Prince ou le spectacle est roi

Le prix Nobel de littérature péruvien Mario Vargas Llosa a écrit un ouvrage d’une lucidité foudroyante : » La civilisation du spectacle ». Ce libéral affirmé y fait preuve comme tous les gens un peu cultivés et capables de réfléchir d’un esprit franchement réactionnaire. Il constate une « culture en crise et en décadence ». Le metteur en scène Antoine Vitez voulait un « théâtre élitaire pour tous ». Malraux voulait « rendre accessible au plus grand nombre les oeuvres capitales de l’humanité ». C’était là une conception positive de la « démocratisation de la culture ». Tout ne se vaut pas. La démocratie ne consiste pas à proclamer l’égalité de toutes les pratiques culturelles, des créateurs et des interprètes, mais à faire en sorte que soient connus du plus grand nombre les oeuvres et les auteurs qui ont arraché l’homme à sa condition. Cette conception correspond assez à ce qui justifie « l’exception culturelle » française, la seule qui mérite d’être défendue. Malheureusement, elle a depuis longtemps cédé non seulement dans les faits, mais dans les idées et les mots qui les portent. En France, c’est Jacques Lang qui a, dans les paillettes et sous les projecteurs, assumé cette débâcle en réussissant à faire croire qu’il avait développé la culture. Il a certes augmenté la dépense. Il est parvenu à faire des créateurs et des interprètes une caste à laquelle les politiques ne pouvaient toucher sans risques, et qu’ils ont même appris à imiter puis à aduler. Mais les publics n’ont guère augmenté et la création française a vu au contraire son pouvoir d’attraction diminuer.

Qu’on le veuille ou non, la civilisation américaine a envahi la pensée française. On pense comme on parle, et on parle de plus en plus « américain ». Ainsi, le mot culture impliquait en Français les idées d’éducation et d’élévation, supposait des degrés, une hiérarchie. En revanche, lorsque l’ethnologue américaine Ruth Benedict écrit « Patterns of Culture » et y décrit notamment les moeurs des Kwakiutl, elle vise l’ensemble des comportements appris, des produits fabriqués, des institutions et des idées propres à une communauté. Cette approche était logique en Anthropologie car elle établissait un relativisme culturel nécessaire à l’objectivité de l’étude. Levi-Strauss l’a imposée brillamment en France. Mais ce relativisme scientifique s’est propagé en idéologie, avec deux effets. Le premier a allié la repentance du colonisateur blanc à l’égalitarisme absurde revendiqué par la gauche. Il était désormais interdit de préférer la culture nationale au multiculturalisme. Il était devenu scandaleux d’établir une échelle de valeurs entre musique classique et show-bizz, entre peintures et « tags ». Le masochisme qui hante l’Occident a même tendance à inverser les valeurs suivant le principe de la discrimination positive : ce qui était en bas doit être mieux traité que ce qui était en haut. C’est ainsi que Jacques Chirac a fait des « arts premiers » son grand geste culturel. Mais dans le même temps et subrepticement un autre phénomène d’origine américaine s’est produit. Si la tradition française privilégiait la culture-éducation, l’Amérique met en avant le marché de l »entertainment », du divertissement. Cette nuance n’est pas anodine : dans un cas, il s’agit d’apprendre à penser, à réfléchir, à développer son esprit ; dans l’autre, il s’agit d’oublier, de penser à autre chose, bref à se vider l’esprit des réalités ennuyeuses. Les images et les sons ont remplacé les mots.

La mort de Prince présentée comme un événement planétaire dont le retentissement émotionnel devait mériter la une dans notre pays est exemplaire de cette évolution. Le monde du spectacle a manié l’emphase et l’hyperbole sans retenue. « C’est un génie visionnaire qui a changé le monde » a lancé Madonna sans craindre le ridicule. Mais les politiques, d’Obama à Valls ont cru devoir y aller aussi de leur larme, et de leur hommage grandiloquent. Rien d’étonnant puisqu’ils s’inscrivent eux-aussi, désormais, dans ce vaste marché du spectacle. Ils y ont leur créneau, mais ils dépendent entièrement des modes, de la publicité et de la caste qui les produit. Cette « élite » a remplacé celle des penseurs et des philosophes, sauf quand ces derniers font eux-mêmes partie du spectacle, comme BHL, par exemple. Comme le dit Mario Vargas Llosa, « dans la civilisation du spectacle, le bouffon est roi… L’intellectuel n’intéresse que s’il devient un bouffon. »

Autres articles

13 Commentaires

  • Voyageur , 26 Avr 2016 à 11:31 @ 11 h 31 min

    C’est encore et toujours le public qui a

  • Voyageur , 26 Avr 2016 à 11:33 @ 11 h 33 min

    C’est encore le public qui a le dernier mot puisque le soufflet médiatique est totalement retombé en à peine une semaine.

  • Martina , 26 Avr 2016 à 12:04 @ 12 h 04 min

    Qui est ce ?

  • Cap2006 , 26 Avr 2016 à 14:09 @ 14 h 09 min

    Les oraisons funèbres m’insupportent au plus haut point.

    Je me souviens des paroles du prêtre à la sépulture de ma grand mere. Je l’ai mais parceque c’était ma grand mere. Mais c’était une personne foncièrement méchante, égoiste jalouse…

    Une grenouille de benitier pourtant…

    Reste qu’il restera de prince sa musique ( je ne suis pas un grand fan) et surtout l’émotion de tant de couples qui se sont formés en dansant sur ses chansons.

    Reste que ce type avait une créativité, travaillait comme un dingue…

  • HuGo , 26 Avr 2016 à 17:57 @ 17 h 57 min

    ‘Il était désormais interdit de préférer la culture nationale au multiculturalisme. Il était devenu scandaleux d’établir une échelle de valeurs …inverser les valeurs suivant le principe de la discrimination positive : ce qui était en bas doit être mieux traité que ce qui était en haut. ‘ paroles d’OR ! La culture vs le divertissement.

  • Alban , 26 Avr 2016 à 19:03 @ 19 h 03 min

    Grand mélodiste, auteur de multiples classiques en tous genres, paradoxalement anti Système, il est normal de regretter sa mort tragique. Le contraire serait méchanceté. Après ce sont les médias qui sont à la botte de l’abrutisme. On peut être patriote et regretter amèrement ce génie.

  • peripathos , 27 Avr 2016 à 9:03 @ 9 h 03 min

    La civilisation du “spectacle” ? Mais quel spectacle ?

    Le spectacle surfait abrutissant et débilitant promu et réalisé pour stimuler les appétits les plus primitifs et répandre l’africanisation , la régression , de notre culture via des “artistes” métis se trémoussant du derrière ?

    Tout le mal ne vient pas d’Amérique Mr Vanneste . C’est un raccourci un peu court de nationaliste scrogneugneu qui m’étonne . Le grand SPECTACLE , expression du “spectacle du monde” , fait partie de notre culture .
    Et quand je vois les campagnes politiques américaines , je crois bien que nous devrions nous en inspirer

Les commentaires sont fermés.

Macron attaque nos libertés, piétine les Français, et méprise la civilisation française.

Aidez-nous à riposter.

Soutenez Nouvelles de France