Pauline*, 22 ans, agressée mercredi par deux gendarmes près de l’Assemblée nationale

« Mercredi soir vers 19h30, je suis arrivée près de l’Assemblée nationale. J’étais toute seule place de Palais Bourbon, en train d’envoyer des messages de mon téléphone portable. Je n’avais aucun signe distinctif sur moi et ai pu constater la présence de nombreux policiers place Edouard Herriot où était organisé un apéro pour tous à 20h. J’étais appuyée contre un potelet lorsque vers 19h55, une policière et un policier en civil arrivent et me demandent : « Vous êtes là pour manifester ? C’est interdit. Votre carte d’identité s’il vous plaît ? » J’explique que je suis seule et que j’attends des amis. » Un morceau de tissus rose qui dépasse de mon sac, qui pourrait être un foulard ou une écharpe , leur fait me dire : « Non, vous venez manifester et vous avez un drapeau dans votre sac, on vous a pris en photo. » Elle me demande de nouveau ma carte d’identité et m’explique que tout regroupement est interdit. « Je suis seule, vous appelez ça un regroupement ? » lui réponds-je. La policière me menace de passer quatre heures au poste, je finis par lui donner ma carte d’identité, qu’elle me rend immédiatement après. Le policier et deux gendarmes me raccompagnent en direction du métro. En cours de chemin, je réalise que le policier en civil n’a pas de brassard et, comme sa collègue, ne m’a jamais montré la moindre carte. « Au fait, qu’est-ce qui me prouve que vous êtes bien un policier ? Je ne bouge pas tant que vous ne m’avez pas montré de carte. » L’homme m’affirme être dans la police et me tourne le dos, sans se retourner. « Je ne bouge pas tant que vous ne m’avez pas montré de carte » C’est alors que les deux gendarmes s’en prennent violemment à moi : ils me serrent le bras, me donnent des coups de pieds, me traitent de « pétasse », de « salope », me disent « Ferme-là », « Ferme ta gueule », me tordent le pouce avec l’objectif manifeste de le casser, me secouent comme un prunier et me font tomber sur les marches du métro. L’un se calme enfin tandis que l’autre continue. Un policier en civil regarde la scène sans intervenir. Sonnée, je lui demande s’il trouve le comportement des gendarmes normal ? Il refuse de répondre. « J’ai tout vu, je peux témoigner », me déclare un homme… »

Voici des photos des blessures de Pauline :

Un gendarme et le policier en civil qui a assisté à la scène :

Les gendarmes :

Une manifestation déposée en préfecture est organisée par le Cercle des avocats contre la répression policière lundi 29 avril à 18h30 devant le Palais de Justice, à côté du Bistrot les 2 Palais. Thème : « Pour un printemps de la Justice contre les violences policières ». Des victimes témoigneront.

*Le prénom a été changé.

Lire aussi :
> Dimitri, 21 ans, agressé dimanche et traité de «pute» par des policiers en civil (+addendum)
> Thomas, 18 ans, agressé dimanche par des policiers en civil

Articles liés

167Commentaires

Avarage Rating:
  • 0 / 10
  • troch21 , 26 avril 2013 @ 13 h 41 min

    est ce qu’une plainte a été déposée contre ces agresseurs ?

  • J.75 , 26 avril 2013 @ 13 h 48 min

    Ils se rendent comptent qu’ils sont en train de perdre le soutien des dernières catégories de Français qui les soutenaient pendant que les bobos et autres gauchistes hurlaient aux bavures quand des racailles ou des anar-gauchistes se faisaient chahuter ou violenter?

  • John Fox , 26 avril 2013 @ 13 h 49 min

    Si ces personnes n’avaient ni brassards, ni carte de police, c’est que ce sont peut-être des civils, peut-être même des membres de l’Inter-LGBT ou d’Act-UP? Allez savoir, avec ce gouvernement, ils ont tous les pouvoirs!
    Il faut donc déposer une plainte contre X avec constitution de partie civile. Et s’il s’avère que ces personnes étaient réellement des policiers -> IGS directement.

  • vu de sirius , 26 avril 2013 @ 13 h 49 min

    Minables « cow boys  » de la ripoublique. Un mur des cons pour eux aussi.

  • J.75 , 26 avril 2013 @ 13 h 50 min

    edit: compte*

  • Laura , 26 avril 2013 @ 13 h 56 min

    Vous avez sans doute l’âge de mes enfants, c’est insupportable de lire de tels récits ! Bravo d’avoir résisté mais c’est mission impossible face à ces hommes qui usent d’un véritable abus de pouvoir. Vous devriez vous associer avec Dimitri et Thomas et monter une association, il faut que cela se sache. Courage.

  • Lol , 26 avril 2013 @ 13 h 56 min

    C’est une blague?? N’importe qui ressortirait plus abimé d’une chute en vélib!

Les commentaires sont clôturés.