et les sciences humaines sont la carte qui nous donne une vue d’ensemble et le cap à tenir. Mais nous nous rendons compte que cela ne suffit pas. Il faut des bras pour écoper, d’autres pour colmater, réparer le gouvernail, et d’autres enfin pour tenir la barre. Avec un tel bateau, si endommagé, dont une partie de l’équipage s’est mutiné, une autre est blessée ou malade, il ne faut pas espérer pouvoir reprendre tout de suite le bon cap, ni avancer plein vent toutes voiles dehors. Or là, il faut que les gens de bonne volonté se livrent à une véritable révolution mentale pour ne pas baisser les bras.

Notes :
1. Marilyn Ferguson, Les enfants du verseau. Pour un nouveau paradigme, Paris J’ai Lu, 1995 p. 15
2. Id Ibid, p. 216
3. Id Ibid, p. 220 sq
4]. Id Ibid, p. 235

Autres articles

7 Commentaires

  • berserk , 26 Mar 2014 à 17:10 @ 17 h 10 min

    pour garder le moral: relire le songe des 3 blancheurs de St Jean Bosco.

  • xrayzoulou , 26 Mar 2014 à 17:23 @ 17 h 23 min

    Ce commentaire de Cyril Brun, est très réaliste. Nous sommes sur le “bateau fantôme”, où l’équipage est franc maçon. les mousses sont nos gouvernants en France et dans le monde (sauf quelques pays qui ont gardés leurs traditions chrétiennes).
    Il faut que les hommes se réveillent car si ils ne bougent pas, c’est la cata !
    Prions Marie Saint Michel Archange, préposé par Dieu de renvoyer les démons en enfer, et lui demander de le faire rapidement. Notre survie est liée à cela.
    Pour l’instant, l bateau tangue de tous les côtés, nous risquons de chavirer (voir l’évangile de St Luc “La tempête apaisée – v22/25). Mais demandons à Dieu, il calmera la tempête. De plus demandons à Marie et Saint Michel Archange, chargé par Dieu de chasser les démons, et il le fera. Mais, il faut demander et se bouger. Sinon nous iront out droit dans le cyclone. Ne pas oublier de remercier aussi.

  • Fred80 , 27 Mar 2014 à 9:58 @ 9 h 58 min

    Et si Dieu “ou ce qui en tient lieu”, nous mettait dans cette situation pour qu’enfin il y ait une véritable “prise de conscience” dépassant de loin les saintes écritures pour qu’enfin la Parole Divine se révèle a notre Entendement?
    Plus j’avance dans la vie & plus je perçois nos religions fondatrices comme des secrets d’écritures favorisant l’Idolâtrie d’un “dit-vain” et non le sens Sacre du Divin.
    Je vous invite à plonger dans la phonétique des mots: Les sons sont! Tout est là devant nous. La vie nous permet de voir, et ainsi d’en-faire nos humanités.

    Que Dieu “ou ce qui en tient lieu”, nous préserve tous.

  • ISTINA , 27 Mar 2014 à 11:54 @ 11 h 54 min

    Ah ! ce Front dit Républicain qui consiste, en des Alliances avec
    les STALINIENS très célèbres, suite à l’extermination de quelque
    Cent Millions de Communistes Fervents !
    Et pourtant, l’auriez-vous oublié Camarades ?

    U.R.S.S= Union des Républiques SOCIALISTES Soviétiques .
    MAZIS = PARTI des Travailleurs Allemands SOCIALISTES et
    Nationaux .
    Quelles furent les différences qui transformèrent
    {{ Deux Partis Frères }} en {{ FRERES ENNEMIS }} ?
    Alors qu’ils étaient SOCIALISTES PURS et DURS ?

    les NAZIS (( SOCIALISTES )) aspiraient à dominer l’Europe,
    l’U.R.S.S (( SOCIALISTE )) aspirait à dominer la PLANETE grâce
    à l ‘INTERNATIONALE d’où leur Guerre Fraticide !

    Elémentaire :L’internationale Socialiste Soviétique a mué droitière,
    elle est devenue Mondialisation; L’internationalime du FRIC .

    Comment la Chine Socialiste anticapitaliste; s’est-elle convertie
    au Capitalisme ????? demander à Messieurs COPE, HOLLANDE,
    MELENCHON ou autres forts en thêmes ?????
    l’anticapitalisme, ça mène à tout; même au Capitalisme !!
    On l’a vu déjà pas très loin de chez-nous, ils en sont déjà à ………….
    GERMINAL ? ne disposant pas de Mineurs, leurs cibles ? les Foules
    à qui, comble de mépris, ils conseillent d’absorber chaque jour,
    cinq fruits ou légumes Frais, vendus royalement à quelque dix
    fois leurs Prix de récoltes.

  • Le renard , 28 Mar 2014 à 0:05 @ 0 h 05 min

    C’est un discours d’athée !
    Pour lui il n’y a pas de transcendance. Et Dieu, qu’est-ce que vous en faites ?

  • Le renard , 28 Mar 2014 à 0:09 @ 0 h 09 min

    C’est un discours d’athée .
    Pour lui, il n’y a pas de transcendance .
    Et Dieu, qu’est-ce que vous en faites ?

  • Alain Cavaillé , 22 Avr 2014 à 20:02 @ 20 h 02 min

    Toute cette histoire est pour le moins fumeuse…comme si les choses n’étaient pas assez compliquées ! C’est la théorie du complot, mais cette fois du vent.

Les commentaires sont fermés.